Bourse & Actions

Le prix du pétrole remonte, mais est-ce suffisant pour miser sur l’action Exxon ?

Les actions du géant de l’énergie Exxon Mobil Corp (NYSE:) ont rapidement chuté cette année, et pas seulement à cause des récentes ventes aveugles sur le marché. Le prix du brut étant dans une spirale descendante, le sort des actions pétrolières est étroitement lié à l’économie en général, qui a commencé à s’effondrer après le déclenchement de l’épidémie mondiale de coronavirus.

La demande de pétrole s’est tarie à mesure que les dommages causés à la croissance économique s’intensifiaient en raison des fermetures d’entreprises et des confinements de populations. À la mi-mars, les actions d’Exxon Mobil s’étaient effondrées d’environ 60 % et atteignant leur niveau le plus bas depuis 23 ans.

Exxon Mobil

Cet effondrement massif a forcé le plus grand producteur de gaz et de pétrole des États-Unis à geler son dividende trimestriel à son niveau actuel, pour la première fois en 13 ans, et à arrêter complètement les rachats d’actions. En outre, la société d’Irving, au Texas, a annoncé sa première perte trimestrielle depuis des décennies, et la direction a réduit de 30 % le budget d’investissement de la société pour 2020, qui s’élève désormais à 23 milliards de dollars.

Ces mesures draconiennes ont soulevé des questions quant à savoir si Exxon, l’une des actions à revenu les plus fiables aux États-Unis, sera en mesure de sauver son sacro-saint dividende – qui rapporte actuellement 7,92 % pour un paiement annuel de 3,48 $ – même après avoir suspendu les hausses de paiement. Cette préoccupation est devenue encore plus pressante après que de nombreuses grandes compagnies pétrolières aient réduit leurs paiements au cours de la récente saison des revenus, alors qu’elles luttent pour préserver leurs liquidités.

La Royal Dutch Shell (AS:) a réduit son dividende pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, le réduisant de 66 % à 0,16 dollar par action. Le fournisseur de services pétroliers Schlumberger NV (NYSE:) a réduit son dividende de 75 %, sa première réduction depuis au moins quatre décennies.

Pendant ce temps, une autre société de services pétroliers et gaziers, Halliburton Company (NYSE:), a éviter de sauter le pas mais a également fait savoir qu’elle n’hésiterait pas à le faire si nécessaire.

Dégradation des notations

Le 16 mars, S&P a abaissé la note d’Exxon de AA+ à AA, et a déclaré que cela pourrait se reproduire “si la société ne prend pas les mesures adéquates pour améliorer les flux de trésorerie et l’endettement”.

Pour couvrir son paiement de dividendes de 14,7 milliards de dollars cette année – le troisième plus élevé parmi les sociétés du S&P 500 – Exxon a eu besoin de pétrole brut pour atteindre environ 77 dollars le baril. Parmi les grandes compagnies pétrolières, c’est celle qui affiche le seuil de rentabilité le plus élevé, selon RBC.

Pendant ce temps, la dette de la société est passée de zéro à 50 milliards de dollars, et son bénéfice l’année dernière était un peu plus de la moitié de ce qu’il était il y a dix ans. Dans cet environnement très difficile, la direction d’Exxon semble avoir les mains liées en raison de l’engagement historique de la société à récompenser ses investisseurs. Selon le PDG Darren Woods, une des raisons de défendre le dividende est le fait que 70 % de l’actionnariat est composé d’investisseurs de détail et d’investisseurs à long terme qui comptent sur ces chèques.

La dernière tendance sur les marchés pétroliers suggère qu’Exxon a peut-être passé le pire de cette crise, car la demande de pétrole commence lentement à augmenter à mesure que les pays rouvrent, relancent la production industrielle et remettent les voitures sur les routes.

Selon un récent rapport, la demande chinoise de pétrole est pratiquement revenue aux niveaux observés avant que Pékin n’impose un verrouillage national pour lutter contre l’épidémie initiale de coronavirus. La Chine étant le deuxième consommateur de pétrole au monde, derrière les États-Unis, la rapidité de son redressement a contribué à resserrer le marché pétrolier plus tôt que prévu.

Le brut West Texas Intermediate, qui avait plongé en territoire négatif il y a un mois, a fait un bond mercredi, dépassant les 33 dollars le baril. Avec ce rebond, les actions d’Exxon Mobil ont également progressé, se négociant plus de 40 % au-dessus de leur plus bas niveau de mars, aux alentours de 31 dollars. Le riche rendement en dividendes d’Exxon signale encore aux investisseurs que ce géant du pétrole va s’opposer à la tendance et faire ce qu’il faut pour maintenir son dividende à l’abri de toute baisse.

En résumé

Selon nous, Exxon continuera à emprunter pour financer son dividende. Avec des taux d’intérêt à des niveaux historiquement bas et des banques prêtes à prêter, le géant de l’énergie est davantage incité à utiliser l’argent emprunté pour rembourser ses liquidités, surtout lorsqu’il a déjà réduit de manière drastique ses plans de dépenses.

Cela dit, Exxon ne présente pas d’arguments convaincants en faveur de l’investissement à long terme par rapport à d’autres opportunités dans le domaine de l’énergie. Parmi ses pairs, l’entreprise est la plus exposée aux vents contraires, notamment à l’offre excédentaire de pétrole, de et de gaz naturel liquéfié. Il est peu probable que cette situation change à mesure que l’industrie de l’énergie connaîtra un bouleversement sismique.

Source : investing

Autres articles à lire

L’interdiction des ventes à découvert prolongée d’au moins un mois

administrateur

Jerome Powell douche Wall Street : taux négatifs écartés pour longtemps

administrateur

Une pluie de gains à deux chiffres après le déconfinement !

administrateur

Le “bad news is good news” est de retour avec les chiffres du jour

administrateur

Chômage et licenciements aux Etats-Unis : plus c’est pire, plus c’est bon…

administrateur

Analyse CAC 40 : Prévision bourse tendance trading CAC 27 nov 2018

administrateur