Placement

Le régulateur britannique veut plus de diversité dans les entreprises cotées

Publié le 28 juil. 2021 à 17:33

L’autorité britannique de régulation des marchés, la FCA, a lancé une consultation sur une série de propositions pour améliorer la transparence sur la diversité ethnique et le ratio hommes-femmes dans les équipes dirigeantes des entreprises cotées.

La FCA recommande notamment que ces dernières publient annuellement des données indiquant si elles ont ou non atteint certains objectifs de composition du conseil d’administration et des équipes de direction. Les entreprises sont invitées à indiquer si elles les ratent, précise le communiqué publié ce mercredi.

Plus de femmes et de minorités

Parmi les objectifs souhaités, la FCA envisage 40 % de femmes dans le conseil d’administration, y compris les femmes transsexuelles, et au moins un des postes de direction du CA (présidence, direction générale exécutive, direction financière) attribué à une femme.

Par ailleurs, au moins un membre du conseil d’administration devrait être issu d’une minorité ethnique, ajoute la FCA. Le régulateur recommande aussi de « prendre en considération des aspects plus larges de la diversité » comme « l’orientation sexuelle, le handicap, l’origine socio-économique » et autres. Le régulateur précise que « la diversité sera un sujet d’attention continu pour la FCA au-delà des propositions évoquées ici ».

Les objectifs envisagés ne seraient pas obligatoires et la FCA ne fixe donc pas de « quotas ». Si nombre d’entreprises publient déjà des données liées à la diversité de leurs équipes, ces mesures recommandées aideraient à mieux pouvoir comparer les entreprises sur les mêmes critères, explique la FCA.

« Il y a actuellement un manque de normes et de transparence obligatoire sur la diversité dans les entreprises cotées […] mais l’intérêt des investisseurs augmente et les entreprises portent de plus en plus d’attention sur les questions d’éthique et responsabilité sociale », commente Clare Cole, directrice de la supervision des marchés.

Un manque criant de diversité

De nombreuses institutions et entreprises en Grande-Bretagne reconnaissent manquer de diversité au sein de leurs équipes et mettent en avant des mesures pour y remédier, à l’instar de la Banque d’Angleterre (BoE). La semaine dernière, elle avait publié un rapport interne lancé dans la foulée du meurtre aux Etats-Unis de George Floyd, qui avait donné un élan mondial au mouvement « Black Lives Matter ». Dans ce rapport, la BoE trouvait par exemple que les minorités ethniques (noirs, asiatiques ou autres) avaient tendance à avancer moins vite dans la hiérarchie ou à quitter davantage l’institution. La Banque centrale européenne avait également appelé à plus de diversité dans les banques européennes.

Les salariés, hors poste à responsabilité, issus des minorités dites BAME (acronyme pour noirs, asiatiques et autres minorités), représentaient 21 % des effectifs de la BoE, mais leur part dans l’encadrement tombait à 8 %. Afin de combler son retard, la BoE avait dit vouloir atteindre entre 18 et 20 % de personnes de minorités BAME dans les postes à responsabilité d’ici 2028.

Source : AFP

Source : les echos

Autres articles à lire

Crédit à la consommation : premiers signaux de fragilité aux Etats-Unis

administrateur

Aviva : le patron de l’Afer tente de poser ses conditions à la Macif

administrateur

Les performances des banques chinoises plombées par le coronavirus

administrateur

Après 18 ans à la tête de Glencore, Ivan Glasenberg passe la main

administrateur

Vers un renforcement de l’indépendance des médiateurs bancaires

administrateur

Les prix des denrées alimentaires au plus haut depuis dix ans

administrateur