Autres actualités

Le repli se poursuit, l’attente de la Fed incite à la prudence Par Reuters

© Reuters. LES BOURSES EUROPÉENNES RECULENT EN DÉBUT DE SÉANCE

PARIS (Reuters) – Les principales Bourses européennes reculent mardi matin après avoir rapidement effacé leurs gains de l’ouverture, les secteurs cycliques, grands gagnants du rally des dernières semaines, cédant aux prises de bénéfice en attendant les décisions de la Réserve fédérale américaine.

À Paris, le perd 0,57% à 5.146,22 points à 08h00 GMT après avoir brièvement repassé les 5.200 points dans les premiers échanges. A Londres, le cède 0,8% et à Francfort, le recule de 0,69%.

L’indice est en baisse de 0,49%, le de 0,5% et le de 0,3%.

Si Le sentiment général de marché reste à la confiance dans la reprise de l’activité économique mondiale, l’incertitude sur le ton qu’emploiera la Fed à l’issue de sa réunion de politique monétaire incite à la prudence.

La banque centrale américaine a assoupli lundi les modalités du programme de prêts aux entreprises “Main Street”, doté de 600 milliards de dollars (531 milliards d’euros) et qu’elle doit mettre en oeuvre dans les jours à venir mais cette annonce attendue ne préjuge pas de la teneur du discours qu’elle tiendra mercredi.

Sur le front macroéconomique, les chiffres du jour n’incitent pas particulièrement à l’enthousiasme: en Allemagne, les statistiques de la balance commerciale d’avril montrent une chute de 24% sur un an, plus marquée qu’attendu, des exportations et un recul de 16,5% des importations.

Et en France, la Banque de France table désormais sur une contraction de 10,3% de l’économie cette année.

Le marché surveillera à 09h00 GMT les chiffres révisés du produit intérieur brut (PIB) de la zone euro au premier trimestre.

VALEURS

Le repli des actions affecte particulièrement les secteurs cycliques des banques (-2,53%), de l’automobile (-2,39%) ou des transports et du tourisme (-1,39%), alors que les compartiments défensifs de la santé et de l’alimentation gagnent respectivement 1,89% et 1,08%.

A Paris, parmi les plus fortes baisses du CAC 40, TechnipFMC (PA:) cède 5%, Société générale (PA:) 4,35% et PSA (PA:) 3,63%.

Airbus (PA:) abandonne 4,58%, le plan d’aide au secteur aéronautique présenté par le gouvernement français ne semblant pas rassurer les investisseurs.

A Londres, British American Tobacco (LON:) chute de 2,47% après avoir averti sur son chiffre d’affaires à cause de l’impact de la pandémie sur ses ventes.

EN ASIE

A la Bourse de Tokyo, l’indice a fini la journée en baisse de 0,38%, la hausse du yen ayant favorisé des prises de bénéfice au lendemain d’un plus haut de trois mois et demi.

En Chine, le SSE Composite de Shanghai est lui bien orienté avec une progression de 0,45% à moins d’une heure de la clôture.

A WALL STREET

Les contrats à terme sur les principaux indices américains, qui suggéraient initialement une légère hausse, annoncent désormais une ouverture en léger repli.

Lundi, le a fini la séance sur une progression de 110,66 points, soit 1,13%, à 9.924,75 points, un record de clôture.

Il est ainsi le premier des trois grand indices de Wall Street à avoir effacé toutes ses pertes provoquées par la pandémie. Il dépasse son précédent record inscrit le 19 février à 9.817,18 points. Et depuis le 23 mars où il avait touché son point bas, il est en progression de 44,7%.

L’indice a gagné pour sa part 461,46 points, soit 1,7%, à 27.572,44. Le S&P-500 a pris 38,46 points, soit 1,20%, à 3.232,39. Il affiche ainsi une performance positive pour 2020.

TAUX

Les rendements de référence de la zone euro sont pratiquement inchangés après leur recul marqué lundi. Celui du Bund allemand à dix ans s’affiche à -0,326%, son équivalent français à 0,0467%.

Le dix ans américain, lui, poursuit sa baisse et lâche plus de cinq points de base à 0,8287%.

CHANGES

Quasi stable en début de journée, le dollar affiche désormais une hausse de 0,29% face à un panier de référence, profitant de son statut de valeur refuge et des prises de bénéfice à l’oeuvre sur plusieurs devises qui avaient beaucoup monté ces dernières semaines comme l’euro (-0,23% à 1,1266 dollar) ou le dollar australien.

Le yen reprend toutefois du terrain face au billet vert, profitant des incertitudes sur la Fed.

PÉTROLE

Le marché pétrolier est lui aussi repassé dans le rouge après un début de séance bien orienté.

Le perd 0,69% à 40,52 dollars le baril après avoir atteint 41,45 dollars et le (West Texas Intermediate, WTI) abandonne 0,86% à 37,86 dollars après un plus haut à 38,86.

Lundi, le Brent avait déjà cédé 3,55% et le WTI 3,44%.

(Marc Angrand, édité par Jean-Michel Bélot)

Source : investing

Autres articles à lire

Trump critique la Fed, en partie responsable de l’effondrement des bourses hier Par Investing.com

administrateur

A Paris, le Covid ébranle l’écosystème des défilés de mode Par Reuters

administrateur

Le CAC 40 tente de regagner les 5000 points au début d’une semaine à haut risque Par Investing.com

administrateur

Top 5 des thèmes potentiellement influents sur les marchés pour la semaine du 14/09 Par Investing.com

administrateur

Top 3 des thèmes majeurs à surveiller sur les marchés ce jeudi 30 juillet Par Investing.com

administrateur

Les 14 meilleures actions pour miser sur l’explosion de l’industrie spatiale selon BoA Par Investing.com

administrateur