Placement

Le sort de l’or vénézuélien est entre les mains de la Cour suprême britannique

Publié le 23 juil. 2021 à 12:10

Quatre jours d’audience pour sceller le sort de 31 tonnes d’or. Le procès qui s’est tenu entre lundi et jeudi devant la Cour suprême britannique est censé signer la fin des débats sur la propriété d’une partie des réserves de métal jaune du Venezuela. Cette manne est disputée par le président Nicolas Maduro et par son principal opposant Juan Guaido, qui revendiquent chacun le contrôle de la banque centrale vénézuélienne (BCV).

Depuis la réélection en 2018 du président chaviste, non-reconnue par le Royaume-Uni, la Banque d’Angleterre refuse de restituer à la BCV l’or stocké dans ses coffres, d’une valeur d’environ 2 milliards de dollars selon des documents de la cour. Un casus belli pour le chef de l’Etat vénézuélien. Celui-ci cherche par tous les moyens à récupérer cette manne, après avoir plongé l’économie de son pays dans un état dramatique, aggravé par la crise sanitaire.

Nouvelle reconnaissance britannique

La haute cour britannique ne se prononcera pas directement sur le rapatriement du stock d’or vers le pays latino-américain. Elle doit déterminer si le Royaume-Uni a reconnu Juan Guaido, l’opposant de Nicolas Maduro, comme président par intérim du pays, et partant, si la validité du conseil d’administration de la BCV qu’il a constitué peut être invoquée devant les tribunaux britanniques.

Londres répond par l’affirmative à la première question. « Le gouvernement britannique est clair sur le fait que Juan Guaido a été reconnu par le gouvernement de Sa Majesté depuis février 2019 comme le seul président légitime du Venezuela », a déclaré le ministère britannique des Affaires étrangères dans un communiqué, après avoir été invité par la Cour suprême à préciser sa position.

Outre le Royaume-Uni, plusieurs dizaines de pays, dont les Etats-Unis, reconnaissent la légitimité de Juan Guaido – même si la perte de son mandat de président du parlement national début 2021 embarrasse ses soutiens internationaux et lui a fait perdre l’appui officiel de l’Union européenne.

Le maintien de la confiance du gouvernement de Boris Johnson ne préjuge toutefois pas la décision des juges, dans un dossier qui empoisonne les relations entre Downing Street et Caracas depuis 2018. A l’automne dernier, la cour d’appel de Londres a ouvert une brèche en faveur du socialiste Nicolas Maduro en qualifiant d’« ambiguë » la reconnaissance de son opposant par le Royaume-Uni. Le jugement de la Cour suprême britannique, qui pourrait casser ce jugement, est attendu les prochains mois.

Réserves divisées par deux

La Banque d’Angleterre, deuxième centre mondial de stockage du métal jaune, a refusé à deux reprises au moins les demandes de rapatriement des lingots. La première fois en 2019. Puis en 2020 , lorsque le Venezuela a voulu utiliser son or pour financer l’achat de nourriture et de médicaments via le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). Juan Guaido s’oppose également à ces transferts, par crainte de détournements et d’une mauvaise utilisation des fonds.

Les réserves d’or du pays ont chuté de 301 tonnes en 2014 à 161 tonnes l’an dernier, soit l’équivalent de 9,8 milliards de dollars au cours de fin 2020, selon les données du Conseil mondial de l’or.

Source : les echos

Autres articles à lire

Les clients de Société Générale auront bientôt accès à d’autres produits financiers que ceux d’Amundi

administrateur

Gestion : les PRI s’organisent face au risque de greenwashing

administrateur

SCOR prolonge le suspense sur la succession de son patron Denis Kessler

administrateur

Les députés se penchent sur les contrats d’épargne retraite en déshérence

administrateur

Les entreprises pressent Bercy de rendre les captives d’assurance plus attractives

administrateur

Climat, réserves des auditeurs sur les comptes : les AG 2021 ont été inédites sur bien des points

administrateur