Economie

Le Sucre et le Café profitent de la chute du Dollar, nouveaux gains envisageables

Cet article a été écrit exclusivement pour Investing.com

  • Les produits de base peuvent être très volatils
  • Le sucre grimpe
  • Le café rebondit à partir de bas niveaux
  • 2008-2011 a été une période haussière – 2020 et les années à venir pourraient voire le même scénario se répéter

Le Brésil est le premier producteur de , et également de . Le climat de ce pays d’Amérique du Sud est idéal pour la culture des grains de café arabica et de la canne à sucre.

Le café et le sucre sont négociés à terme sur l’Intercontinental Exchange, et le dollar américain est utilisé pour coter les prix. Comme les coûts de production locaux sont en real brésilien, la relation de change entre la monnaie brésilienne et le dollar américain a une incidence sur les prix de ces matières premières. Une hausse du real et une baisse du dollar ont tendance à être haussières pour le café et le sucre, tandis que la faiblesse de la monnaie brésilienne et la force du dollar américain pèsent souvent sur les prix.

Si les écarts de change peuvent avoir un impact sur les prix, les fondamentaux de l’offre et de la demande dictent la voie de la moindre résistance des prix. Des conditions météorologiques défavorables ou des épidémies de maladies des cultures peuvent entraîner une baisse de la production. En 2020, la pandémie mondiale pourrait affecter la production. Le Brésil est le deuxième pays au monde pour le nombre de cas de coronavirus et de décès.

Les prix du sucre et du café sont tombés à un niveau proche du creux de leur cycle de fixation des prix au début de cette année. Le café était inférieur à 1 dollar la livre, et les cours à terme du sucre ont atteint un plancher de 9,05 cents en avril, le niveau le plus bas depuis 2007. Au cours des dernières semaines, les prix des deux matières premières ont fait un retour impressionnant.

Les matières premières peuvent être très volatiles

Les matières premières agricoles telles que le sucre et le café ont une longue histoire d’extrême volatilité. Le climat, les maladies des cultures, les fluctuations monétaires sont autant de facteurs qui contribuent à la variation des prix au fil du temps.

En ce qui concerne le sucre, la fourchette de prix depuis le début des années 1970 est de 2,29 à 66,00 cents la livre. Le plus récent sommet a été atteint en 2011, à 36,08 cents, et le creux de ce siècle a été de 4,62 cents la livre sur le contrat à terme mondial du sucre ICE.

Depuis 1973, le café se négocie dans une fourchette de 41,50 cents à 3,3750 dollars la livre. Depuis 2000, le cours le plus bas a été de 41,50 cents et le plus haut de 3,0625 dollars.

Le sucre casse à la hausse

Fin juillet, le sucre a dépassé son niveau de résistance à court terme de 12,29 cents la livre. Depuis le mois de mars, les contrats à terme s’étaient négociés en dessous du niveau de 12,30 et ont atteint en avril le prix le plus bas depuis 2007, à 9,05 cents la livre.

Sucre Hebdo

Source, tous les graphiques : CQG

La semaine dernière, les contrats à terme du sucre d’octobre ont atteint un sommet de 13,00 cents, comblant un écart de 12,95 à 12,93 par rapport à mars. Le prochain objectif à la hausse est le plus haut de février 2020, à 15,90 cents la livre.

La dynamique des prix et les indicateurs de force relative étaient en hausse vers des conditions de surachat sur le marché du sucre à la fin de la semaine dernière. A plus de 38%, la volatilité historique hebdomadaire était supérieure au point médian de cette année.

Le nombre total de positions longues et courtes ouvertes a légèrement dépassé le niveau d’un million de contrats au 6 août. La mesure a atteint un pic à plus de 1,26 million de contrats à la mi-février, lorsque le sucre s’est négocié à son prix le plus élevé depuis 2017.

Le café remonte depuis un creux

À la mi-juin, les contrats à terme du café arabica sur l’Intercontinental Exchange sont tombés au plus bas niveau de 2020, lorsqu’ils se sont négociés à 92,70 cents la livre. Le creux de cette année a été plus élevé qu’en 2019, lorsque la matière première a chuté à 86,35 cents, le niveau le plus bas depuis 2005.

Café Hebdo

Le graphique hebdomadaire illustre le rebond du marché à terme du café, qui a porté le prix à un sommet de 1,2725 $ la livre la semaine dernière.

En moins de deux mois, le marché à terme du café a augmenté de 37,3 %.

La volatilité historique hebdomadaire était plus proche du sommet que du creux pour 2020, à près de 40 %. L’intérêt en cours d’un peu plus de 265 000 contrats à la fin de la semaine dernière est stable depuis la mi-juin.

Le prochain objectif à la hausse est le plus haut de fin mars à 1,3065 $, et le pic de décembre 2019 à 1,3840 $ la livre. Le prix a reculé à la fin de la semaine dernière et s’est établi à 1,1545 $ la livre sur le contrat à terme de septembre.

2008-2011 a été une période haussière ; 2020 et les années suivantes pourraient voir une répétition

Le sucre est beaucoup remonté ces derniers mois, et le café est en hausse depuis la mi-juillet. La baisse du dollar américain, la hausse du real brésilien par rapport au billet vert et les niveaux records des mesures de relance prises par le gouvernement et la banque centrale ont eu un effet haussier sur les deux matières premières.

De plus, le Brésil est le deuxième pays le plus touché par les cas de coronavirus et les décès. La pandémie mondiale pourrait avoir un impact significatif sur la production et la logistique des marchés du sucre et du café au cours des prochains mois. Dans le même temps, une pénurie de grains de café Robusta en provenance du Vietnam a fait monter le prix des grains d’Arabica.

Je pense que l’évolution des prix sur les marchés des matières premières entre 2008 et 2011 est un modèle pour les années à venir. Dans le sillage de la crise financière mondiale de 2008, les mesures de relance des banques centrales ont créé un afflux de liquidités qui a déclenché une reprise dans la classe d’actifs des matières premières. En 2020, des niveaux de relance bien plus élevés de la part des banques centrales et des gouvernements devraient faire de même.

Sucre Trimestriel

Le graphique trimestriel montre que le prix des contrats à terme sur le sucre à échéance rapprochée est passé d’un minimum de 9,44 cents en 2008 à un maximum de 36,08 en 2011, la valeur ayant presque quadruplé.

Café trimestriel

Le café est passé d’un minimum de 1,0170 $ par livre en 2008 à un maximum de 3,0625 $ en 2011, le prix de cette matière première ayant plus que triplé au cours de cette période.

Si la période de 2008 à 2011 est un modèle pour 2020, attendez-vous à ce que le sucre devienne beaucoup plus sucré et le café encore plus fort au cours des mois et des années à venir !

Source : investing

Autres articles à lire

Le rallye du Pétrole va avoir besoin des avions, des trains et des voitures

administrateur

6 questions déterminantes pour le prix du Pétrole à court terme

administrateur

Les foreurs US pourraient faire dérailler le rallye du pétrole, l’Or vise 1800$

administrateur

Le Palladium bat le rallye post-Covid de l’Or, avec moins d’accidents de parcours

administrateur

Espoirs, gros titres et sentiment alimentent l’exubérance du pétrole, à tort?

administrateur

L’essence menacée alors que Fauci met en garde contre le déconfinement

administrateur