Placement

Les Bourses européennes rebondissent à l’ouverture

Publié le 29 oct. 2020 à 10:04

Le calme après la tempête. Les principales Bourses européennes sont en hausse peu après l’ouverture suite aux pertes importantes subies la veille. Les investisseurs digèrent les nouvelles mesures de confinement annoncées par la France et par l’Allemagne face à la deuxième vague de l’épidémie, qui font craindre un nouveau coup de frein à l’activité économique.

Le CAC 40 prenait 0,45 %, tandis que le Dax à Francfort progressait de 0,61 % et le Footsie à Londres 0,10 %. Signe encourageant, les Bourses asiatiques ont limité leurs pertes à la clôture après avoir ouvert en nette baisse cette baisse. L’indice Nikkei de Tokyo a perdu 0,37 % et la Bourse de Hong Kong a clôturé en recul de 0,63 %.

Poids des nouvelles restrictions

Mercredi, le CAC 40 a perdu 3,37 % pour terminer à 4.571,12 points, le Footsie a cédé 2,55% et le Dax 4,17 %. Le Stoxx 600 est tombé à son plus bas niveau depuis mai, enregistrant sa pire performance depuis plus de cinq semaines avec une baisse de 2,95 %. La Bourse de New York a clôturé en net repli mercredi. Outre la pandémie, l’incapacité de Washington à conclure un accord sur un plan de relance économique a entraîné la chute de plus de 3% de tous les grands indices. Le Dow Jones a cédé 3,43 %, le S&P 500 3,53 % et l’indice technologique, le Nasdaq, a reculé de 3,73 %.

Emmanuel Macron et Angela Merkel ont annoncé mercredi soir ce que les marchés craignaient, un durcissement des mesures de restriction en France et en Allemagne pour freiner la propagation alarmante du coronavirus. « Les craintes à l’oeuvre sur les marchés sont bien loin de ce que l’on a observé en février et mars, mais l’ambiance générale est bien pire qu’au printemps », souligne David Madden, analyste pour CMC Markets UK à l’AFP.

Réunion de la BCE

Après le cataclysme économique du premier semestre, l’ampleur du trou d’air de fin d’année est la crainte numéro un des investisseurs, au moment où le plan de relance français pour la première vague n’est même pas encore entré en vigueur.

Dans ce contexte, les conséquences économiques des mesures liées à la pandémie pourraient lourdement se faire sentir au quatrième trimestre, augmentant la pression sur la Banque centrale européenne (BCE) en faveur de nouvelles mesures de soutien. Christine Lagarde, la présidente de la BCE, tiendra une conférence de presse cet après-midi à la suite de la réunion de politique monétaire de la banque centrale.

La séance sera aussi marquée par un autre rendez-vous majeur, la publication de la première estimation du produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis pour le troisième trimestre. Les économistes s’attendent à un très fort rebond de l’économie américaine après la contraction brutale de 31,4 % au cours des trois mois précédent.

Source : les echos

Autres articles à lire

Paiements : le projet européen pour contrer VISA reçoit deux soutiens de poids

administrateur

Pour la BCE, les banques doivent intégrer le risque climatique

administrateur

La situation des néobanques s’améliore mais leurs résultats restent négatifs

administrateur

Présidentielle américaine : les marchés financiers auraient choisi leur vainqueur

administrateur

Naissance d’un géant italien des paiements électroniques

administrateur

Les députés allemands se heurtent au silence du patron de Wirecard

administrateur