Autres actualités

Les contrats à terme sur le prix du gaz sont-ils de mauvais augure ? Par Investing.com

2/2
Bitcoin-ETF vs UNG Futures

2/2

Investing.com – Au cours des dernières semaines et des derniers mois, un grand nombre de sociétés ont demandé à la Securities and Exchange Commission (SEC) américaine l’autorisation de lancer un ETF qui permettrait d’investir dans le .

Par le passé, plusieurs demandes d’ETF qui auraient conduit à des investissements directs dans le bitcoin ont été rejetées. Du point de vue du régulateur, cependant, cela augmenterait les risques systémiques qui émanent de toute façon de plus en plus du marché croissant des crypto-monnaies.

Le président de la SEC, M. Gensler, a toutefois fait une contre-proposition, déclarant qu’il pourrait envisager que les ETF investissent dans des cotés sur le Chicago Mercantile Exchange (CME).

Depuis ce jour, plusieurs nouvelles demandes de FNB ont été reçues de sociétés telles que ProShares et Valkyrie qui adoptent exactement cette approche. La communauté Bitcoin est en ébullition et s’attend à ce que le BTC atteigne de nouveaux sommets historiques dès que la SEC accordera son approbation à l’un des ETF soumis.

Il est incontestable que des centaines de millions de dollars afflueront dans un tel ETF. Apparemment, cependant, très peu de personnes savent que pas un seul bitcoin ne sera acheté avec les importantes sommes collectées. Sinon, l’hystérie qui entoure l’introduction d’un ETF sur les contrats à terme sur le bitcoin ne s’explique pas.

Ce qu’il faut savoir sur les ETF américains sur le bitcoin

Le contrat à terme sur bitcoin lui-même n’investit pas un seul dollar dans le bitcoin, dont le nombre est limité à 21 millions. Dans ces conditions, même les milliards et les trillions de dollars qui affluent vers le futur bitcoin via les ETF n’auraient qu’un impact limité sur le prix du BTC.

C’est tout simplement la nature des contrats à terme. Ils ne sont que des dérivés d’un instrument commercial.

En outre, les contrats à terme ne font pas référence au prix actuel du sous-jacent, mais à la valeur future (backwardation/contango). À l’origine, cette approche est née dans le domaine de l’agriculture, lorsque les agriculteurs ont commencé à vendre à l’avance leur récolte prévue.

Il se peut donc que si le bitcoin réalise une hausse de 50 % en une semaine, le futur et l’ETF qui en dépend ne reproduiront pas cette hausse à court terme.

Un exemple compréhensible du fait que les fluctuations de prix ne sont pas reproduites 1:1 par un contrat à terme et que l’on n’en profite donc pas est le United States Natural Gas Fund (NYSE:). Ce contrat à terme du est en décalage avec le prix réel du gaz naturel de plus de 150%.

Un sort similaire pourrait également menacer les contrats à terme sur le bitcoin, encore jeunes, et, inévitablement, les ETF basés sur ces contrats.

L’ETF Bitcoin et la diversification forcée

Cependant, il existe d’autres problèmes liés aux ETF bitcoin que les initiateurs doivent résoudre. Le président de la SEC, M. Gensler, a explicitement souligné que les ETF BTC doivent être soumis à la loi sur les sociétés d’investissement de 1940. Cette mesure a été adoptée par le Congrès pour accroître la protection des investisseurs privés.

La loi prévoit, entre autres, qu’un fonds ne peut pas investir uniquement dans un seul instrument, mais doit être diversifié. Selon cette réglementation, il est donc impossible pour ProShares & Co d’investir la totalité du capital directement dans l’un des contrats à terme. Il faudrait nécessairement détenir 75% de liquidités.

Un problème pour lequel il n’existe qu’une seule véritable solution. Les 25% restants sont transférés à une filiale étrangère, où la réglementation des marchés financiers n’est pas prise très au sérieux. Il investit ensuite avec un effet de levier dans les contrats à terme sur le bitcoin, ce qui aboutit idéalement à une exposition de près de 100%.

Il est clair que ces tours de passe-passe s’accompagnent de coûts supplémentaires qui font augmenter les frais de l’ETF et réduisent les rendements. En supposant, bien sûr, que la SEC approuve une telle manœuvre en premier lieu.

L’ETF Purpose Bitcoin est-il la solution ?

Une autre option supplémentaire pour répondre à l’exigence de diversification est le Canadian Purpose Bitcoin USD ETF (TSX:). Il serait théoriquement possible d’acheter ici.

Mais les fonds qui peuvent alimenter ce fonds sont sévèrement limités. Les autorités canadiennes ne facilitent pas la tâche des investisseurs étrangers. Selon la loi, ils ne sont pas autorisés à détenir plus de 50% d’un fonds.

De nombreux fonds canadiens indiquent donc explicitement que les actionnaires étrangers peuvent être contraints de vendre leurs actions. Ainsi, les ETF de bitcoins lancés aux États-Unis n’ont pas la possibilité d’investir indéfiniment dans le BTCC canadien.

La fin de l’histoire

Il ne fait aucun doute qu’un ETF américain sur le bitcoin sera accepté par la population. Mais l’argent collecté n’est pas versé directement dans le bitcoin et ne peut donc pas influencer directement le prix du bitcoin. Cela ne signifie pas que la crypto-monnaie la plus importante en termes de capitalisation boursière ne peut pas atteindre un niveau record dans le cadre du battage médiatique entourant un éventuel ETF, mais les contrats à terme eux-mêmes n’en sont pas responsables. Ce sont plutôt les investisseurs qui, craignant de manquer quelque chose, pourraient pousser le prix du BTC encore plus haut dans la perspective du lancement d’un ETF.

Mais ensuite, au plus tard le jour du lancement, le vent pourrait tourner si certains des investisseurs qui sont aujourd’hui directement investis dans le bitcoin préfèrent retirer leur argent des bourses de crypto-monnaies non réglementées et entrer dans l’ETF via une banque réputée. En croyant à tort qu’ils participent directement à la BTC avec le Bitcoin ETF.

Ceux qui croient vraiment qu’ils vont profiter des rallyes à court terme sur le marché des crypto-monnaies avec un ETF américain BTC seront rattrapés par la réalité tôt ou tard.

Par Marco Oehrl

Source : investing

Autres articles à lire

Vers un scandale des émissions dans le secteur immobilier ? Par Fundswatch

administrateur

Le CAC 40 décroche, les marchés déprimés par une chute historique du PIB US Par Investing.com

administrateur

Wall Street tente un rebond dans les premiers échanges Par Reuters

administrateur

Repli des actions face au risque d’une nouvelle vague de contamination Par Reuters

administrateur

Macron inaugure le nouveau hub de JP Morgan à Paris sur fond de Brexit Par Reuters

administrateur

Wirecard perd 30% après l’effondrement de 60% d’hier, le DG démissionne Par Investing.com

administrateur