Placement

Les cours du charbon en Chine s’envolent après des inondations dans des mines

Publié le 11 oct. 2021 à 16:56Mis à jour le 11 oct. 2021 à 18:20

La Chine n’est pas près de tourner la page de la crise énergétique. Des inondations dans la région du Shanxi à l’ouest du Pékin ont entraîné l’évacuation de 120.000 personnes et la fermeture de 60 mines de charbon sur les 682 que compte la province. Le Shanxi assure 30 % de l’approvisionnement chinois en charbon. La réaction ne s’est pas fait attendre sur les marchés à terme. A Zhengshou, le prix de la tonne de charbon a gagné 11,6 % pour terminer la séance de lundi à 1.408,2 yuans (218,74 dollars), un nouveau record historique . A Qinhuangdao, où est livré un charbon de meilleure qualité, le prix s’est même envolé à plus de 1.900 yuans (294 dollars).

Les inondations interviennent alors que l’ex-Empire du Milieu bataille pour sécuriser son approvisionnement énergétique et éviter les coupures de courant. Faute de gaz, cher et en quantité insuffisante, Pékin est revenu au charbon, même si cela va à l’encontre de ses ambitions environnementales. Face à la pénurie de cette énergie, le pouvoir central a même ordonné à nombre de groupes miniers du Shanxi et de Mongolie Intérieure d’extraire autant de charbon que possible, quitte à dépasser les quotas annuels.

30 à 40 millions de tonnes en moins

La réglementation, qui avait été renforcée il y a peu afin de prévenir les accidents mortels, a également été assouplie pour éviter toute fermeture temporaire et maximiser la production. L’objectif des autorités est d’éviter à tout prix les coupures de courant . Malgré tous ses efforts, la Chine se prépare à manquer de combustible pour faire tourner ses centrales électriques. Citic Securities évalue la pénurie à 30-40 millions de tonnes au quatrième trimestre.

En conséquence, la disponibilité en électricité sera inférieure aux besoins. Les analystes de Citi estiment que la pénurie va se poursuivre durant tout l’hiver, ce qui pourrait « obliger le gouvernement à rationner de 12 % la consommation des industriels au quatrième trimestre », et même plus si l’hiver est rigoureux. Une telle mesure accroît le risque de stagflation, avertissent les experts de la banque américaine. Dans les secteurs les plus énergivores, comme l’acier, le ciment ou la chimie, l’activité pourrait ralentir de 30 %, selon les calculs d’UBS.

L’énergie fossile la plus polluante au monde est indispensable au bon fonctionnement de l’économie chinoise. Selon les données de Citi, 72 % de la production d’électricité est encore assurée par le charbon. Les barrages hydrauliques n’en assurent que 14 % et l’éolien 7 %. Avec la hausse des prix du charbon, de nombreuses centrales tournent à perte. Le gouvernement a donc décidé d’autoriser les compagnies à augmenter leurs tarifs jusqu’à 20 %, afin de les inciter à reprendre la production.

Source : les echos

Autres articles à lire

Les cours de l’argent atteignent des cimes

administrateur

La dégradation de la situation des entreprises françaises les plus endettées s’accélère

administrateur

Comment les Américains ont fait main basse sur les données ESG

administrateur

Pourquoi les Américains font mieux fructifier leur épargne que les Français

administrateur

La facturation des dépôts des particuliers passe un cap en Allemagne

administrateur

Coup de théâtre chez SCOR : Benoît Ribadeau-Dumas ne succédera pas à Denis Kessler

administrateur