Placement

Les deux piliers cotés français du private equity affichent une santé de fer

Publié le 29 juil. 2021 à 19:52

Les deux sociétés de capital-investissement phares de la Bourse tournent la page de la crise. En 2020 Wendel avait enchaîné pertes et t ensions de gouvernance . Pour Eurazeo, l’année avait été marquée par la restructuration de sa participation historique Europcar , et des comptes dans le rouge . En 2021, leurs résultats sont en très fort rebond  : leur actif net réévalué (ANR), l’indicateur qui reflète la valeur de leurs participations, atteint un niveau record.

Eurazeo, dirigée par Virginie Morgon, a publié au premier semestre un ANR de 99,10 euros par action, soit son plus haut niveau historique, en progression de 18 % par rapport à fin 2020 et… de 42 % sur douze mois. Le montant de ses actifs en portefeuille dépassent désormais les 25 milliards d’euros, en hausse de près de 40 % sur un an, avec des levées de fonds, elles aussi, à un niveau record de 2,4 milliards d’euros. La dirigeante de la société de gestion vient d’annoncer la levée du plus gros fonds européen dédié aux sociétés tech de croissance .

« Compte tenu de la dynamique actuelle de levées de fonds et d’augmentation de la valeur des actifs, le groupe est à présent en avance sur la trajectoire de doublement des actifs à 5 à 7 ans », a même annoncé Eurazeo qui met un coup d’accélérateur sur la tech, la santé et l’économie Verte.

Signe de son excellente santé, l’investisseur en private equity fait mieux même qu’en 2019 avec un bénéfice de 476 millions d’euros sur le semestre contre 188 millions d’euros il y a deux ans. Avec le déclenchement de la pandémie, Eurazeo avait enregistré une perte de 295 millions d’euros les six premiers mois de 2020.

« Forte décote » de Wendel

Dans la foulée mercredi, le cours a pris 5 % et continuait de monter jeudi à 81,75 euros, et atteignait son plus haut niveau historique, valorisant Eurazeo 6,4 milliards d’euros.

Wendel s’inscrit dans son sillage, même si la société d’investissement n’a pas retrouvé ses performances passées. Son cours a atteint son plus haut depuis janvier à l’annonce des résultats ce jeudi (+5 % en fin d’après midi à 118,7 euros) mais il n’a toutefois pas renoué avec ses sommets historiques.

La société d’investissement de 8,4 milliards d’euros d’actifs dirigée par André François Poncet publié un ANR record de à 189,1 euros par action, en hausse de 18,9 % par rapport à la fin décembre et de 36,4 % sur un an.

Cette progression résulte de la hausse de 18,2 % de la valorisation de Bureau Veritas, sa principale participation à hauteur de 35,8 %, depuis le début de l’année et par une progression de 23,6 % de la valorisation des participations non cotées. Les autres participations – Constantia Flexibles, Cromology, Stahl, Crisis Prevention Institute, IHS Towers – ont elles profité de la hausse des multiples d’entreprises comparables cotées en bourse et d’une progression de leur rentabilité.

« Si notre dividende et notre ANR ont progressé depuis 2017, nous observons que notre cours de Bourse reste significativement inférieur aux niveaux constatés à cette époque, avec une très forte décote par rapport à la valeur sous-jacente », a déclaré André François-Poncet, le président du directoire. A ce titre, le dirigeant assure ainsi vouloir poursuivre ses rachats d’actions opportunistes.

Source : les echos

Autres articles à lire

A Wall Street, les rachats d’actions ne font plus rêver

administrateur

Cinq clés pour comprendre les avantages et inconvénients d’un SPAC

administrateur

L’assemblée générale de Solutions 30 approuve les comptes 2020

administrateur

L’administrateur référent : un contre-pouvoir face au PDG

administrateur

Les banques européennes assez fortes pour encaisser une nouvelle tempête financière

administrateur

La BCE lance officiellement les travaux sur l’euro numérique

administrateur