Economie

Les EAU ont de plus en plus de pouvoir au sein de l’OPEP, quel impact sur le pétrole?

Lors de sa réunion du 30 novembre, l’Organisation des pays exportateurs de (OPEP) a rencontré un problème. Le cartel n’est pas parvenu à un consensus sur la production de pétrole. Le groupe se réunira à nouveau aujourd’hui, le 3 décembre, pour engager de nouvelles discussions.

La réunion de l’OPEP+, qui était prévue pour le 1er décembre, a également été reportée au 3 décembre.

Les prix du pétrole ont réagi négativement à la nouvelle que l’OPEP n’a pas été en mesure de parvenir à un accord sur la production de pétrole lundi, mais se sont redressés mercredi lorsque des rapports ont été publiés selon lesquels l’organisation OPEP+ se rapproche d’un accord.

Il est encore très probable que l’OPEP et l’OPEP+ parviennent à un accord sur la production de pétrole pour les trois premiers mois de 2021. Alors qu’ils travaillent sur cet accord, les événements de ces derniers jours révèlent qu’un réalignement plus important est en cours au sein des deux organisations, ce qui pourrait avoir des conséquences sur le marché pétrolier pour les années à venir.

Qu’est-ce qui retient l’OPEP et l’OPEP+ ?

Les désaccords semblent se concentrer sur deux questions. Le premier : comment l’OPEP peut-elle obliger les pays membres qui ont surproduit leurs quotas à compenser cette surproduction à l’avenir.

La seconde : l’OPEP+ doit-elle reconduire ses niveaux de production actuels pour les trois premiers mois de 2021, ou doit-elle mettre en œuvre un programme visant à augmenter progressivement la production au cours de ces trois mois ?

Depuis la création de l’OPEP, le non-respect des règles est un problème habituel. Plus récemment, l’Arabie Saoudite a pris la tête des efforts pour tenter de résoudre ce problème. Au cours des derniers mois, les pays qui n’ont pas réussi à réduire suffisamment leur production de pétrole ont été contraints de s’engager à respecter un calendrier de réductions supplémentaires de la production pour compenser leur manque de conformité antérieur.

Cette mesure a peut-être aidé le marché pétrolier à regagner une certaine confiance dans l’OPEP et l’OPEP+ au cours de l’été, après que la désastreuse réunion du groupe en mars ait conduit à un effondrement du prix du pétrole. Toutefois, la pression exercée par les membres pour que les pays respectent les règles et assument leurs responsabilités n’a été que partiellement couronnée de succès, car certains pays, comme l’Irak, n’ont toujours pas adhéré. D’autres pays surproducteurs, comme la Russie, n’ont même pas été poussés à se mettre en conformité.

Selon Platts, les EAU souhaitent que des mécanismes compensatoires plus stricts soient mis en place avant d’accepter de prolonger les quotas de production actuels, même pour les trois premiers mois de 2021. Selon Bloomberg, il existe également un fossé entre l’Arabie saoudite, qui souhaite reconduire les niveaux de production actuels jusqu’en mars 2021, et la Russie, qui cherche à augmenter progressivement les niveaux de production entre janvier et mars 2021.

Que se passe-t-il avec les Émirats Arabes Unis ?

Malgré les spéculations selon lesquelles les EAU sont de plus en plus frustrés par les limites de production de l’OPEP et envisagent de se séparer du groupe, il est très peu probable que les EAU fassent réellement un geste aussi important. Cette fuite d’informations fait probablement partie d’un jeu de pouvoir plus important sur la scène énergétique mondiale.

Les EAU affirment leur indépendance dans la région du Golfe depuis un certain temps, notamment sur les questions de diplomatie et de développement nucléaire. Les EAU se sont engagés dans la diplomatie nucléaire avec les États-Unis et les organisations internationales afin de pouvoir construire leur premier réacteur nucléaire.

Ils ont récemment signé un accord historique visant à normaliser leurs relations avec Israël et devraient recevoir des avions de chasse convoités par les États-Unis sur la base de cette nouvelle coopération. Déjà, la coopération économique entre les EAU et Israël commence. En d’autres termes, les Émirats Arabes Unis se taillent une place audacieuse sur les questions régionales, ce qui est logique compte tenu de leur puissance économique relative et de leurs villes cosmopolites qui accueillent des milliers de voyageurs et de professionnels étrangers.

En tant que partisan discret et négociateur au nom des politiques saoudiennes au sein de l’OPEP, les EAU ont joué un rôle influent, bien que sous-estimé, dans l’élaboration de la première déclaration de coopération avec la Russie et d’autres pays pour former le groupe OPEP+ en 2016. Souvent, les EAU offrent un vote fiable pour les positions favorisées par l’Arabie Saoudite. La relation peut encore être importante, mais les EAU sont un membre indépendant de l’OPEP.

La nouvelle affirmation des EAU au sein de l’OPEP doit être considérée comme une composante de sa confiance politique et diplomatique globale. Plutôt que de chercher à se soustraire à l’OPEP, les EAU saisissent ce qu’ils considèrent comme une opportunité de gagner en puissance et en influence en prenant la tête là où d’autres, dont l’Arabie Saoudite, n’ont pas pu le faire.

Rappelons que la poussée des EAU au sein de l’OPEP intervient quelques jours seulement après que sa compagnie pétrolière, ADNOC, ait annoncé une découverte majeure de pétrole non conventionnel et que le Conseil suprême du pétrole d’Abou Dhabi ait approuvé un plan pour que ADNOC dépense 122 milliards de dollars en dépenses d’investissement au cours des 5 prochaines années. Comparez cela à la compagnie pétrolière nationale d’Arabie Saoudite, Saudi Aramco (SE:), qui réduit ses dépenses d’investissement et vend des milliards de dollars en obligations internationales pour remplir ses engagements en matière de dividendes.

Le ministre du pétrole des EAU, Suhail Mazroui, a depuis longtemps averti la communauté mondiale que la baisse des dépenses d’investissement des compagnies pétrolières (privées et publiques) au cours des cinq dernières années entraînera une future pénurie de pétrole. Certaines grandes compagnies pétrolières, comme BP (LON:), ont exprimé leur position selon laquelle la demande de pétrole a atteint un sommet. Cependant, les EAU n’adhèrent pas à ce point de vue et se positionnent pour être un leader mondial de l’industrie pétrolière à l’avenir. En renonçant à la théorie du pic de la demande et en poursuivant des plans de CAPEX substantiels, l’ADNOC pourrait se positionner comme un leader dans les années à venir.

Pendant ce temps, selon des rapports, le ministre saoudien du pétrole, Abdulaziz bin Salman, a menacé de démissionner de sa coprésidence du comité JMMC par frustration face à la surproduction persistante d’autres pays. Il s’agit peut-être d’une simple menace, mais elle soulève la question de savoir si l’Arabie Saoudite doit être coprésidente. En attendant, certains membres, notamment les Émirats Arabes Unis, font preuve de plus d’indépendance et de force.

Implications pour le marché du pétrole

Les observateurs du marché devront prendre note de la capacité des EAU à tirer profit de cette période de relative faiblesse au sein du leadership traditionnel de l’OPEP et de l’OPEP+. L’Arabie Saoudite sera toujours un producteur essentiel sur le marché en raison du volume de sa capacité de production et de ses exportations. Si l’Arabie saoudite le voulait, elle pourrait inonder le marché en augmentant jusqu’à 12 millions de bpj comme elle l’a fait en avril, et elle prévoit de porter sa capacité à 13 millions de bpj dans un avenir proche. En comparaison, les EAU ne produisent que 2,5 millions de bpj actuellement, ils ont une capacité de 4 millions de bpj. S’ils parviennent à porter cette capacité à 5 millions de bpj, ils deviendront le deuxième producteur de l’OPEP et le troisième de l’OPEP+, derrière la Russie. Cependant, la capacité de production n’est pas tout dans un cartel qui nécessite la formation d’une coalition pour parvenir à un consensus.

Quelles positions les EAU vont-ils défendre avec plus de pouvoir au sein de l’OPEP et de l’OPEP+ ?

Tout d’abord, il semble que les EAU souhaitent maintenir des taux de production élevés, contrairement à l’Arabie Saoudite qui souhaite des réductions de production. Les EAU veulent augmenter leur capacité et semblent vouloir vendre davantage. De plus, grâce à leur nouvelle centrale nucléaire, les EAU pourront exporter une plus grande partie du pétrole qu’ils produisent.

Deuxièmement, l’économie des EAU est plus diversifiée que celle de certains autres producteurs de pétrole. Bien que l’économie locale ait connu récemment des difficultés, notamment dans le domaine de l’immobilier, l’économie des Émirats Arabes Unis se targue d’avoir des industries florissantes dans la finance, le tourisme, les services aux entreprises et le commerce international en général.

Le pétrole est une composante de l’économie des EAU, mais le pays ne dépend pas autant de prix élevés que le gouvernement d’Arabie Saoudite. Et, de par sa taille, l’économie du pays est plus forte que celle de la Russie. En d’autres termes, un Émirat autonome est plus libre de prendre des décisions sages et à long terme au sein de l’OPEP+ sans se préoccuper autant du prix du pétrole de demain.

Source : investing

Autres articles à lire

De sombres nuages menacent le Pétrole, l’Or est à la croisée des chemins

administrateur

7ème mois de hausse pour le Sucre Brut, plus long rallye en 15 ans

administrateur

Pétrole : Comment va agir l’OPEP face aux sombres perspectives de demande ?

administrateur

Prévision hebdomadaire : L’Or prudent avant la Fed ; Le Pétrole progresse, ignorant les risques

administrateur

Revue hebdomadaire du marché du cacao.

administrateur

L’Or attend la Fed, tandis que le pétrole dépendra de l’ouragan Sally et de l’OPEP+

administrateur