Placement

Les Etats-Unis enquêtent sur des délits d’initié sur le pétrole

Publié le 23 avr. 2020 à 12h18

Un délit d’initié sur le pétrole. Les autorités américaines examinent cette hypothèse, selon l’agence « Bloomberg ». Le régulateur des bourses de commerce et matières premières, la Commodity Futures trading Commission assisté du FBI (Federal Bureau of Investigation) et du département d’Etat, enquête sur des mouvements suspects sur les cours du pétrole, ceux du fameux contrat WTI. Ces variations inhabituelles ont eu lieu en mars et donc avant la séance chaotique du 20 avril quand son prix est devenu négatif .

Centaines de millions de dollars

Des firmes de trading qui ont des contacts bien placés en Russie, auraient pu bénéficier, avant le reste du marché, d’informations privilégiées. Elles porteraient sur la position de la Russie et l’état de ses négociations avec des membres influents de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole l’OPEP, comme l’ Arabie Saoudite . Le pétrole a connu une très forte volatilité cette année, source de gains pour les mieux informés.

Les personnes qui sont dans le collimateur des autorités ne sont pas de nationalité américaine et les firmes dont les transactions sont scrutées de près « emploient des collaborateurs qui ont des liens avec le Kremlin » estime l’agence Bloomberg. Des centaines de millions de dollars de profits ont pu être engrangées de manière illégale. Le régulateur des marchés anglais examine de son côté les transactions sur le baril de brent à Londres pour y déceler des mouvements suspects.

La règle « Eddie Murphy »

Le régulateur américain des marchés de matières premières (CFTC) avait rendu hommage à l’acteur américain pour son rôle dans le film « Un fauteuil pour deux » (« Trading places »). Sa règle prohibant en 2010 tout délit d’initié sur les matières premières, et qui s’inspirait de celle sur les actions, fut baptisée du nom de l’acteur de la comédie. Elle relate les péripéties de deux personnes que tout oppose, un trader blanc à succès et un SDF noir. Une affaire rocambolesque de délit d’initié sur le rapport de la production d’oranges (le concentré de jus d’orange est coté sur le marché de Chicago) est au coeur de leur vengeance et revanche.

« Etoile filante »

Les délits d’initiés impliquant des hauts fonctionnaires sont moins courants que dans les entreprises privées . Ils sont aussi plus difficiles à prouver et investiguer. Au Brésil , les autorités ont lancé en 2019 une vaste enquête, « l’opération étoile filante » sur de possibles délits d’initiés, entre 2010 et 2012, impliquant des membres de la banque centrale et du ministère des Finances. Les décisions de politique monétaire auraient été communiquées à l’avance à un trader, moyennant rétribution.

Le store, le trader et le rapport sur le coton

Au début du XXe siècle, trois personnes se réunissaient dans un bureau de l’office américain des statistiques sur l’agriculture. L’un d’entre eux, E.S Holmes, divulguait à l’avance le rapport sur la production de coton à un complice trader à New York. La rumeur d’un délit d’initié parvint au chef du département qui décida que personne ne sortirait du bureau avant la publication des chiffres. E.S Holmes mit au point un stratagème avec son complice. En relevant les stores à un certain niveau, il donnait une indication à son complice, basé sous ses fenêtres, sur la variation des chiffres qui allaient être publiés. Le stratagème du store comme « indicateur avancé » de la production de coton fut découvert en 1905 et le fonctionnaire licencié.

Source : les echos

Autres articles à lire

L’EBITDAC, le nouvel indicateur financier né de la crise du Covid-19

administrateur

Crédit immobilier : les emprunteurs rarement protégés contre la perte d’emploi

administrateur

Un Français sur cinq pourrait se détourner de son agence bancaire après la crise

administrateur

Santé : les assureurs alertent sur la bombe à retardement du chômage

administrateur

Bitcoin, le 6e continent numérique compte 100 millions d’utilisateurs

administrateur

L’ex-président de CNP, Jean-Paul Faugère, nommé nouveau gendarme de l’assurance

administrateur