Economie

Les forces à l’oeuvre sur le Pétrole ont changé, voici ce que les Traders doivent savoir

Ce marché pétrolier est différent de tout ce que les traders ont connu auparavant, en partie parce que les forces stabilisatrices et les indicateurs traditionnels ont été bouleversés.

Voici un aperçu de ce que certaines banques, agences et économistes voient pour l’avenir du pétrole cette année. Vous trouverez également ci-dessous un aperçu de l’influence que l’OPEP+ pourrait avoir sur le marché, sa prochaine réunion étant prévue dans une semaine (remarque : l’OPEP+ pourrait ou non tenir une réunion la semaine prochaine, le 28 avril – la décision est encore en cours).

Diverses opinions sur les prix, l’offre et la demande

Les ont été relativement stables en avril, le WTI se situant près de la barre des 60 dollars le baril et le quelques dollars de plus. Certains analystes, comme ceux de Goldman Sachs (NYSE:) et Citigroup (NYSE:), pensent que les prix atteindront 80 dollars le baril ou presque cet été. En effet, ils voient la demande de pétrole atteindre des niveaux records et les restrictions liées aux pandémies se relâcher au troisième trimestre.

D’autres sont plus sceptiques, car les cas de coronavirus en Inde augmentent maintenant et les pays européens envisagent d’imposer davantage de restrictions aux voyages.

WTI hebdo

WTI hebdo

L’Administration américaine d’information sur l’énergie (EIA), dans ses dernières perspectives pétrolières à court terme, prévoit une convergence de l’offre et de la demande de pétrole au troisième trimestre de cette année, puis une consommation légèrement supérieure à l’offre au quatrième trimestre. Néanmoins, les prévisions de l’EIA prévoient que le Brent ne s’établira en moyenne qu’à 61 dollars le baril au second semestre, ce qui constituerait en fait une baisse par rapport au prix actuel du Brent, qui se situe autour de 65 dollars le baril.

Brent hebdo

Brent hebdo

Un point de vue intéressant sur ces prévisions a été soulevé par l’économiste en chef de l’American Petroleum Institute (API), le Dr Dean Foreman, sur le podcast Energy Week en début de semaine. (Avertissement : je suis le co-animateur de ce podcast). Il a expliqué que les prévisions de l’EIA reposent sur l’hypothèse que la production américaine augmentera de 900 000 bpj pour répondre à la demande croissante en 2021.

Cependant, d’après les discussions avec les producteurs de pétrole américains et les évaluations de leurs plans, il semble que la production américaine n’augmentera probablement pas autant et qu’il est plus probable que les États-Unis ne connaîtront qu’une augmentation de production de la moitié de ce montant.

Si tel est le cas, et que la demande s’accélère comme prévu, alors les prix augmenteront au cours du second semestre, contrairement à ce que prévoit l’EIA. Toutefois, beaucoup dépend de la réactivité de l’OPEP+. En n’augmentant pas leur production, les États-Unis auront essentiellement ouvert la porte à l’OPEP+ pour qu’elle augmente sa production plus que ce qu’elle prévoit actuellement.

OPEP+ : réactif plutôt que proactif

L’OPEP+ adopte une approche “attentiste”. Pour l’instant, elle prévoit d’augmenter progressivement sa production de pétrole en mai, juin et juillet, tout en précisant qu’elle augmentera ou diminuera sa production lors de ses réunions, désormais mensuelles, en fonction des signaux du marché. Cela peut sembler une approche mesurée, mais la stratégie réactionnaire de l’OPEP+ pourrait être la chose même qui déclenche une hausse des prix.

Cette année, au lieu de fixer des quotas de production pour 6 mois à la fois, l’OPEP+ est passée à un calendrier de réunions mensuelles où elle fixe les taux de production pour 1, 2 ou au maximum 3 mois à la fois. L’Arabie saoudite a également annoncé des réductions unilatérales “surprises” qui ont eu un impact sur le marché.

L’OPEP+ essaie de se réunir chaque mois tout en laissant suffisamment de temps aux compagnies pétrolières pour comprendre la politique et déterminer leurs OSP (prix de vente officiels) pour le mois suivant. L’OPEP+ se réunit régulièrement afin que ses membres et elle-même soient en mesure de réagir aux changements sur le marché.

Cependant, en raison de la fréquence accrue des réunions de l’OPEP+, personne – y compris les compagnies pétrolières, leurs clients et les négociants en pétrole – ne sait ce qu’il faut attendre de l’OPEP+. Dans le même temps, l’OPEP+ est largement devenue un réactif du marché au lieu d’un acteur du marché.

Difficultés de prévision pour les prochains mois

Il y a quatorze mois, les négociants en pétrole se basaient généralement sur certains indicateurs pour prévoir les prix. Ils examinaient les tendances de la production, la politique de l’OPEP+, la santé générale des économies (pour déterminer la demande future) et les questions saisonnières liées aux voyages, au raffinage, à l’utilisation de l’électricité (lorsque le pétrole est brûlé pour produire de l’électricité), etc.

Aujourd’hui, les informations dont les négociants ont besoin ont été bouleversées. Les tendances de la production aux États-Unis sont difficiles à déduire, en partie parce que les producteurs se méfient des changements apportés par la nouvelle direction du gouvernement.

L’OPEP+ est devenue réactionnaire, changeant de politique tous les mois et non plus tous les six mois. La santé économique n’est plus organique, mais désormais directement liée à l’imposition et à l’assouplissement des restrictions et des blocages imposés par les gouvernements.

C’est pourquoi nous voyons tant de prévisions divergentes et des prévisions qui changent tous les mois. Rien n’est plus ce qu’il était au début de 2020.

Source : investing

Autres articles à lire

Pétrole : C’est la demande, et non l’OPEP+ qui est actuellement le facteur clé

administrateur

L’Or vise $1,800, le Palladium pourrait dépasser $3,000

administrateur

Argent métal : encore une bonne pioche !

administrateur

La correction de l’Or pourrait ne pas encore être terminée

administrateur

4 facteurs clés que les traders de pétrole devraient surveiller avec attention

administrateur

Palladium à 4000$ ou transition vers le Platine pour les constructeurs auto?

administrateur