Placement

Les introductions en Bourse se multiplient à Paris

Voilà des mois que la place de Paris rêve d’un grand retour des introductions en Bourse. Ce temps est-il venu ? Lundi 8 mars, le même jour, deux sociétés françaises, OVHcloud et Aramis, ont annoncé envisager une introduction en Bourse à Paris cette année. La première est spécialisée dans l’hébergement Web et dans la fourniture d’infrastructure informatique, la seconde, détenue à près de 70 % par Stellantis, le constructeur automobile né du rapprochement entre PSA et Fiat Chrysler, vend des voitures d’occasion en ligne . Toutes deux veulent accélérer leur développement.

Autodis, Believe, Aramis, OVHcloud

Mi-février, Bain Capital, actionnaire du groupe français de pièces détachées automobiles Autodis, avait indiqué avoir engagé des banques pour reprendre son projet de cotation à Paris, suspendu en mai 2018. Et en novembre dernier, Believe, le groupe français d’édition et de distribution musicale, avait aussi annoncé préparer une introduction en Bourse pour 2021, qui pourrait le valoriser environ deux milliards d’euros.

Dans une interview aux « Echos » début février, Cedric O, secrétaire d’Etat chargé du Numérique, avait indiqué qu’une cotation d’envergure d’une société tech française enverrait un message très fort à l’ensemble du monde de la technologie internationale, mais aussi aux entreprises françaises du numérique. Il misait sur « au moins une demi-douzaine » d’opérations de ce type dans les dix-huit prochains mois.

Depuis janvier, Euronext Paris a en outre accueilli trois nouvelles sociétés sur le compartiment dédié aux PME. 113 millions d’euros ont été levés, dont l’essentiel a été collecté par Hydrogen Refueling Solutions (HRS) , le concepteur et fabricant européen de stations de ravitaillement en hydrogène.

« Les marchés actions sont bien orientés et la volatilité reste contenue sous les 25 %, commente Alexis Le Touze, responsable des activités Equity Capital Market en France chez BNP Paribas. Les dernières sociétés ayant fait leur introduction en Bourse ont pu obtenir des niveaux de valorisation attractifs. Cela incite les candidats à la cotation, tandis que les investisseurs recherchent activement de nouvelles histoires à acheter. »

Plus de 9 milliards d’euros levés en Europe

Au niveau européen, les introductions en Bourse sont bien plus nombreuses et d’une taille plus importante. « Au total, en janvier et février 2021, plus de 9 milliards d’euros ont été levés ; cela correspond à l’année la plus active depuis plus de 5 ans sur ce segment », remarque Benoît Bout, responsable de la syndication actions chez Crédit Agricole CIB. Fin février, à la Bourse de Francfort, Auto1 Group a levé 1,8 milliard d’euros, ce qui valorise le groupe autour de 10 milliards d’euros, soit autant que Renault… A la Bourse d’Amsterdam, fin janvier, le polonais InPost a réalisé la plus grosse introduction en Bourse en Europe depuis 2018. La société spécialisée dans la livraison express de colis en casiers automatisé, a levé près de 3 milliards d’euros.

L’année 2020 est ressortie comme le pire millésime en France en termes de cotations en France depuis 2012. Seulement 21 sociétés ont fait leurs premiers pas à la Bourse de Paris, contre 19 retraits (dont Lafuma, Mediawan, Le Bélier, April, etc.). Elles ont levé à peine 500 millions d’euros, contre 2,8 milliards d’euros en 2019.

Source : les echos

Autres articles à lire

Gregory Daco : « Le risque d’une surchauffe non contrôlable de l’économie américaine est minime. »

administrateur

Nouvelles tensions au sein du Conseil des gouverneurs sur la politique de la BCE

administrateur

Le bitcoin et les cryptos saisis de la folie des grandeurs

administrateur

Un rapport au vitriol cible la politique européenne anti-blanchiment

administrateur

Airbnb, Doordash, Snowflake… Wall Street accueille les licornes à bras ouvert

administrateur

Fraude aux cartes bancaires : les autorités rappellent les banques à l’ordre

administrateur