Bourse & Actions

Les marchés trop optimistes | Investing.com

Publié à l’origine sur la Bourse au quotidien.fr

Bonjour à tous !

Le soleil continue de régner en maître sur la région parisienne, avec des températures estivales à prévoir en milieu de semaine. J’espère que, de votre côté, vous vous portez bien… aussi bien que la Bourse de Paris qui, après avoir flambé de plus de 5% hier, limite les dégâts ce mardi.

Le ne se déleste en effet que de 0,6% environ vers 10h30, après être repassé au-dessus des 4 500 points.

D’une manière générale, les investisseurs ont applaudi l’annonce hier par Emmanuel Macron et Angela Merkel d’un programme de relance de 500 Mds€. La convergence de vue entre Paris et Berlin est évidemment un signal fort, d’autant que la solidarité européenne a été ébranlée avec la pandémie de coronavirus, mais il reste à convaincre l’ensemble des pays membres de l’Union Européenne (UE), ce qui ne sera pas une mince affaire.

Sur le front sanitaire, la biotech américaine Moderna a “buzzé” avec la divulgation de premiers résultats prometteurs de la phase initiale de ses essais de vaccin contre le Covid-19. Concrètement, le groupe (dirigé par un Français, Stéphane Bancel) a fait état de données intérimaires positives sur un petit nombre de volontaires, 45 patients répartis en 3 groupes et ayant reçu 3 doses différentes du vaccin, en 1 ou 2 fois.

Reste que si le vaccin a semblé susciter une réponse immunitaire chez 8 personnes à qui il a été administré, la partie est encore loin d’être gagnée. Il faut en effet attendre les résultats de la phase II, prévue pour juin, et ceux de la phase III, attendus à ce stade en juillet.

Dans un autre registre, les immatriculations de voitures neuves dans l’UE ont chuté de 76,3% en avril, un recul encore plus spectaculaire que celui de 55,1% enregistré le mois précédent. Par ailleurs, à en croire une étude de la société de gestion britannique Janus Henderson, le montant global des dividendes devrait baisser entre 15 et 35% dans le monde cette année.

Enfin, au chapitre des valeurs, le distributeur américain JCPenney, créé en 1902, est actuellement au bord du gouffre. Il a en effet annoncé vendredi se placer sous le régime national des faillites, alors que son titre a fondu de plus de 80% depuis le début de l’année en raison de ventes en berne. Déjà en grande difficulté avant la pandémie, JCPenney n’aura donc pas résisté à celle-ci.

Un symbole très fort et un exemple marquant des difficultés du secteur outre-Atlantique…

Excellente journée à tous et à demain !

Source : investing

Autres articles à lire

Où l’on reparle des écarts de valorisation

administrateur

La Française des jeux réduit son dividende et lance un plan d’économies

administrateur

Cannabis : Le cours de Truelive a doublé de valeur depuis la semaine dernière

administrateur

Pour savoir où veut aller le CAC40, suivez le S&P500 !

administrateur

Vers un deuxième trimestre difficile pour Plastic Omnium, mais le bilan reste solide

administrateur

Des résultats en pagaille avec de la décroissance pour tout le monde

administrateur