Crypto-monnaies

Les paris du « family office » de Soros

Le  portefeuille   d’actions américaines   du « family office » (la société d’investissement familiale) de George Soros compte plus de 200 titres, représentant un montant de près de 6 milliards de dollars, soit près du quart du total des capitaux (26 milliards de dollars). Le fonds détient ses actions entre un et trois trimestres, un témoignage de son style de gestion dynamique et orienté sur le court terme, plus proche du trading que de l’investissement. Son portefeuille d’actions de Wall Street avait atteint son apogée en juin 2014, où il comprenait alors près de 500 titres pour un montant de près de 13 milliards de dollars.

Au premier trimestre, le fonds a acheté les titres de banques comme JP Morgan, Wells Fargo, Citigroup et Morgan Stanley, ainsi que des actions Amazon. Il s’est renforcé sur le groupe Netflix, comme un de ses anciens bras droits  Stanley Druckenmiller à la tête de son propre famlily office (Duquesne). Il a profité des replis temporaires des titres Alphabet, Marvell technology, Bank of America, Aetna et Charles Schwab, pour renforcer ses positions.

En revanche, il a cédé l’intégralité de ces participations dans les groupes Gap, General Electric, CBS, Comcast, Qualcomm et Halliburton. Il a vendu tous ses titres Overstock.com, une société de e-commerce dont le cours avait bondi de plus de 200 % en 2017 après qu’elle se soit diversifiée dans l’activité des devises cryptographiques et jetons (« initial coin offering »).

Le « family-office », qui avait vendu toutes ses actions Facebook au dernier trimestre de 2017, a acquis pour 35 millions de dollars d’obligations convertibles de Tesla. Ses 10 principaux investissements boursiers à Wall Street pèsent pour près de 40 % de son portefeuille boursier américain. Il s’agit notamment de Liberty Broadland corp, Vici properties (immobilier), Caesars Entertainment Corporation (hôtels et casinos), Altaba (la société qui a résulté de l’achat par Verizon de l’activité internet de Yahoo !) et Fire Eye. Le fonds mise aussi sur la hausse de la volatilité des actions américaines dans les mois à venir par le biais d’options de vente et d’achat. Un autre moyen de se protéger contre la volatilité de Wall Street est de trouver des actifs qui évoluent de manière indépendante des marchés boursiers américains. C’est notamment le cas des devises cryptographiques comme le bitcoin, peu corrélées à l’évolution des actions.

Cryptos et bitcoin

D’après l’agence Bloomberg , le responsable de la gestion « global macro » (qui investit sur toutes les grandes classes d’actifs) du famliy office, Adam Fisher, a désormais l’autorisation d’investir sur les devises cryptographiques. George Soros s’est pourtant toujours montré méfiant à l’égard de ces dernières mais  ce n’est plus lui qui a la charge de la gestion de son fonds. Il a, difficilement , passé le relais et  pris sa retraite du monde du trading. Après avoir été influent sur les marchés, il vise à l’être à l’échelon de la société, et par le biais de sa  fondation .

Source : les echos

Related posts

Le marché des « ICO » digère sa course aux records

administrateur

Bitcoin : Un cabinet d’analyse affiche une prévision à $64.000 d’ici fin 2019

administrateur

Le Bitcoin recule face à l’interdiction de la publicité pour les cryptos par Bing Par Investing.com

administrateur

Leave a Comment

Login

X

Register