Autres actualités

Les PMI flash et les assurances US sur le commerce en soutien Par Reuters

© Reuters. LES BOURSES EUROPÉENNES PROGRESSENT À MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) – La Bourse de New York est attendue dans le vert et les Bourses européennes progressent à mi-séance mardi, profitant des premiers résultats meilleurs qu’attendu des enquêtes PMI sur l’activité économique en Europe, perçus comme un indice supplémentaire d’une reprise soutenue.

Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 0,8% environ, qui pourrait permettre au d’inscrire un record.

À Paris, le gagne 1,68% à 5.031,66 points à 11h00 GMT. A Londres, le prend 1,16% et à Francfort, le avance de 2,71%.

L’indice est en hausse de 2,11%, le de 1,44% et le de 1,49%, au plus haut depuis le 10 juin.

Le mouvement de hausse s’est amplifié avec la publication, un quart d’heure après l’ouverture des marchés, des premiers résultats des enquêtes mensuelles d’IHS Markit auprès des directeurs d’achats en France, qui suggèrent une reprise de l’activité plus rapide qu’anticipé. Une impression que les indices PMI flash pour l’Allemagne, l’ensemble de la zone euro ont ensuite confortée.

L’indice PMI flash composite pour la zone euro ressort ainsi à 47,5 après 31,9 en mai, alors que le consensus le donnait à seulement 42,4.

Ces chiffres sont salués par les marchés même si certains économistes jugent qu’il est encore trop pour y voir la promesse ferme d’une reprise soutenue.

“Les PMI de la zone euro montrent des signes de retour à la normale en juin”, estime ainsi Nicola Nobile, d’Oxford Economics, avant d’ajouter que “les indices, à ce stade, nous donnent davantage une indication qualitative de la réponse à l’assouplissement du confinement qu’une estimation précise de l’activité économique”.

Les investisseurs avaient auparavant été soulagés par les déclarations de l’administration Trump réaffirmant la validité de l’accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine, un démenti aux propos de Peter Navarro, conseiller de Donald Trump, selon lequel cet accord était “terminé”.

VALEURS EN EUROPE

Les secteurs les plus sensibles à l’évolution des perspectives économiques mènent la hausse en Europe: l’indice Stoxx de l’automobile gagne 3,37%, celui des banques 2,82%, celui de l’industrie 1,97%.

A Paris, Renault (PA:) et PSA (PA:) s’adjugent respectivement 7,37% et 6,65%, les meilleures performances du CAC.

A Francfort, Bayer (DE:) prend 5,48% après des informations du quotidien économique allemand Handelsblatt selon lesquelles le groupe d’agrochimie s’apprête à conclure un accord amiable de huit à dix milliards de dollars pour mettre fin à plusieurs milliers de procédures judiciaires impliquant le glyphosate.

Wirecard regagne 21,68% après avoir perdu plus de 87% de sa valeur en trois séances. L’ex-président du directoire du groupe allemand a été arrêté dans le cadre de l’enquête sur les soupçons de fraude comptable, qui portent sur 1,9 milliards d’euros.

TAUX

Le mouvement général favorable aux actifs plus risqués désavantage les emprunts d’Etat et fait remonter les rendements de référence: celui du Bund allemand à dix ans prend autour de 1,5 point de base à -0,42% et son équivalent français remonte à -0,0962%.

Le dix ans américain est lui aussi orienté à la hausse, à 0,7217%.

CHANGES

L’euro profite des chiffres des PMI flash et s’apprécie de 0,28% face au dollar à 1,1289 ,après un pic à 1,1306.

La monnaie américaine recule aussi face à d’autres devises sensibles à l’évolution des tensions commerciales comme le dollar australien ou, dans une moindre mesure, contre le yuan chinois.

L'”indice dollar”, qui mesure les fluctuations du billet vert face à un panier de référence, recule de 0,13%.

PÉTROLE

Le marché pétrolier est solidement orienté à la hausse après un début de journée incertain au gré des déclarations américaines successives sur l’accord commercial avec la Chine.

Le rebond entamé après les clarifications de Washington s’est amplifié à la suite de la publication des PMI flash.

Le gagne 1,62% à 43,78 dollars le baril, au plus haut depuis le 6 mars, et le (West Texas Intermediate, WTI) 1,74% à 41,44 dollars.

(Marc Angrand)

Source : investing

Autres articles à lire

Air France contrôlera la température de ses voyageurs Par Reuters

administrateur

Australie et Asie lancent une journée de manifestations contre les violences policières Par Reuters

administrateur

Tensions en banlieue parisienne pour la quatrième nuit consécutive Par Reuters

administrateur

Spie grimpe en Bourse, les résultats du 1er trimestre jugés rassurants Par Reuters

administrateur

La Cour européenne de justice rappelle qu’elle est “seule compétente” Par Reuters

administrateur

Le CAC 40 aggrave sa chute, Powell et l’OMS refroidissent davantage l’ambiance Par Investing.com

administrateur