Autres actualités

Les résultats animent la cote, LVMH pèse sur le CAC Par Reuters

© Reuters. LES BOURSES EUROPÉENNES ÉVOLUENT EN ORDRE DISPERSÉ

par Patrick Vignal

PARIS (Reuters) – Les principales Bourses européennes évoluent en ordre dispersé mardi en début de séance sous le feu des résultats d’entreprises dont ceux, mal accueillis, de LVMH (PA:), qui pèsent sur le .

L’indice parisien perd 0,37% à 4.921,34 points vers 07h55 GMT. À Francfort, le gagne 0,26% et à Londres, le prend 0,44%.

L’indice de la zone euro progresse de 0,04%, le de 0,26% et le de 0,16%.

Le rythme effréné des publications de résultats fait passer pour un temps au second plan une situation sanitaire toujours préoccupante, notamment aux Etats-Unis, et le regain de tension entre Pékin et Washington.

LVMH perd 4,57%, la plus forte baisse du CAC, après l’annonce d’une contraction plus forte que prévu de sa marge opérationnelle au premier semestre dans le contexte de crise sanitaire liée à la pandémie de coronavirus.

Le numéro un mondial du luxe a déclaré observer des “signes vigoureux” de reprise depuis juin, qu’il espère voir se confirmer au cours des prochains mois, mais cela n’a pas suffi à rassurer les investisseurs.

VALEURS

Tout le secteur du luxe souffre dans le sillage du numéro un mondial du secteur. Kering (PA:) perd 1,83%, Hermès (PA:) abandonne 2,14% et Moncler (MI:) lâche 3,81%, après avoir annoncé lundi soir une perte au premier semestre, pour la première fois de son histoire.

A l’inverse, PSA (PA:) bondit de 3,15%. Le plus rentable des deux constructeurs automobiles français est parvenu à maintenir un résultat positif au premier semestre malgré la crise du coronavirus et a confirmé son objectif de marge à moyen terme en dépit des incertitudes de marché qui planent sur 2020.

Fiat Chrysler, avec lequel PSA est en train de fusionner, suit le mouvement avec un gain de 3,1%.

A la baisse, le loueur de voitures en difficulté Europcar (PA:) chute de 11,72%. La société d’investissements Eurazeo (PA:) a demandé aux candidats intéressés par un rachat de la société de soumettre une offre définitive en septembre, ont dit à Reuters des sources proches du dossier.

Volkswagen (DE:) a manifesté son intérêt pour l’entreprise cotée à Paris mais il n’a pas encore soumis d’offre ferme, le constructeur allemand restant prudent face aux lourdes retombées économiques de la pandémie liée au nouveau coronavirus sur le secteur de la location de voitures, ont dit les sources. Europcar s’efforce d’attirer d’autres acteurs industriels à la table des négociations malgré le contexte défavorable, selon l’une des sources.

Carrefour (PA:), qui doit publier ses résultats après la clôture, prend en revanche 4,31%, la plus forte progression du CAC, sur la nouvelle d’un bond du bénéfice trimestriel de sa filiale au Brésil.

A WALL STREET

La Bourse de New York a commencé lundi par une séance de hausse une semaine très chargée en résultats d’entreprises, les investisseurs espérant l’adoption prochaine d’un plan de soutien à l’activité aux Etats-Unis face aux ravages économiques provoqués par la pandémie liée au nouveau coronavirus.

L’indice a gagné 114,88 points (+0,43%) à 26.584,77 points.

Le S&P-500, plus large, a pris 23,78 points, soit 0,74%, à 3.239,41 points.

Le a connu une progression encore plus marquée avec un gain de 173,09 points (+1,67%) à 10.536,27 points. Cet indice à forte composante technologique a profité des bonnes performances des poids lourds du secteur comme Apple (NASDAQ:) (+2,37%), Amazon (NASDAQ:) (+1,54%), Alphabet (NASDAQ:) (+1,41%) et Facebook (NASDAQ:) (+1,21%) avant la publication de leurs résultats trimestriels cette semaine.

Sur ce plan, cette semaine sera particulièrement animée puisque les intervenants de marché vont avoir à éplucher les résultats de 189 des 500 composants du S&P.

En attendant, les investisseurs ont aussi les yeux tournés vers Washington où des progrès semblent se produire sur le plan politique en vue de l’adoption rapide d’un programme massif de soutien à l’économie américaine.

Les contrats à terme signalent pour l’instant une ouverture de Wall Street sans tendance claire.

EN ASIE

L’indice de la Bourse de Tokyo a terminé en baisse de 0,26% mais en Chine, l’indice SSE Composite de la Bourse de Shanghai, a gagné 0,7%.

CHANGES

Le dollar repart à la hausse, l’indice le mesurant à un panier de devises de référence prenant 0,15% après avoir atteint un creux de deux ans.

L’euro baisse parallèlement de 0,35% face au billet vert, autour de 1,1712 dollar, mais reste à proximité d’un pic de deux ans à 1,1781.

MÉTAUX

L’or s’apaise sur des prises de bénéfice, autour de 1.940 dollars l’once, après avoir grimpé lundi jusqu’à un cours record de 1.980 dollars l’once, porté à la fois par le repli du dollar et l’espoir de nouvelles mesures de soutien à l’économie américaine.

TAUX

Sur le front de la dette souveraine, les rendements des emprunts d’Etat varient peu, à 0,61% pour les et -0,40% pour son équivalent allemand.

Le marché obligataire attend peu de choses de la Réserve fédérale, qui entame ce mardi une réunion monétaire de deux jours. Dans les annonces qu’elle fera mercredi, la banque centrale américaine pourrait cependant laisser entrevoir des mesures qu’elle déploierait en septembre ou au cours du quatrième trimestre.

PÉTROLE

Les deux contrats de référence sur le brut progressent légèrement, à 43,64 dollars le baril pour le de mer du Nord et 41,64 dollars pour le (West Texas Intermediate (WTI).

(édité par Blandine Hénault)

Source : investing

Autres articles à lire

Bruxelles et Londres s’affrontent sur les services financiers Par Reuters

administrateur

Wall Street clôture en ordre dispersé Par Reuters

administrateur

L’Europe recule, freinée par les tensions diplomatiques et la pandémie Par Reuters

administrateur

Le CAC 40 rebondit après le plongeon d’hier, Total et BNP se démarquent Par Investing.com

administrateur

Top 3 des dossiers clés à suivre sur les marchés ce jeudi 9 juillet 2020 Par Investing.com

administrateur

Bercy juge “excessif” le chiffre des suppressions d’emplois annoncées par Airbus Par Reuters

administrateur