Bourse & Actions

Les résultats des compagnies aériennes confirment l’impact désastreux du covid-19

Après avoir subi un coup dévastateur au premier trimestre, les investisseurs sur les actions de compagnies aériennes espéraient un redémarrage des affaires, l’économie américaine ayant commencé à s’ouvrir progressivement après l’épidémie de COVID-19.

Mais les résultats du deuxième trimestre annoncés cette semaine montrent que la voie de la reprise sera semée d’embûches pour les compagnies aériennes américaines. Nous résumons ci-dessous les résultats les plus récents des trois plus grands transporteurs et ce que leurs dirigeants ont à dire sur l’avenir.

1. American Airlines

American Airlines Group (NASDAQ:) a annoncé hier une perte de 2,1 milliards de dollars au deuxième trimestre, contre un bénéfice de 662 millions de dollars au cours de la même période l’année dernière. En excluant les éléments ponctuels, tels que l’aide gouvernementale pour couvrir les salaires, la compagnie aérienne a déclaré une perte de 3,4 milliards de dollars, soit 7,82 dollars par action, contre 4,86 dollars selon le consensus des analystes.

Lors de l’annonce des résultats, les dirigeants d’American ont déclaré que les réservations ont recommencé à baisser et que les voyages d’affaires, qui reprennent généralement après la fête du travail, ne montrent aucun signe de reprise. “En bref, la crise continue”, a déclaré le directeur général Doug Parker lors d’un appel aux analystes.

Les réservations nettes d’American Airlines, ou la différence entre les nouvelles réservations et les annulations, sont en baisse de 75 à 80 %, une baisse considérable par rapport à mai et juin, lorsque les États de la Sunbelt s’ouvraient et que certains voyageurs d’affaires reprenaient le chemin du ciel. À un moment donné, les réservations nettes dans ces États n’ont diminué que de 35 à 40 %.

Les actions américaines ont plus que doublé de valeur entre avril et juin. Mais depuis le pic de juin, elles ont perdu environ 50 %, pour se négocier à 11,97 dollars l’action jeudi.

Malgré ce sombre tableau, le dernier rapport d’American Airlines présente quelques signes positifs. Le revenu par passager par mile a été six fois plus élevé en juin qu’en avril. Dans le même temps, la compagnie aérienne a réduit le taux d’utilisation de ses liquidités de 100 millions de dollars par jour en avril à 30 millions de dollars à la fin du mois de juin.

American a déclaré qu’elle s’attendait à ce que la capacité du troisième trimestre soit en baisse de 60 % par rapport à l’année dernière. Le transporteur a demandé aux pilotes, dans un mémo publié cette semaine, de se préparer à des ajustements d’horaires.

American airlines

2. Delta Air Lines

Delta Air Lines Inc (NYSE:) a déclaré une perte nette de 5,7 milliards de dollars pour le trimestre terminé en juin, contre un bénéfice de 1,4 milliard de dollars un an plus tôt. Les ventes au cours de la période ont diminué de 88 % pour atteindre 1,47 milliard de dollars. Corrigé des charges ponctuelles, Delta a perdu 2,8 milliards de dollars. La perte par action est de 4,43 dollars, contre 4,16 dollars pour le consensus des analystes interrogés par FactSet.

Delta a terminé le trimestre avec 15,7 milliards de dollars de liquidités, ce qui, selon elle, était suffisant pour maintenir ses activités pendant 19 mois. Cela inclut 5,4 milliards de dollars d’aide gouvernementale pour payer les salaires. L’entreprise doit encore décider si elle veut contracter un prêt fédéral supplémentaire de 4,6 milliards de dollars.

Les actions de Delta ont augmenté de plus de 2 % jeudi pour se négocier à 26,09 $ dans l’après-midi, mais sont toujours en baisse de plus de 50 % pour l’année.

Le directeur général Ed Bastian a fait écho aux propos de Parker de AA et a déclaré que la reprise après le quasi-effondrement d’avril dans le secteur des vols intérieurs s’était arrêtée. En conséquence, Delta va réduire de moitié le nombre de vols supplémentaires qu’elle ajoute en août, pour le ramener à 500, et la capacité au troisième trimestre sera, au mieux, à 25 % de ce qu’elle était il y a un an.

Lors d’un appel aux investisseurs mardi, Bastian a déclaré qu’il ne s’attendait pas à ce que le niveau des vols d’affaires retrouve un jour ses niveaux d’avant la pandémie, car les compagnies se recentrent sur les voyages essentiels. Les analystes estiment que les vols haut de gamme représentent la moitié du chiffre d’affaires de Delta, le plus élevé de l’industrie.

Delta continue également à limiter la capacité à 60 % sur ses vols pour assurer un siège du milieu vide.

La pause dans la reprise de la demande laisserait Delta brûler 27 millions de dollars en espèces par jour ce mois-ci, comme le mois dernier.

Le transporteur s’attend à ce que son programme pour le reste de l’année ressemble à celui du mois d’août, avertissant que toute reprise du transport aérien ne “suivra pas un chemin linéaire”.

Delta

3. Southwest Airlines

Southwest Airlines Company (NYSE:) a déclaré une perte de 915 millions de dollars au deuxième trimestre, contre un bénéfice net de 741 millions de dollars un an plus tôt. Comme ses concurrents, elle a averti que la demande ne reprendrait pas de sitôt.

Southwest a déclaré que ses ventes ont chuté de près de 83 %, passant de 5,9 milliards de dollars l’année dernière à environ 1 milliard de dollars, bien que les ventes du trimestre aient été supérieures aux estimations des analystes. La perte par action de 2,67 dollars sur une base ajustée était à peu près conforme aux prévisions des analystes.

Southwest a estimé que sa capacité au troisième trimestre chutera de 20 à 30 % par rapport à l’année dernière.

C’est ce qu’a déclaré le PDG Gary Kelly dans un communiqué de presse sur les résultats :

“Nous avons été encouragés par les améliorations des tendances du trafic de passagers de loisirs en mai et juin.”

“Cependant, les tendances à l’amélioration des recettes et des réservations se sont récemment arrêtées en juillet avec l’augmentation des cas COVID-19”.

Les actions Southwest n’ont pas été aussi malmenées que ses deux rivales. Son action a baissé de 39% cette année, pour se négocier à 32,88 dollars jeudi, soit une baisse de 1% sur la journée.

Southwest Airlines

Conclusion

Ces rapports sur les bénéfices montrent que les plus grandes compagnies aériennes américaines ont peu de chances de se redresser à moins qu’un vaccin pour lutter contre la propagation de COVID-19 soit largement diffusé. Bien que les dirigeants des compagnies aériennes aient peu de nouvelles positives à partager à un moment où les gens ne sont pas prêts à voyager, ces actions massacrées pourraient s’avérer un bon pari pour les investisseurs avec un peu de patience.

Source : investing

Autres articles à lire

Le FMI, ce mauvais pronostiqueur

administrateur

Alphabet : mission accomplie !

administrateur

Starbucks reste un bon pari sur la reprise malgré le plongeon des ventes

administrateur

CAC40 : des signaux contradictoires et un mauvais karma

administrateur

Un signal haussier sur Korian

administrateur

Les marchés ont été optimistes en Mai, poursuite du rallye au mois de juin ?

administrateur