Autres actualités

L’Europe finit en hausse malgré l’inquiétude de Wall Street Par Reuters

© Reuters. L’EUROPE FINIT EN HAUSSE

PARIS (Reuters) – Les Bourses européennes ont terminé dans le vert vendredi mais sous leurs plus hauts du jour après l’ouverture en baisse de Wall Street face à la perspective de voir l’administration Trump refermer le 31 décembre l’un des robinets à liquidités ouverts depuis le début de la crise sanitaire pour soutenir l’économie américaine.

À Paris, le affiche en clôture une hausse de 0,39% (21,23 points) à 5.495,89 points après avoir gagné jusqu’à 0,9%.

A Londres, le a gagné 0,2% et à Francfort, le a progressé de 0,39%. L’indice a pris 0,45%, le 0,45% et le 0,52%.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street cédait du terrain, le perdant 0,29% et le Standard & Poor’s 500 0,12% même si le grappillait 0,14%.

Les investisseurs américains ont mal accueilli l’annonce par le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, d’une demande d’arrêter en fin d’année plusieurs des programmes de prêts aux entreprises et aux collectivités locales mis en oeuvre depuis mars, pour un montant total de 455 milliards de dollars (384 milliards d’euros), jugeant que ces sommes seraient mieux utilisées pour aider des petites et moyennes entreprises.

Plusieurs responsables de la Fed ont regretté ce choix en soulignant que ces programmes assuraient un soutien important à l’économie.

Sur les marchés, la nouvelle est d’autant plus mal accueillie que l’épidémie de coronavirus aux Etats-Unis, cause de la crise économique, continue de s’accélérer, ce qui a conduit plus de 20 Etats du pays à prendre des mesures de couvre-feu.

La situation est différente en Europe, où le début de ralentissement de la deuxième vague de l’épidémie permet d’espérer un assouplissement prochain des mesures de confinement.

Sur l’ensemble de la semaine, le Stoxx 600 a gagné 1,15% et le CAC 40 2,15%, enregistrant leur troisième performance hebdomadaire positive d’affilée, ce qui n’était pas arrivé depuis début juin.

VALEURS

Les meilleures performances sectorielles du jour en Europe sont pour les compartiments des matières premières et du pétrole et du gaz, dont les indices Stoxx ont tous deux gagné 1,54%. A Paris, Total (PA:) a pris 1,1%, Eramet (PA:) 4,13%.

Dans l’actualité des résultats, le spécialiste allemand du commerce en ligne Zalando a fini sur un gain de 1,09% après avoir dit tabler sur une accélération de sa croissance l’an prochain.

A noter aussi, la hausse des banques italiennes BPER Banca (+4,10%) et Banco BPM (MI:) (+3,72%) après les déclarations d’Unipol, premier actionnaire de BPER, en faveur d’un rapprochement des deux groupes.

A la baisse, l’éditeur britannique de logiciels Sage a chuté de 13,39% après avoir fait état d’une baisse de son bénéfice d’exploitation annuel.

LES INDICATEURS DU JOUR

En Europe, les ventes au détail au Royaume-Uni ont enregistré en octobre une hausse inattendue de 1,2%.

CHANGES

Comme celui des actions, le marché des devises est tiraillé entre l’espoir d’un déconfinement même partiel en Europe et le regain d’inquiétude liée à la politique budgétaire américaine.

Le dollar est reparti à la hausse face à un panier de devises de référence (+0,08%) après être tombé en début de journée à son plus bas niveau depuis le 9 novembre.

L’euro se traite à 1,1852 dollar après être monté à 1,1890.

TAUX

Les rendements obligataires de référence limitent leur repli, signe que l’inquiétude suscitée par l’initiative inattendue de Steven Mnuchin reste contrôlée.

Celui des bons du Trésor américain recule d’un peu plus d’un point de base à 0,8423% après être revenu en début de séance à 0,818%, son plus bas niveau depuis le 9 novembre.

Son équivalent allemand a fini la séance à -0,587% après être revenu à -0,588%, là aussi un plus bas de 11 jours.

PÉTROLE

Le marché pétrolier reste bien orienté et devrait enregistrer sa troisième semaine de hausse consécutive, grâce aux espoirs de vaccins contre le COVID-19 et de report des augmentations de production de l’Opep comme de ses alliés.

Le gagne 0,32% à 44,34 dollars le baril et le (West Texas Intermediate, WTI) 0,22% à 41,65 dollars.

La semaine se solde pour l’instant par une hausse de 3,7% pour le Brent et de 3,8% pour le WTI.

A SUIVRE LUNDI:

La première séance de la semaine sera animée principalement par la publication des indices PMI “flash” d’activité en Europe, qui devraient permettre de mesurer plus précisément l’impact du reconfinement sur l’activité des entreprises.

(Marc Angrand)

Source : investing

Autres articles à lire

Le COVID-19 inflige à l’économie une contraction record Par Reuters

administrateur

Le médicament contre Alzheimer de Biogen jugé efficace par la FDA, le titre prend 40% Par Reuters

administrateur

Masqués, les Français votent pour un second tour des municipales risqué pour Macron Par Reuters

administrateur

Le site de Maubeuge préservé, Caudan pourrait être cédé, dit Senard Par Reuters

administrateur

Les actions montent avec le commerce, l’emploi US dans le viseur Par Reuters

administrateur

Les pilotes d’Air France valident la réorganisation du réseau domestique Par Reuters

administrateur