Autres actualités

L’Europe termine en baisse face aux doutes sur un vaccin anti-COVID Par Reuters

© Reuters. LES BOURSES EUROPÉENNES TERMINENT EN BAISSE

par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) – Les Bourses européennes ont terminé en baisse mardi, ébranlées par le revers de l’américain Johnson & Johnson (NYSE:) dans le développement d’un vaccin contre le COVID-19 et un flot d’autres incertitudes.

À Paris, le a terminé en repli de 0,64% à 4.947,61 points. Le Footsie britannique a cédé 0,53% et le a reculé de 0,91%.

L’indice a perdu 0,57%, le a abandonné 0,58% et le a lâché 0,55%.

Le laboratoire Johnson & Johnson (-1,89% à Wall Street) a annoncé une “pause” des essais cliniques de son candidat vaccin contre le COVID-19 à cause d’une maladie non expliquée contractée par l’un des participants.

La mise au point d’un vaccin est considérée comme essentielle au rebond de l’économie mondiale alors que le nombre de nouveaux cas d’infection continue d’augmenter, contraignant plusieurs pays à réintroduire des mesures pour limiter la propagation du virus.

Autre mauvaise nouvelle pour les marchés, la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a rejeté la dernière proposition de Donald Trump sur un plan de relance jugé insuffisant, signe qu’un accord bipartite reste peu probable avant les élections du 3 novembre aux Etats-Unis.

Par ailleurs, les tensions entre Pékin et Washington autour de Taiwan, l’absence de progrès concernant le Brexit et le conflit commercial entre les Etats-Unis et l’Europe ont aussi alimenté la prudence.

Le Fonds monétaire international a certes présenté de nouvelles prévisions économiques un peu moins sombres qu’auparavant pour cette année mais cela n’a eu aucun effet positif sur la tendance.

VALEURS

Le repli des actions européennes a touché plus particulièrement les secteurs cycliques des banques (-2,74%), de l’assurance (-1,92%) et celui du transport et du tourisme (-1,28%).

A Paris, les plus fortes baisses du CAC 40 ont été pour les trois banques de l’indice: BNP Paribas (PA:) (-4,07%), Société générale (PA:) (-3,95%) et Crédit agricole (PA:) (-3,79%).

A l’autre bout du classement, Unibail-Rodamco-Westfield a gagné 2,92% après l’annonce d’un accord sur la vente d’un immeuble de bureaux pour 620 millions d’euros dans le cadre d’un vaste plan pour renforcer son bilan.

A WALL STREET

A l’heure de la clôture européenne, à Wall Street, le perdait 0,3%, le S&P-500 0,27% mais le s’octroyait 0,42% grâce à la résistance des valeurs technologiques.

Apple (NASDAQ:) ne cédait que 0,50% avant une conférence virtuelle au cours de laquelle le groupe de Cupertino devrait présenter quatre versions d’un nouvel iPhone, compatible avec la 5G.

Le géant du commerce en ligne Amazon (NASDAQ:) gagnait 1,17% avec le lancement de ses deux journées annuelles de promotions.

Ce mardi marquait le début des résultats trimestriels des grandes entreprises américaines avec, dans le secteur bancaire, JPMorgan (NYSE:) et Citigroup (NYSE:) qui, malgré des bénéfices meilleurs qu’attendu, perdent respectivement 1,54% et 4,02%.

LES INDICATEURS DU JOUR

Sur le front macroéconomique, les bonnes nouvelles en provenance de Chine, où les exportations ont progressé de 9,9% sur un an en septembre, ont permis ce matin aux indices boursiers chinois de finir en petite hausse.,

L’indice ZEW du sentiment des investisseurs en Allemagne, unique indicateur européen du jour, a en revanche déçu en ressortant bien en-dessous des attentes en octobre, à 56,1 contre 77,4 le mois précédent et 73 pour le consensus.

TAUX

Les rendements obligataires de référence de la zone euro ont fini en repli, l’aversion au risque favorisant un retour sur le marché obligataire. Le rendement allemand à dix ans a terminé à -0,557%.

Ses équivalents italien et grec ont touché de nouveaux plus bas historiques après la confirmation de l’inflation négative en Allemagne en septembre, qui ne peut que renforcer les anticipations de nouvelles mesures de soutien de la Banque centrale européenne (BCE) d’ici la fin de l’année.

Aux Etats-Unis, le rendement des Treasuries à dix ans abandonne quatre points de base à 0,7355%..

CHANGES

La frilosité des investisseurs les pousse vers le dollar, considéré comme une valeur refuge. L’indice mesurant ses variations face à d’autres devises internationales gagne 0,5%.

L’euro se déprécie pour la deuxième séance consécutive face au dollar et se traite autour de 1,1738 (-0,63%).

La livre sterling recule avec le regain d’inquiétude lié au Brexit et après les chiffres mensuels de l’emploi au Royaume-Uni, qui montrent une hausse du taux de chômage à 4,5%, plus haut que prévu.,

PÉTROLE

Les solides données sur la Chine font monter les cours du pétrole en dépit des inquiétudes plus générales concernant la demande et la reprise de la production en Norvège, dans le golfe du Mexique et en Libye.

Le gagne 1,53% à plus de 42 dollars le baril et le (West Texas Intermediate, WTI) s’octroie 1,9% à 40,18 dollars.

(Laetitia Volga, édité par Bertrand Boucey)

Source : investing

Autres articles à lire

Les valeurs à suivre à Wall Street Par Reuters

administrateur

La France dément une mise à l’écart de Michel Barnier Par Reuters

administrateur

Top 3 des thèmes majeurs à surveiller sur les marchés ce mardi 29 septembre Par Investing.com

administrateur

Top 5 des événements clés à retenir pour bien aborder la séance US ce lundi Par Investing.com

administrateur

Solocal réalise une augmentation de capital de 336 millions d’euros Par Reuters

administrateur

Wall Street en baisse, les banques et l’épidémie pèsent Par Reuters

administrateur