Economie

L’Or et l’Argent vont-ils tester leurs récents records cette semaine ?

Du point de vue des baissiers sur , le passage sous les 2 030 $ la semaine dernière a freiné la reprise du marché qui dure depuis deux mois. Pour les acheteurs, la seule conséquence de la baisse du prix au comptant a été d’ouvrir la voie à de nouveaux achats à un niveau inférieur qui pourrait porter le métal jaune à 2 100 $ et plus.

XAUUSD - Or au comptant

Il s’agit d’un point d’inflexion pour l’or depuis le mouvement de vendredi face aux données américaines sur les emplois non agricoles pour le mois de juillet, car elles ont montré un troisième mois consécutif de gains d’emplois – bien qu’à un rythme beaucoup plus lent qu’en juin – après le blocage lié au COVID-19.

“Techniquement, un mouvement décisif et soutenu en dessous de 2.029 dollars pourrait faire baisser l’or vers 2.015-2.000-1.985-1.970 dollars et même justifier une révision de son précédent record historique de 1.920 dollars”, a déclaré Sunil Kumar Dixit, un expert indépendant en métaux précieux.

Il estime cependant que les acheteurs vont se précipiter pour acheter en cas de baisse « pour essayer de tester à nouveau le récent record de 2 075 dollars sur le contrat au comptant qui pourrait éventuellement amener le marché au niveau de 2 099 à 2 127 dollars, avant les 2 150 dollars tant attendus ».

L’or en hausse après la chute de vendredi

Il est vrai que lors des premiers échanges commerciaux de lundi en Asie, le contrat à terme sur l’or le plus actif du COMEX, en décembre, a presque failli casser sous son support. Après avoir débuté la journée à 2 047,50 $, il a glissé à 2 028,70 $, juste au-dessus du règlement de vendredi, avant de remonter vers son pic d’ouverture.

Futures Or

Au moment où nous écrivons ces lignes, l’or de décembre est encore à environ 50 $ de moins que le record de 2 089,20 $ établi vendredi. Mais comme l’a montré la dynamique des dernières semaines, un tel écart peut être comblé en quelques séances, parfois même en une journée.

“Avec une matière aussi surachetée que l’or, il faut se demander pendant combien de temps ce recul pourrait se poursuivre avant que les taureaux n’interviennent” a souligné James Staley, un stratège technique sur l’or, dans un article publié sur Daily FX ce week-end.

Le dollar renforce la hausse des métaux précieux

La réponse sera probablement le dollar qui, contrairement à l’or, a affiché lundi sa plus forte hausse depuis le mois de mars.

L’, qui oppose le billet vert à un panier de six devises, est devenu le jeu alternatif à l’or. Après que le Dollar Index ait semblé être sur la bonne voie pour casser le niveau de 92, le métal jaune a été particulièrement touché par la hausse de 0,7% de l’indice vendredi qui l’a propulsé au-dessus du niveau de 93.

US Dollar Index

Mais avec la reprise des échanges de la nouvelle semaine en Asie, l’indice du dollar a subi une nouvelle pression, signalant que l’or allait augmenter.

“Nous pensons que les positions vendeuses sur le dollar ont été couvertes avant ce rapport”, a déclaré TD Securities dans une note sur le marché des changes pour le week-end.

“Nous voyons un rapport risque/récompense intéressant pour une position vendeuse du dollar”.

L’argent, l’autre métal précieux en mode parabolique, a également été sévèrement malmené vendredi avant de rebondir quelque peu dans le commerce post-règlement avant le week-end.

L’argent, un métal de choix pour beaucoup

Dans les premiers échanges asiatiques de lundi, le contrat d’ du mois de septembre sur le COMEX a augmenté de 53 cents, soit près de 2 %, à 28,07 dollars l’once. Il a perdu 86 cents, soit 3 %, vendredi, pour s’établir à 28,40 dollars. Avant la chute de vendredi, l’argent de septembre a atteint son plus haut niveau en sept ans, à 29,915 dollars, juste en dessous des 30 dollars visés par de nombreux acheteurs.

Futures Argent

TD Securities a déclaré dans sa note :

“L’argent continue de surperformer et reste notre métal précieux de prédilection car les flux de métaux précieux et les améliorations de la demande industrielle se combinent pour fournir de bonnes performances”.

Malgré les baisses de vendredi, les prix de l’or sont toujours en hausse de quelque 32 % ou plus sur l’année. L’argent, quant à lui, affiche un gain de plus de 55 %.

Les gains du pétrole pourraient être anéantis par le coronavirus

Dans le cas du pétrole, toute hausse de prix pour la semaine devrait être modérée ou annulée par les préoccupations mondiales concernant le coronavirus.

L’augmentation des infections au COVID-19 reste le problème dominant pour les perspectives de la demande de carburant, poussant le brut West Texas Intermediate américain en baisse de près de 2 % vendredi et son homologue londonien, le , en baisse de 1,5 %.

Pétrole WTI

Dans le commerce asiatique de lundi, le a augmenté de 1,4% à 41,81$ et le baril de Brent a augmenté de 1,06% à 44,87$, aidé par la promesse d’un membre clé de l’OPEP, l’Irak, d’approfondir ses réductions d’approvisionnement en brut.

“Dans un monde normal … je penserais que le brut va chuter vers la trentaine de dollars”, a déclaré Scott Shelton, courtier en contrats à terme sur l’énergie chez ICAP à Durham, en Caroline du Nord, dans sa note de vendredi, en se référant à la pléthore de facteurs baissiers contre le pétrole.

“Mais dans le monde où nous vivons, avec un dollar américain en chute libre, l’or à plus de 2 000 dollars et des mesures de relance budgétaire supplémentaires pour maintenir les hommes politiques au pouvoir, je pense que rien de tout cela n’a d’importance pour la plupart des personnes qui font du trading de pétrole”, a-t-il déclaré, soulignant la déconnexion du marché par rapport à une valorisation objective.

Les cas de COVID-19 aux États-Unis continuent d’augmenter dans un certain nombre d’États, tandis que l’Inde a récemment fait état d’une hausse quotidienne record des infections. Près de 730 000 personnes sont mortes de cette pandémie mondiale.

Plus de à ce jour, avec un nombre de décès dépassant 162 000, selon l’université Johns Hopkins. Un modèle de l’Université de Washington a prédit 200 000 décès dus au coronavirus aux États-Unis d’ici le 1er octobre, ce qui jette des doutes sur la reprise économique.

Source : investing

Autres articles à lire

Que doit-on attendre de l’Or face au discours crucial de Powell (Fed) demain ?

administrateur

3 facteurs clés qui seront déterminants pour l’orientation des prix du Pétrole

administrateur

Après le pétrole, d’autres matières premières bientôt en territoire négatif?

administrateur

Le Cuivre pourrait avoir du mal à atteindre 3$ malgré les problèmes d’offre

administrateur

La dynamique de l’Or est incertaine selon l’analyse technique

administrateur

Pétrole : La faible demande pèse malgré les promesses de l’OPEP

administrateur