Bourse & Actions

Minutes de la Fed : L’absence de plan de relance met en doute les prévisons optimistes

Lorsqu’ils ont affiché des prévisions économiques optimistes le mois dernier, les responsables politiques de la Réserve Fédérale ont déclaré qu’ils présumaient qu’il y aurait une relance budgétaire supplémentaire du Congrès – une condition qui semble moins susceptible d’être remplie après que le président Donald Trump a rompu les pourparlers pour trouver un compromis sur un vaste plan de relance.

Le compte-rendu de la réunion du FOMC des 15 et 16 septembre, publié mercredi, indique :

“De nombreux participants ont fait remarquer que leurs perspectives économiques supposaient un soutien budgétaire supplémentaire et que si le soutien budgétaire futur était nettement plus faible ou arrivait beaucoup plus tard que prévu, le rythme de la reprise pourrait être plus lent que prévu”.

Les projections de septembre des membres du FOMC avaient encouragé les investisseurs. Ils ont revu à la baisse leur estimation de la baisse du PIB de cette année à 3,7 %, contre 6,5 % lors de la réunion de juin. Ils ont également revu à la baisse leurs prévisions de chômage à 7,6 % pour 2020, contre 9,3 % lors de la réunion précédente.

Ces deux prévisions encourageantes sont maintenant remises en question après que l’impasse dans laquelle se trouvent actuellement les discussions ait incité le président à mettre un terme à cet effort. Les démocrates, emmenés par la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, ont demandé une aide supplémentaire de 2,2 billions de dollars, qui comprend des fonds fédéraux pour les États et les collectivités locales. Les républicains, représentés par le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, ont refusé l’aide aux gouvernements et ont fixé un plafond de 1 600 milliards de dollars pour le paquet.

Mesures de dépenses fragmentaires ; orientation axée sur les résultats

Par la suite, l’administration a laissé entrevoir des mesures fragmentaires, des accords ponctuels pour les aides aux compagnies aériennes ou une nouvelle série de mesures pour les particuliers, mais il semble qu’il y ait peu de chances.

Les cinq membres du conseil de la Réserve Fédérale et les douze présidents de banques régionales qui composent la commission ont également discuté du type d’orientation qu’ils devraient donner à la politique flexible en matière d’inflation annoncée en août, qui exclut toute hausse préventive des taux pour prévenir l’inflation.

La plupart des participants se sont prononcés en faveur d’une orientation axée sur les résultats quant au moment où les taux pourraient être augmentés.

Cela a conduit à la déclaration de consensus selon laquelle les taux seront maintenus à leur niveau actuel, proche de zéro, jusqu’à ce que :

“…les conditions du marché du travail soient jugées conformes aux évaluations du comité sur l’emploi maximum et que l’inflation ait atteint 2 % et soit en voie de dépasser modérément 2 % pendant un certain temps.”

En l’occurrence, deux des dix membres votants ont exprimé leur désaccord.

Le chef de la Fed de Dallas, Robert Kaplan, souhaitait plus de flexibilité pour la commission dans les orientations, tandis que le chef de la Fed de Minneapolis, Neel Kashkari, voulait un engagement plus ferme sur une inflation supérieure à 2 % sur une base durable.

Les décideurs politiques ont reporté la discussion sur le programme d’achat d’actifs de la Fed à des “réunions futures” après avoir convenu de maintenir le taux mensuel actuel de 80 milliards de dollars en titres du Trésor et de 40 milliards de dollars en titres adossés à des créances hypothécaires et d’ajouter à la déclaration de consensus que les achats sont “accommodants” et ne sont pas effectués uniquement pour maintenir le fonctionnement des marchés.

Les investisseurs souhaitent obtenir des éclaircissements sur une éventuelle évolution vers des titres à plus long terme à partir de la combinaison actuelle d’échéances. Le compte-rendu de la réunion prévoit que la Fed augmentera ses achats ou modifiera la composition des titres lors des deux dernières réunions de cette année, les 4 et 5 novembre et les 15 et 16 décembre.

Toutefois, la réunion de novembre, prévue exceptionnellement pour un mercredi-jeudi en raison du jour du scrutin, le mardi 3 novembre, pourrait avoir lieu avant que les résultats de l’élection ne soient connus.

Une augmentation massive des bulletins de vote par correspondance en raison de la pandémie de coronavirus devrait ralentir les comptages dans de nombreux États et pourrait laisser dans l’ombre le résultat du vote du Collège électoral. Cela ne facilitera pas la prochaine réunion de la Fed.

Source : investing

Autres articles à lire

S&P500 : balles neuves !

administrateur

Et si Tesla prenait le même chemin que Nikola ?

administrateur

Ca swingue sur le dollar et l’argent métal !

administrateur

Ingenico : gare à la consolidation !

administrateur

Les méga-caps technologiques comme Amazon NFLX devraient continuer à progresser

administrateur

Quel ETF pour miser sur un rebond du secteur financiers après la pandémie ?

administrateur