Economie

Ne faites pas confiance aux prévisions de demande de pétrole, surtout en ce moment

Les lecteurs réguliers de cette chronique savent que je mets souvent en garde contre une confiance excessive dans les prévisions, en particulier les perspectives à long terme. Pour les traders, il y a des risques à se fier à une prévision particulière, car cela peut conduire à des transactions erronées ou à des opportunités manquées en pariant contre l’opinion dominante.

Une raison de se méfier des prévisions et des projections : la fréquence à laquelle les institutions qui les créent modifient leurs chiffres. Ils ajustent régulièrement leurs résultats à mesure que les données sont publiéess.

Voici quelques projections récentes de la demande mondiale de pétrole pour 2020 qui ont déjà beaucoup changé :

Prévisions régulièrement ajustées

Les dernières perspectives énergétiques à court terme de l’EIA, publiées le 12 mai, prévoient que la demande mondiale de pétrole en 2020 sera en moyenne de 92,6 millions de bpj, soit une baisse de 8,1 millions de bpj par rapport à 2019. Mais en avril, un mois plus tôt seulement, l’EIA avait prévu que ce chiffre serait de 95,5 millions de bpj. Les perspectives de mai ont chuté de 3 %. Félicitations à l’EIA pour avoir procédé à un ajustement, mais si les chiffres d’avril étaient erronés, devrions-nous croire que ceux de mai sont corrects ?

L’OPEP, qui a publié hier un nouveau rapport mensuel sur le marché du pétrole (MOMR), prévoit maintenant que la demande mondiale de pétrole en 2020 diminuera de 9,07 millions de bpj pour atteindre 91,10 millions de bpj. Alors qu’en avril, l’estimation de l’OPEP était de 92,82 millions de bpj, soit une baisse de 1,9 % en un mois. Où en sera-t-il dans deux mois, six mois, un an ?

Rystad Energy a mis à jour ses prévisions de demande de pétrole sur une base hebdomadaire. Le 7 mai, elle prévoyait que la demande mondiale de pétrole en 2020 serait en moyenne de 88,7 millions de bpj, un changement par rapport à son estimation de 90,5 millions de bpj un mois plus tôt. C’est une baisse de près de 2 %.

Les changements que nous avons constatés au cours du mois dernier sont largement attribués à la baisse de la consommation d’essence et de carburéacteur en mars et avril, en raison des mesures de verrouillage et de quarantaine pour lutter contre la propagation du coronavirus. Il est compréhensible que ces prévisions s’ajustent au fur et à mesure que les effets du verrouillage sur la demande de pétrole se précisent.

Évolution des projections de la demande

Au fil du temps, ces ajustements s’additionnent, ce qui rend déraisonnable la confiance dans les prévisions de la demande pour les mois à venir. Il est important que les opérateurs gardent à l’esprit à quel point ces projections changent lorsqu’ils examinent les perspectives pour le second semestre de 2020 et pour 2021.

L’EIA estime actuellement qu’en 2021, la demande de pétrole atteindra 99,6 millions. L’EIA n’a aucun moyen de connaître la durée de la récession actuelle, la forme de la reprise, l’impact de la peur du virus sur les voyages, s’il y aura une récurrence du coronavirus, etc.

Goldman Sachs (NYSE:) prévoit actuellement que la demande mondiale de pétrole en 2020 sera de 94 millions de bpj, mais elle prévoit une augmentation à 99 millions de bpj en 2021. La banque d’investissement prévoit un “rebond en V” probable pour la demande de pétrole. Les dernières perspectives de Rystad prévoient également une “route en V de la demande de pétrole”.

La prévision d’une reprise en “V” n’est pas particulièrement utile aux traders car la pente de la partie supérieure du “V” est très importante. C’est simplement une façon de paraître précis parce que personne ne peut prédire à quoi ressemblera le nadir d’une récession.

Les modèles de consommation sont-ils encore pertinents après le verrouillage ?

Les données du passé utilisées pour créer des modèles de consommation d’essence ne sont peut-être même plus pertinentes dans le monde de l’après-lockdown, car les modèles de consommation d’essence et de voyage pourraient être très différents à l’avenir. Les régions qui mettent fin à leur verrouillage avant les autres pourraient avoir un comportement très différent de celui des régions qui maintiennent des politiques de verrouillage. Il n’y a aucun moyen de connaître l’impact psychologique du virus sur le voyageur, le travailleur ou le consommateur. Nous ne savons pas comment une récession qui touche le plus les petites entreprises se traduira par une reprise, en particulier dans la nouvelle économie des achats en ligne et des conférences téléphoniques Zoom.

Il y a tout simplement trop de variables pour faire une prévision précise de la demande à long terme. Les opérateurs avisés examineront les prévisions, les méthodologies et les raisonnements, envisageront différentes idées et prendront leurs propres décisions.

Source : investing

Autres articles à lire

Cours de l’argent : risque baissier à l’ouverture

administrateur

Combien de temps le diesel va encore profiter du rallye du pétrole?

administrateur

Pétrole: La situation va rester instable, le stockage au centre de l’attention

administrateur

Les foreurs US pourraient faire dérailler le rallye du pétrole, l’Or vise 1800$

administrateur

Le pétrole donne le la !

administrateur

Cours du WTI : nouvelle accélération baissière vendredi dernier

administrateur