Bourse & Actions

Ne vous laissez pas berner par la solidité apprente des résultats du T2

Cet article a été écrit exclusivement pour Investing.com

La saison des résultats trimestriels avance à grands pas et, jusqu’à présent, elle a été meilleure que ce que l’on craignait. Cela ne veut peut-être pas dire grand-chose, si l’on considère que les attentes pour le deuxième trimestre étaient historiquement faibles et qu’elles s’annonçaient horribles. Mais surtout, les prévisions pour les prochains trimestres, du moins jusqu’à présent, ont montré quelques signes de stabilisation, c’est-à-dire qu’elles ont cessé de baisser.

Mais tout n’est pas rose, car le ton de certaines entreprises a été celui de l’inquiétude concernant les perspectives économiques. Même la Fed a souligné des signes de ralentissement de la reprise lors de sa dernière conférence de presse, et les inscriptions au chômage publiée hier ont montré que les pertes d’emplois sont à nouveau en hausse.

Attentes réduites

Selon les données fournies par Thomson Reuters, 45 % des entreprises de S&P 500 ont communiqué leurs résultats, 81 % d’entre elles battant les estimations consensuelles des analystes, tandis que 18 % ont manqué des estimations et 1 % se sont conformées aux attentes. Ce n’est peut-être pas tout à fait exact. Après tout, les estimations de bénéfices pour le deuxième trimestre ont chuté d’environ 48 % depuis le début de 2020, pour atteindre 22,59 dollars au 23 juillet, selon les données du S&P . Il s’agit d’une baisse de près de 44 % par rapport au deuxième trimestre de l’année dernière.

Mais la bonne nouvelle, du moins pour l’instant, est que les estimations des bénéfices pour les troisième et quatrième trimestres se sont améliorées récemment. Actuellement, le consensus prévoit que les bénéfices du troisième trimestre devraient s’élever à 31,26 dollars, tandis que ceux du quatrième trimestre devraient être de 35,88 dollars. C’est mieux que les estimations de 30,89 $ et 35,74 $, respectivement, au 30 juin.

Une trajectoire plus lente

Cependant, certaines entreprises ont remarqué qu’elles ne sont pas aussi optimistes quant à la reprise économique et qu’elles estiment que celle-ci pourrait prendre plus de temps que prévu. Et ce degré de pessimisme s’étend aux différents secteurs du marché boursier. Par exemple, en ce qui concerne les bénéfices du fabricant anglo-néerlandais de biens de consommation Unilever (LON:) (NYSE:UN), une action défensive, le PDG a noté qu’une reprise rapide est une anticipation optimiste. Il estime qu’une profonde récession mondiale a déjà commencé, car les habitudes de consommation ont déjà changé. Boeing (NYSE:NYSE:), une valeur cyclique par excellence, a également indiqué lors de la présentation de ses résultats que la récente hausse des cas de COVID-19 avait ralenti la reprise, et que toute amélioration pourrait être inégale.

En outre, certaines données économiques récentes suggèrent que le rythme de la reprise ralentit par rapport au “boom post-lockdown” initial observé il y a quelques mois. Les données récentes de l’indice économique hebdomadaire de la Fed de New York montrent un aplatissement de l’activité depuis la première semaine de juillet. De plus, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont montré que le nombre de personnes demandant des allocations de chômage pour la première fois a augmenté au cours des deux dernières semaines. Enfin, le nombre total de personnes recevant des allocations de chômage a également augmenté pour la première fois depuis le mois d’avril la semaine dernière, pour atteindre près de 17 millions.

Economic Index

Deux voies

Pour l’instant, les signaux semblent mitigés en ce qui concerne le rythme de la reprise et la manière dont elle pourrait se traduire par des bénéfices pour les entreprises. Cela pourrait suggérer que les prévisions de bénéfices pour le second semestre 2020 sont trop élevées et doivent être revues à la baisse. Ou que les craintes concernant la résistance de la reprise économique s’estomperont et permettront à un rebond plus fort de s’installer.

Les investisseurs auront beaucoup à peser une fois la saison des bénéfices terminée. Si l’on ajoute à ces résultats le manque de clarté concernant la reprise économique et les évaluations actuelles sur le marché, cela pourrait entraîner des semaines de turbulences.

Michael Kramer est un stratège des marchés financiers et le gestionnaire du portefeuille de croissance thématique de Mott Capital.

Source : investing

Autres articles à lire

Les résultats d’Intel vont-ils justifier la bonne tenue de l’action demain ?

administrateur

Quels ETF pour miser sur les plus grosses actions US via le Dow Jones?

administrateur

Le CAC PME est-il au fond du trou, ou une belle opportunité d’achat ?

administrateur

Les tensions entre Trump et Twitter peuvent-elles faire chuter l’action ?

administrateur

Cannabis : Quelles actions pour profiter de l’avancée de la légalisation aux USA?

administrateur

Tout l’état d’esprit de l’époque résumé en 22 secondes (par Jim Cramer)

administrateur