Placement

Opération à 23 milliards dans l’assurance américaine

L’assureur Chubb veut mettre la main sur son concurrent américain Hartford via une opération à un peu plus de 23 milliards de dollars. Jeudi, le groupe basé en Suisse et coté à la Bourse de New York a fait savoir qu’il avait déposé une offre non sollicitée, majoritairement en espèces mais aussi en actions sur son concurrent.

Faite au prix de 65 dollars par action, l’offre représente une prime de 13 % par rapport au cours de la veille. Chubb assure que « le rapprochement des deux entreprises sera stratégiquement et financièrement convaincant pour l’ensemble des actionnaires et des parties prenantes des deux côtés ». « Nous n’avons pas encore reçu de réponse », a pris soin de préciser le groupe. De son côté Hartford, orienté sur l’assurance dommages et responsabilité d’entreprises mais aussi présent dans l’assurance auto et habitation, a déclaré « étudier attentivement » le projet.

Le cours du groupe s’est apprécié de près de 18 % depuis la révélation de l’intérêt dont il fait l’objet. Celui de Chubb, au contraire, a perdu plus de 8 % depuis jeudi matin. L’action Chubb n’a eu de cesse de progresser ces dernières années et reste aujourd’hui proche du plus haut atteint en 2019.

Hausses de prix

L’an dernier, l’activité de Chubb représentait plus de 41 milliards de dollars de primes contre plus 17 milliards de dollars pour Hartford, qui cible notamment les petites entreprises. Si elle se concrétisait, cette opération serait la plus importante réalisée dans le secteur depuis qu’il a été touché par la pandémie de coronavirus.

Celle-ci a coûté cher à beaucoup d’acteurs orientés sur les entreprises qui ont, entre autres, été amenés à payer les pertes d’exploitation subies par les entreprises ou les annulations d’évènements. Depuis, les assureurs ont annoncé des hausses de prix, laissant espérer une meilleure rentabilité.

Déménagement de Londres à Paris

Chubb, qui réalise la majeure partie de son activité sur le marché des entreprises et aux Etats-Unis, se présente comme le plus grand assureur mondial de dommages et responsabilité coté, avec une capitalisation de plus de 72 milliards de dollars.

Le groupe, qui avait choisi de déménager son siège européen de Londres à Paris après le Brexit, est dirigé par Evan Greenberg. Celui-ci n’en est pas à sa première méga-opération. En 2015, alors dirigeant de l’assureur Ace, il avait acheté son concurrent Chubb pour plus de 28 milliards de dollars .

Opérations d’envergure

Ces dernières années ont vu se concrétiser plusieurs opérations d’envergure dans le secteur. En 2018, AXA a déboursé un peu plus de 15 milliards de dollars pour mettre la main sur le spécialiste de l’assurance d’entreprises XL. Le secteur du courtage en est aussi en phase de consolidation. L’an dernier, le numéro 2 mondial Aon, a jeté son dévolu sur le numéro 3 Willis Towers Watson (fruit du rapprochement entre Willis et Towers Watson). L’opération à 30 milliards de dollars doit encore être conclue.

Selon Bloomberg, Hartford a longtemps été considéré comme une cible potentielle pour les plus grands assureurs présents aux Etats-Unis comme Chubb ou pour les poids lourds européens de l’assurance tels que l’allemand Allianz et le suisse Zurich Insurance. Ce dernier a mis près de 4 milliards de dollars sur la table en décembre dernier pour acheter l’activité de dommages de MetLife aux Etats-Unis .

Source : les echos

Autres articles à lire

Quand les Argentins utilisent le bitcoin pour sauver leur épargne

administrateur

Les fonds spécialisés dans l’éducation ont trouvé leur voie

administrateur

Banque d’affaires : Lazard mise sur les restructurations

administrateur

Epargne : comment le confinement a rebattu les cartes

administrateur

Nouvelles tensions au sein du Conseil des gouverneurs sur la politique de la BCE

administrateur

L’euro se hisse au plus haut depuis 2018

administrateur