Autres actualités

Pause pour les actions en Europe, l’effet vaccin pas remis en cause Par Reuters

© Reuters. LES BOURSES EUROPÉENNES EN LÉGER REPLI EN DÉBUT DE SÉANCE

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) – Les principales Bourses européennes sont en léger repli en début de séance mardi, des prises de bénéfice interrompant le mouvement de hausse déclenché la veille par les annonces encourageantes de Moderna sur son vaccin expérimental contre le coronavirus, même si la tendance de fond au retour sur les actions n’est pas remise en cause.

À Paris, le perd 0,32% à 5.453,75 points vers 08h55 GMT. A Londres, le cède 0,37% et à Francfort, le recule de 0,25%.

L’indice est en baisse de 0,34%, le de 0,15% et le de 0,24%.

Ce dernier avait gagné 1,18% lundi et le CAC 40 1,7% après l’annonce par Moderna d’un taux d’efficacité estimé à 94,5% pour son candidat vaccin pour le coronavirus, un succès provisoire qui a relancé le mouvement général favorable aux actifs risqués.

Si l’heure reste au confinement partiel dans la plupart des pays d’Europe et la majeure partie des Etats-Unis, les responsables politiques et sanitaires se projettent désormais bel et bien sur le calendrier et les modalités de la phase de vaccination à grande échelle. En France, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a ainsi dit espérer pouvoir entamer cette phase début 2021.

Selon la dernière enquête mensuelle de Bank of America (NYSE:) auprès des gérants, les investisseurs attendent désormais un vaccin “crédible” pour janvier et misent en conséquence sur les actions américaines, le pétrole et les marchés émergents.

VALEURS

Les prises de bénéfice affectent en premier lieu les secteurs qui ont le plus profité de la hausse de lundi: l’indice Stoxx européen du tourisme et des loisirs abandonne 1,34%, celui des banques 1,04%. A l’inverse, le compartiment des services aux collectivités, le seul qui avait baissé lundi, prend 0,22%.

Dans l’actualité des résultats, Easyjet perd 3,09% après l’annonce de la première perte annuelle de son histoire, même si la compagnie à bas coûts britannique souligne que les nouvelles sur les vaccins ont dopé les réservations.

A Paris, Iliad (PA:) recule de 0,29% après avoir publié un chiffre d’affaires trimestriel en hausse de 6,3% mais dit s’attendre à un ralentissement sur les trois derniers mois de 2020.

A la hausse, Vallourec (PA:) bondit de 10,69% après avoir annoncé projeter de convertir en actions la moitié de sa dette. Le titre avait déjà pris 25,3% lundi.

A Madrid, BBVA (MC:), qui avait aussi fortement progressé lundi, perd 4,57% après l’annonce de discussions en vue d’une fusion avec Sabadell, qui s’adjuge 3,2%.

EN ASIE

A la Bourse de Tokyo, l’indice est brièvement passé dans le rouge sous le coup de prises de bénéfice mais il a terminé la journée en hausse de 0,42%, et au-dessus de 26.000 points pour la première fois depuis mai 1991.

En Chine, le SSE Composite à Shanghai et le CSI 300 ont cédé respectivement 0,21% et 0,19%, freinés par les valeurs de la santé et les technologiques.

A WALL STREET

Les contrats à terme sur les grands indices américains préfigurent pour l’instant une ouverture en baisse pour le et le Standard & Poor’s 500 mais une hausse pour le Nasdaq.

Lundi, le Dow et le S&P-500 ont clôturé à des niveaux records grâce aux annonces de Moderna, dont le cours a bondi de 9,6%. Le premier a terminé en hausse de 1,6% (+470,63 points) à 29.950,44 points et le second a pris 41,76 points, soit 1,16%, à 3.626,91.

Le a progressé quant à lui de 94,84 points (0,80%) à 11.924,13 points, freiné par la baisse de valeurs comme Netflix (NASDAQ:), souvent présenté comme l’un des principaux grands gagnants de la pandémie.

Tesla (NASDAQ:) a abandonné 0,1% en séance mais prenait 14% dans les échanges hors marché en réaction à l’annonce de son entrée dans le S&P-500 le 21 décembre.

TAUX

Les rendements obligataires de référence de la zone euro sont pratiquement inchangés, à -0,548% pour le Bund allemand à dix ans et -0,3142% pour son équivalent français.

Le dix ans américain recule d’un point de base à 0,8947%.

CHANGES

Le dollar recule face au yen et à l’euro, qui a repassé 1,1870, en réaction aux nouvelles mesures de restriction prises par plusieurs Etats américains face à la recrudescence des cas d’infection par le coronavirus.

Le billet vert pourrait réagir aux chiffres des ventes au détail et de la production industrielle américaines, attendus respectivement à 13h30 GMT et 14h15 GMT.

Parallèlement, la livre sterling profite des informations de presse selon lesquelles David Frost, le responsable britannique des négociations avec l’Union européenne sur l’après-Brexit, a déclaré au Premier ministre Boris Johnson qu’un accord était possible en début de semaine prochaine.

Quant au yuan, il se traite au plus haut depuis plus de deux ans, toujours porté par l’amélioration des indicateurs économiques chinois.

PÉTROLE

Bien orienté en début de séance, le marché pétrolier affiche désormais un léger repli, en attendant les conclusions du comité ministériel de l'”Opep+” convoqué ce mardi qui pourrait recommander de prolonger pour au moins trois mois les réductions de production actuellement en vigueur, censées pour l’instant ne durer que jusqu’à fin décembre.

Le abandonne 0,09% à 43,78 dollars le baril et le (West Texas Intermediate, WTI) cède 0,29% à 41,22 dollars.

(édité par Patrick Vignal)

Source : investing

Autres articles à lire

Des énergéticiens s’alarment des risques d’impayés Par Reuters

administrateur

Wall Street clôture dans le vert, dopé par Paypal Par Reuters

administrateur

Landsec et Unibail prouvent qu’il y a encore de la vie chez les propriétaires Par Investing.com

administrateur

La BCE accepte désormais en collatéral des actifs spéculatifs Par Reuters

administrateur

Des Saoudiens et des Russes sur la liste britannique des atteintes aux droits de l’homme Par Reuters

administrateur

Top 3 des thèmes majeurs à surveiller sur les marchés ce vendredi 4 septembre Par Investing.com

administrateur