Economie

Pétrole : 6 facteurs à prendre en compte pour anticiper les prochains mouvements

Le comité ministériel de suivi de l’OPEP+ (JMMC) s’est réuni le mardi 17 novembre, mais n’a formulé aucune recommandation politique officielle. Les réunions complètes de l’OPEP et de l’OPEP+ sont prévues pour le 30 novembre et le lendemain, le 1er décembre. Cependant, sans aucune orientation du JMMC, on ne sait pas comment l’OPEP+ agira.

Actuellement, l’OPEP+ est officiellement sur le point d’ajouter 2 millions de bpj au marché du à partir du 1er janvier, mais plusieurs membres, dont l’Arabie Saoudite, cherchent à retarder cette augmentation prévue, peut-être de 3 ou 6 mois.

Cette décision aura un impact sur le marché et, par extension bien sûr, sur le prix du pétrole.

Voici 6 facteurs que les traders doivent prendre en compte :

1. La principale raison de retarder cette augmentation de la production est d’éviter un impact négatif sur le prix du pétrole. La situation de la demande pour l’Europe et les États-Unis cet hiver est préoccupante. Le blocage des économies les plus importantes d’Europe et les restrictions croissantes dans les grandes villes américaines poussent les consommateurs à réduire leurs déplacements et étouffent la demande.

Certes, les prix du pétrole ont finalement eu tendance à augmenter à partir de la semaine dernière avec les récentes nouvelles positives concernant les vaccins contre le coronavirus, mais beaucoup voient encore le marché menacé par la faiblesse de la demande. L’Arabie Saoudite est clairement préoccupée par le fait que l’ajout de 2 millions de bpj supplémentaires dans cette situation pourrait, comme l’a déclaré le ministre saoudien du pétrole, “donner aux marchés une excuse pour réagir négativement”.

2. En supposant que l’OPEP+ décide effectivement de retarder l’augmentation de sa production, les négociants devraient se poser deux questions.

Premièrement, cela représenterait-il un retard de 3 ou de 6 mois ? Deuxièmement, un retard de l’OPEP+ réussirait-il à empêcher la chute des prix du pétrole ?

3. On peut dire que la Russie est tout aussi puissante que l’Arabie Saoudite au sein de l’OPEP+ (sinon plus), il est donc crucial de comprendre ce que la Russie pense de tout cela. La Russie semble être d’accord pour retarder l’augmentation de 2 millions de bpj, mais il n’est pas clair quelle durée de retard serait acceptable pour la Russie.

L’Arabie Saoudite aimerait probablement enfermer la Russie dans un accord jusqu’en juin (6 mois) afin que l’Arabie Saoudite puisse se concentrer sur la mise en conformité des surproducteurs. Cependant, il n’est pas clair qu’une prolongation de 6 mois soit dans l’intérêt de la Russie maintenant, et la Russie a tendance à favoriser des engagements à plus court terme.

Peut-être en raison du manque d’engagement de la Russie, le ministre saoudien du pétrole a fait part de son incertitude quant à un éventuel retard en déclarant que la situation du marché “change de jour en jour” et est trop fluide pour émettre des recommandations politiques.

Un accord plus long (délai) est préférable pour la stabilité du marché. Il serait particulièrement utile, car la situation de la demande est actuellement très incertaine.

L’OPEP+ ne peut probablement pas faire monter le prix du pétrole avec ses politiques, mais les orientations à plus long terme de l’OPEP+ peuvent contribuer à maintenir les prix stables.

5. L’augmentation récente de la production de la Libye compliquera les choses. Actuellement, la Libye bénéficie d’une exemption de quota de production de l’OPEP+, parce qu’elle est en proie à une guerre civile. L’exemption de la Libye prendra fin lorsqu’elle aura atteint un niveau de production de 1,114 million de bpj, et la compagnie pétrolière nationale libyenne, The National Oil Corporation, s’attend à dépasser ce chiffre bientôt.

Elle prévoit d’atteindre 1,3 million de bpj d’ici le début de 2021. L’OPEP+ doit en tenir compte lorsqu’elle décidera de procéder à l’augmentation de 2 millions de bpj ou de la reporter de 3 ou 6 mois. Si l’OPEP+ procède à l’augmentation de la production, la production de la Libye représentera plus de la moitié de cette augmentation.

Si l’OPEP+ retarde de 3 mois, elle pourra réévaluer la situation de la Libye en mars. Si l’OPEP+ retarde de 6 mois, il sera probablement nécessaire d’envisager des discussions spéciales avec la Libye quelque temps après le Nouvel An.

6. Comme pour toute situation de marché, il est utile d’examiner ce qui est déjà pris en compte dans la réflexion du marché. Il semble que le prix actuel du pétrole ait déjà pris en compte un retard de 3 mois dans l’augmentation de la production.

Si l’OPEP+ ne retarde pas et décide d’autoriser une augmentation de 2 millions de bpj au début de la nouvelle année, il faut s’attendre à une baisse des prix. Si l’OPEP+ décide d’un retard de 6 mois, les prix pourraient augmenter, mais pas de manière significative, et aucune augmentation ne serait durable.

Cependant, un retard de 6 mois calmerait probablement un peu le marché. Il contribuerait également à prévenir la volatilité des prix au cours du premier semestre 2021.

Source : investing

Autres articles à lire

Prudence sur le coton | Investing.com

administrateur

L’Or attend la Fed, tandis que le pétrole dépendra de l’ouragan Sally et de l’OPEP+

administrateur

Le Palladium n’est pas encore mort, la prochane vague (de hausse) approche

administrateur

L’Or a touché 1800 $, peut-il accélérer rapidement vers 2000$ ?

administrateur

Un ETF pour s’exposer à 14 matières premières en un seul investissement

administrateur

Le Palladium bat le rallye post-Covid de l’Or, avec moins d’accidents de parcours

administrateur