Economie

Pétrole : Comment va agir l’OPEP face aux sombres perspectives de demande ?

Les prévisions de la demande de pétrole ont récemment dominé le marché. L’OPEP, l’EIA, l’AIE et le géant pétrolier britannique BP (NYSE:LON:) ont tous révisé à la baisse leurs prévisions quant au moment où la demande de pétrole reviendra aux niveaux de 2019. En fait, le World Energy Outlook récemment publié par l’AIE, présente un scénario dans lequel le monde n’atteindra pas une consommation de 103 millions de barils par jour avant 2023.

Pétrole hebdomadaire

L’OPEP a récemment réduit ses prévisions de demande de pétrole en 2021 de 80 000 bpj sur la base de projections de croissance économique plus lentes.

Que prévoient de faire l’OPEP et l’OPEP+ à la lumière de ces prévisions de demande déprimantes ?

Augmenter progressivement la production

L’accord OPEP+ actuel prévoit que le groupe ajoute 2 millions de bpj supplémentaires au marché à partir du 1er janvier. Cependant, la semaine dernière, le Wall Street Journal a écrit que l’Arabie Saoudite envisage de repousser l’augmentation de la production de 2 millions de bpj au deuxième trimestre 2021. Cela serait dû à une croissance de la demande plus faible que prévu. Ajoutant du carburant à la spéculation, Bloomberg a également rapporté que certains autres délégués de l’OPEP+ soutiennent l’idée de reporter l’augmentation de la production.

Cependant, ce mardi, Reuters a rapporté que le ministre du pétrole des EAU, Suhail Mazroui, a déclaré lors du Forum de l’intelligence énergétique que les réductions de l’OPEP+ seront “réduites à la fin de cette année alors que nous entrons dans l’année 2021”. Mazroui a peut-être pris position avant la réunion du mois prochain, ou bien il a déclaré que le plan actuel est susceptible de changer. Il se peut que nous ne sachions pas ce que fera l’OPEP avant la réunion (désormais prévue pour le dernier jour de novembre, avec la réunion OPEP+ le lendemain).

Dans le même temps, le pétrole libyen revient sur le marché après des perturbations dues à des conflits politiques et militaires internes. Déjà, 300 000 bpj sont en circulation, et 300 000 bpj supplémentaires devraient arriver sur le marché lorsque le champ de Sharara, récemment redémarré, atteindra sa pleine capacité. La Libye a été exemptée de l’accord de production OPEP+ en raison de l’instabilité politique et militaire qui a forcé la fermeture de ses principaux champs pétroliers et de ses ports. Maintenant que la production libyenne reprend, il est peu probable que le pays accepte de réduire sa production. Toute décision de l’OPEP devra tenir compte de cette augmentation d’environ 600 000 bpj en provenance de la Libye.

Les traders doivent se demander, si la demande reste fondamentalement stagnante jusqu’à la fin de 2020 et au premier trimestre de 2021, si l’OPEP+ peut réellement se permettre d’annuler ses réductions de production de 2 millions de bpj ? Si elle augmente effectivement sa production de 2 millions de bpj, l’accord actuel prévoit que les 600 000 bpj supplémentaires de la Libye seront inclus dans ce montant ou s’ajouteront à ce montant ?

Bien entendu, ces dernières années, la question la plus importante concernant l’OPEP+ a été posée : Que veut faire la Russie ? La Russie dispose d’un quasi droit de veto pour la plupart des décisions depuis la création du groupe OPEP+.

Mercredi, le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman aurait parlé avec le président russe Vladimir Poutine au sujet du marché du pétrole. L’accent de cet appel était apparemment mis sur l’importance du maintien de l’accord OPEP+ pour “atteindre et maintenir la stabilité” du marché pétrolier, mais il n’y avait aucune allusion à cet appel sur la future politique de production. Le même jour, le ministre russe de l’énergie, Alexander Novak, a déclaré qu’il voyait la demande de pétrole s’améliorer et que l’OPEP+ pensait “que nous serons en mesure d’augmenter progressivement la production” et que le groupe irait de l’avant avec les plans décidés précédemment pour produire davantage.

Les opérateurs ne doivent pas croire que les paroles de M. Novak signifient qu’un changement de plans est hors de question, car il reste un mois et demi avant les réunions ministérielles de l’OPEP et de l’OPEP+. L’augmentation des niveaux de stocks et les mauvaises données économiques pourraient encore pousser le groupe à retarder les augmentations de production de quelques mois, en particulier si l’Arabie saoudite peut faire valoir que les augmentations de production seraient préjudiciables au marché et aux prix du pétrole.

Au cours des quatre derniers mois, les prix du pétrole sont restés remarquablement stables. À un moment donné, ils doivent bouger, et l’OPEP+, comme tout le monde, attend. D’ici les réunions de l’OPEP et de l’OPEP+, nous disposerons encore pendant un mois et demi de données sur la demande, d’une élection présidentielle américaine extrêmement importante, et d’informations supplémentaires sur le coronavirus et les réponses du gouvernement. Pour l’instant, l’OPEP+ est aussi peu sûre du marché pétrolier que les traders.

Source : investing

Autres articles à lire

5 facteurs clés qui pourrait indiquer la direction future du pétrole

administrateur

La correction de l’Or pourrait ne pas encore être terminée

administrateur

Le pétrole valait 100$ le baril il y a 6 ans, pourquoi le prix a-t-il tant chuté?

administrateur

L’effet Warren Buffett et le resserrement du financement va booster les matières 1ères

administrateur

La surprenante relation entre le pétrole, le sucre et le Real brésilien

administrateur

Pourquoi les prix du pétrole pourraient rester dans une fourchette étroite

administrateur