Economie

Pétrole : La faible demande pèse malgré les promesses de l’OPEP

Le Comité ministériel conjoint de suivi (JMMC) de l’OPEP+ s’est réuni hier et a recommandé que le groupe poursuive ses plans visant à augmenter la production de pétrole jusqu’à 1,6 million de bpj en août. L’Arabie Saoudite et la Russie ont toutes deux réitéré qu’elles estiment que la demande mondiale augmente en raison de la croissance de l’activité économique et que le marché pourra facilement accueillir ce pétrole supplémentaire.

Pétrole brut WTI

Néanmoins, les deux nations ont également affirmé que tout ce ajouté serait consommé sur place dans les pays où il est produit.

Pourquoi faire une telle promesse si la demande de pétrole rebondit dans le monde entier ? La véritable situation de la demande de pétrole et les implications d’une augmentation de la production sont plus complexes. Voici un aperçu plus détaillé :

La tentation d’augmenter les exportations

L’Arabie Saoudite prévoit d’augmenter sa production de 500 000 bpj en août. Le ministre du pétrole, Abdulaziz bin Salman, a déclaré que l’Arabie Saoudite prévoit une augmentation de la demande d’électricité ainsi qu’une plus grande utilisation d’essence et de diesel en raison du fait que les Saoudiens restent chez eux pendant les mois d’été. Bien sûr, l’été sera à moitié terminé lorsque les augmentations du mois d’août commenceront. En fait, il a promis que “pas un seul baril ne sera exporté en plus” en août par rapport aux exportations de juillet.

Cette promesse pourrait être réelle, mais elle pourrait aussi signifier que ces barils supplémentaires se retrouveront sur le marché mondial en tant que produits raffinés au lieu de pétrole brut. La théorie du ministère saoudien du pétrole est qu’avec plus de Saoudiens restant dans le pays pendant l’été en raison du virus, plus de carburant sera utilisé au niveau national. Cependant, l’Arabie Saoudite subit une récession avec des mesures d’austérité sans précédent, car les industries du tourisme et du tourisme religieux sont arrêtées et le pays se remet de ses blocages. Il est au mieux spéculatif de supposer une forte consommation de carburant au niveau national. Si l’Arabie Saoudite ne peut pas trouver de consommateurs sur son territoire, les observateurs du marché devraient s’attendre à ce que le pays exporte ces produits.

Le ministre russe du pétrole, Alexander Novak, soutient également que la Russie consommera toute sa production supplémentaire sur le marché intérieur. Le pétrole de l’Oural a été très demandé en juin et juillet et se négocie maintenant à un prix supérieur à celui du . Pas plus tard qu’en avril, le mélange ouralien se négociait au rabais.

Malgré l’assurance de Novak que les exportations russes de pétrole n’augmenteront pas, la Russie pourrait être très tentée d’en mettre davantage sur le marché pendant que le mélange ouralien est demandé. Si la Russie voit des clients en Europe se tourner vers le pétrole d’Afrique de l’Ouest et de la mer du Nord, elle ne pourra peut-être pas résister à l’envie d’exporter son propre pétrole. Par ailleurs, ces barils pourraient se retrouver sur le marché mondial en tant que produits raffinés si la production russe d’essence, de diesel et de carburéacteur dépasse la demande intérieure.

La demande de pétrole aux États-Unis

La demande du plus grand consommateur de pétrole au monde – les États-Unis – continue de s’avérer incertaine et fragile. Selon l’EIA, les stocks de pétrole brut ont chuté d’un peu plus de 7 millions de barils la semaine dernière, mais la demande de produits n’a pas connu de gains significatifs.

Beaucoup attribuent la faible croissance de la demande d’essence à la crainte d’une recrudescence des cas de coronavirus au Texas, en Californie et en Floride, trois États qui, ensemble, représentent généralement 27 % de la demande américaine. La Californie a récemment annoncé des fermetures d’entreprises et même si la Floride et le Texas ne l’ont pas fait, la demande d’essence dans ces États n’augmente plus. Dans le même temps, la production pétrolière américaine semble s’être stabilisée à 11 millions de bpj, selon l’EIA.

L’OPEP va-t-elle inverser la tendance ?

L’OPEP+ ne semble pas être en phase avec la reprise de la demande aux États-Unis et prévoit que tout blocage économique imposé par le gouvernement à ce stade sera isolé et temporaire. Selon le ministre saoudien du pétrole, l’OPEP+ n’envisagerait une réunion d’urgence pour réviser sa production à la baisse que si de nouveaux blocages devaient avoir un impact sur “une partie importante de l’économie mondiale”. Le JMMC prévoit de se réunir le 18 août pour examiner la conformité. L’OPEP+ prévoit de se réunir en décembre pour examiner les quotas de production.

Source : investing

Autres articles à lire

L’Or attend la Fed, tandis que le pétrole dépendra de l’ouragan Sally et de l’OPEP+

administrateur

Le support de 30$ est en jeu sur le pétrole WTI, l’Or vise 1900$ cette semaine

administrateur

Le Forex envoie des signaux positifs pour l’Or, explications

administrateur

Matières Premières : Focus sur 1 ETF diversifié, et 1 ETF sur l’Argent physique

administrateur

Revue hebdomadaire du marché du cacao.

administrateur

La Chine et le spread d’écrasement soutiennent la hausse des prix du Soja

administrateur