Economie

Pétrole : Le point sur les facteurs positifs et négatifs à prendre en compte

Les prix du semblent avoir dépassé les fondamentaux négatifs de 2020 et reflètent actuellement les vues optimistes selon lesquelles 2021 verra une reprise de la demande.

Pétrole WTI

Il y a en effet un certain nombre de raisons d’être optimiste quant à l’accélération du prix des matières premières au début de la nouvelle année, mais il y a aussi des raisons de se montrer prudent. Nous examinons ci-dessous chaque point de vue :

Arguments haussiers

1. Nouvelles du vaccin contre le coronavirus : Les prix à terme du pétrole sont actuellement en hausse, sur la base de nouvelles positives selon lesquelles un ou plusieurs vaccins contre le coronavirus pourraient être largement disponibles d’ici la fin du premier trimestre 2021 et que cela permettra un retour aux habitudes de voyage et à l’utilisation du pétrole d’avant l’apparition du coronavirus.

2. Demande des acheteurs en Asie : Ce sentiment positif est renforcé par la nouvelle demande des acheteurs en Asie, la Chine ayant récemment publié une nouvelle série de quotas d’exportation de carburant raffiné pour les jours restants de 2020.

Les raffineries chinoises avaient déjà épuisé leurs quotas d’exportation en septembre, ce qui a entraîné un arriéré de pétrole brut dont les raffineries ne voulaient pas prendre livraison. Maintenant, grâce aux nouveaux quotas chinois, ces raffineries peuvent commencer à utiliser ce pétrole brut.

Par conséquent, les traders doivent s’attendre à voir le pétrole stocké diminuer dans cette région.

3. Maintien des quotas de production de l’OPEP+ : La décision de l’OPEP+ de reconduire ses quotas de production actuels pour au moins trois mois au début de 2021 contribuera également à maintenir la hausse des prix. (La décision finale de l’OPEP+ concernant une reconduction de 3 ou 6 mois sera prise la semaine prochaine, les 30 novembre et 1er décembre).

Toutefois, il existe des points faibles clés sur le marché qui pourraient ralentir ou inverser la hausse des prix.

Arguments baissiers

1. Arrêts et fermetures de raffineries : Les prochains arrêts et fermetures de raffineries aux États-Unis et en Europe signifieront qu’il y aura davantage de brut sur le marché.

Selon Reuters, Royal Dutch Shell (NYSE : AS:) pourrait fermer la raffinerie de Convent, en Louisiane, d’une capacité de 200 000 bpj dès la semaine prochaine, et la liste des raffineries fonctionnant à taux réduit ou menacées d’une fermeture temporaire ou permanente en Europe s’allonge (voir cette liste de Platts).

Les raffineries ferment pour diverses raisons, notamment : des problèmes de rentabilité, une demande incertaine et des projets de conversion à la production de biocarburants.

2. Durée des quotas de production de l’OPEP+ : Il est possible que la semaine prochaine, l’OPEP+ décide de ne reconduire ses quotas de production actuels que pour 3 mois plutôt que pour 6 mois, ce qui signifie que 2 millions de bpj supplémentaires de production de pétrole pourraient être mis sur le marché en mars 2021.

Cette situation, ainsi que la production croissante de l’industrie américaine du pétrole de schiste, pourrait étouffer la hausse des prix, surtout si la demande ne reprend pas comme le marché le prévoit.

3. Thanksgiving en sourdine : L’avenir des voyages, où se situe la majeure partie de la faiblesse de la demande de pétrole, est encore très incertain. Les responsables mettent en garde les Américains contre les voyages pour les vacances de Thanksgiving cette semaine. La veille de Thanksgiving est généralement le jour de voyage le plus chargé de l’année.

L’année dernière, les voyages pour Thanksgiving ont établi des records, la TSA ayant contrôlé plus de passagers que jamais. La plupart des gros titres ont porté sur la façon dont des millions d’Américains voyagent pour Thanksgiving malgré les avertissements de ne pas le faire. Cependant, la réalité est que les voyages pour Thanksgiving sont en forte baisse cette année.

L’AAA prévoit une diminution de 5 % de tous les voyages liés à Thanksgiving par rapport à l’année dernière et une diminution de 50 % des voyages aériens. De plus, les récentes restrictions et consignes des gouverneurs pourraient limiter davantage les voyages au-delà de ces prévisions.

Les traders qui examinent les données relatives à la consommation d’essence doivent s’attendre à un bond par rapport à la consommation de ces dernières semaines, mais ils doivent garder à l’esprit que cette hausse est nettement moins importante que l’année précédente. La fête de Thanksgiving est un événement unique et doit être comparée aux années précédentes, et non à d’autres périodes en 2020.

4. Voyages de Noël déprimés : On ne sait pas combien de personnes aux États-Unis, en Europe et dans d’autres parties du monde voyageront pour les vacances de Noël, qui auront lieu le mois prochain. Les données pour Thanksgiving devraient donner une indication sur l’affaiblissement des voyages de Noël aux États-Unis.

En Europe, où la plupart des grandes économies sont encore en récession, les gouvernements pourraient assouplir ces mesures à temps pour permettre aux familles de voyager pour Noël. Le Royaume-Uni a déjà annoncé que les restrictions seront assouplies à cette fin. Ce que l’on ignore encore : combien de personnes se sentiront à l’aise pour voyager et si elles pourront se rendre dans d’autres pays pour leurs vacances.

5. Obstacles à la reprise des voyages aériens : En ce qui concerne le retour des voyages internationaux – et avec lui la demande de kérosène – l’Association internationale du transport aérien prévoit que nous ne reviendrons pas aux niveaux de 2019 avant 2024. Toutefois, elle s’attend à ce que 2,8 milliards de passagers voyagent en 2021, soit 1 milliard de plus qu’en 2020.

Il y aura quelques soubresauts en cours de route, notamment en ce qui concerne l’accessibilité des vaccins contre le coronavirus et la volonté des populations mondiales de se faire vacciner.

Le directeur de la compagnie australienne Quantas a déclaré que la compagnie prévoit de demander aux voyageurs internationaux s’ils ont reçu un vaccin contre le coronavirus avant de les autoriser à monter à bord des avions de la compagnie. Il pense que cette pratique deviendra courante parmi les transporteurs internationaux.

Le fait d’exiger des vaccinations pourrait rendre certains passagers plus à l’aise à bord des avions, mais cela pourrait constituer un obstacle important à la récupération si les passagers potentiels refusent de se faire vacciner.

Source : investing

Autres articles à lire

Le coton ne connait pas la crise

administrateur

Un café à nouveau indécis

administrateur

WTI : une perte de 10$ par baril pour les détenteurs de contrats à terme échéance

administrateur

Cours de l’or au comptant : rebond avec le Brexit

administrateur

Biden Vs Trump : Comment le prochain président pourrait influencer le pétrole ?

administrateur

Peut-on toujours considérer l’Or comme une valeur refuge ?

administrateur