Economie

Pétrole : L’OPEP et les vendeurs s’affrontent, quid des prix du baril ?

La grande question qui se pose dans le secteur pétrolier est de savoir qui va gagner à la fin de cette semaine : les baissiers ou l’OPEP+ ?

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), qui compte 13 membres, et ses dix alliés non membres, collectivement connus sous le nom d’OPEP+, ont remporté les deux premiers rounds de cette année lorsqu’ils ont réussi à surprendre les vendeurs à découvert de , d’abord en réduisant fortement la production pour février-mars, puis en s’engageant à ne pas remonter la production avant avril.

Ces deux rounds ont donné lieu à une victoire extraordinaire pour l’alliance des producteurs. L’indice de référence du brut américain West Texas Intermediate et l’indice mondial du pétrole Brent, basé au Royaume-Uni, ont tous deux bondi d’environ 40 % entre le 4 janvier (un jour avant la première réunion de l’OPEP+ de 2021) et le 8 mars (le pic atteint après la deuxième réunion du 4 mars).

Pétrole journalier

Mais depuis ces sommets, les deux indices de référence ont rendu 10 % de leurs gains en seulement 10 jours.

Maintenant, à l’approche de la troisième réunion de l’OPEP+, le 1er avril, les paris sont faits sur l’alliance pour qu’elle s’abstienne une fois de plus d’augmenter la production pour le mois de mai, voire qu’elle la réduise.

Pourtant, si la récente volatilité du brut est pertinente – et elle devrait l’être – il y a toutes les chances que les prix du brut connaissent une nouvelle baisse – voire un plongeon – cette semaine.

Avec le déblocage du canal de Suez (PA:), le cours du pétrole a une raison de moins de se redresser

Il y a de bonnes raisons de penser que les fluctuations des prix du pétrole de ces dix derniers jours ne sont pas terminées. Avec le porte-conteneurs Ever Given enfin libéré du canal de Suez après avoir bloqué l’une des voies les plus importantes pour les expéditions de brut pendant près d’une semaine, les prix du pétrole ont une raison de moins de se redresser.

De plus, les récentes fluctuations du pétrole ne sont pas caractéristiques d’un marché qui, au cours des quatre mois précédents, a évolué dans une seule direction, celle de la hausse. Les montagnes russes ont commencé le 18 mars par un plongeon de 7 % qui a été partiellement récupéré au cours des deux séances suivantes. Depuis mardi, cependant, le marché a oscillé comme un yoyo, chutant de 6 % et récupérant la quasi-totalité de cette baisse mercredi, puis subissant une autre chute de 4 % jeudi, avant de récupérer la quasi-totalité du lot vendredi.

À 1 h 30 ET (5 h 30 GMT) lundi, le WTI se situait juste en dessous de 60 dollars le baril, en baisse de 2,3 % sur la journée. Le 8 mars, il a atteint un sommet de près de 68 $, après avoir atteint un creux d’un peu moins de 36 $ le 30 octobre.

Le dernier échange du Brent s’est fait juste au-dessus de 63 $ le baril, en baisse de 2,2 %. Le 8 mars, il a atteint un sommet de près de 71 $, après avoir atteint un creux d’environ 38 $ le 30 octobre.

Le rallye du de la fin octobre à la mi-mars a été stimulé par les réductions de la production de l’OPEP+ et l’optimisme quant à la réouverture de l’économie après les fermetures du COVID-19, grâce à la campagne mondiale de vaccination contre le virus.

Depuis le mois d’avril, les 23 pays de l’OPEP+ ont retiré du marché entre neuf et sept millions de barils par jour.

L’élément le plus critique des réductions de l’OPEP+ a été la partie saoudienne, qui a représenté entre un et deux millions de barils par jour depuis avril.

En janvier, alors que les boursicoteurs pariaient sur une augmentation de la production de l’alliance en raison des signes de renforcement de la demande, les Saoudiens ont doublé la mise avec une réduction supplémentaire d’un million de barils pour février et mars, ce qui a fait monter en flèche les prix du brut. Le ministre saoudien du pétrole, Abdulaziz bin Salman, s’était alors vanté de faire de la vie un “enfer” pour les vendeurs à découvert de pétrole.

Lorsque l’OPEP+ s’est à nouveau réunie au début du mois pour décider des niveaux de production d’avril, les Saoudiens ont à nouveau annoncé une réduction d’un million de barils pour le mois prochain au lieu d’une augmentation de la production. La différence, cependant, résidait dans le ton du ministre du pétrole Abdulaziz, qui semblait réellement préoccupé par la demande.

Lors de la réunion de cette semaine sur les quotas du mois de mai, il est fort probable que les Saoudiens tenteront de réduire à nouveau la production.

L’OPEP+ aura du mal à surprendre

Mais certains, comme John Kilduff, partenaire du fonds spéculatif new-yorkais Again Capital, pensent que la propension du royaume à surprendre est terminée. Faisant référence aux actions de Riyad lors des deux dernières réunions de l’OPEP+, Kilduff explique :

“Vous le faites une fois, c’est une surprise. Deux fois peut-être. La troisième fois ? Je ne le pense pas. Je pense qu’une autre réduction est déjà prévue dans le gâteau et que le marché commence à se désensibiliser un peu au spectacle de l’OPEP.”

Jeffrey Halley, coresponsable de la recherche Asie-Pacifique pour le courtier en ligne OANDA, partage l’avis de Kilduff selon lequel la probabilité d’une hausse de la production de l’OPEP+ – la seule chose qui pourrait surprendre le marché, compte tenu des circonstances – était pratiquement nulle :

“Avec les importateurs asiatiques en cycle d’entretien des raffineries et se contentant d’utiliser le pétrole stocké, aucune consolation n’est probable pour les prix du pétrole de ce côté-là cette semaine. Dans ce scénario, l’OPEP+ n’a pratiquement aucune chance d’assouplir ses objectifs de réduction de la production. Bien sûr, l’OPEP+ nous a déjà surpris par le passé, mais cela tend à soutenir les prix, et non à les forcer à baisser.”

Les fluctuations du pétrole, en particulier à la baisse, devraient se poursuivre

M. Halley pense également que les fluctuations du marché observées ces dix derniers jours pour le pétrole vont se poursuivre, avec une tendance à la baisse. Il fonde son hypothèse sur la façon dont le marché a sombré lundi à la nouvelle que le pétrolier Ever Given avait été renfloué de l’endroit où il s’était échoué dans le canal de Suez.

“Si la situation du canal de Suez est correcte, la reprise du pétrole avant l’OPEP+ pourrait bien être terminée. Compte tenu de la volatilité (de) la semaine dernière, le Brent devrait se situer dans la partie inférieure de sa fourchette de 60 à 65 dollars le baril. De même, le est susceptible de tomber dans le bas de sa fourchette hebdomadaire de 57,50 à 62,50 dollars le baril.”

Source : investing

Autres articles à lire

Quelles sont les perspectives pour le Nickel, métal indispensable aux Véhicules Electriques ?

administrateur

Pétrole: Vers une nouvelle confrontation Russie-Arabie Saoudite sur la production?

administrateur

Or : La réunion de la Fed va-t-elle faire décoller le métal jaune?

administrateur

Après 2 années difficiles, le prix du Café va-t-il désormais remonter ?

administrateur

Pourquoi un nouveau sommet sur le cuivre pourrait être à portée de main

administrateur

Voici pourquoi le pétrole devrait poursuivre son chemin vers les 100$ le Baril

administrateur