Placement

PGE : Paris veut négocier avec Bruxelles le report des remboursements

Publié le 16 oct. 2020 à 13:19

Le calendrier s’accélère. Deux jours après l’annonce, par Emmanuel Macron, de la mise en place de couvre-feux, les mesures destinées à venir en aide aux entreprises touchées par ces nouvelles restrictions d’activités se font plus précises, notamment en ce qui concerne les prêts garantis par l’Etat (PGE). Ce vendredi, le ministre de l’Economie et des Finances a indiqué sur BFM TV, puis lors d’une rencontre avec des restaurateurs à Paris, qu’il souhaitait allonger d’un an le délai à partir duquel les PGE doivent être remboursés.

« Il y a une vraie inquiétude dans certains secteurs, et notamment dans la restauration, car l’échéance des remboursements se rapproche. Ils demandent de pouvoir rembourser ces prêts au bout de deux ans », a expliqué Bruno Le Maire. Le remboursement d’un PGE débute normalement un an après sa signature et peut ensuite être étalé sur cinq ans maximum, avec des taux compris entre 1 et 2,5 %.

Pour obtenir ce report, Paris doit néanmoins avoir l’aval de la Commission européenne. Car les PGE sont considérés comme des aides d’Etat. Un premier accord avait été obtenu en mars, lors de la mise en place du dispositif, pour que les entreprises puissent bénéficier d’une année blanche avant de commencer à rembourser. « Je vais prendre mon bâton de pèlerin et aller négocier à Bruxelles avec la commissaire à la Concurrence, Margrethe Vestager, la possibilité de rembourser à partir de 2022, a indiqué le ministre. Ce serait un sacré bol d’air pour les entreprises. »

« La souplesse doit être la règle »

Il y a quelques jours, Bruxelles a autorisé le prolongement, pour six mois, des dispositifs d’aides d’Etat pour les différents pays de l’Union dans le cadre des mesures destinées à soutenir les entreprises. Le gouvernement français a ainsi annoncé jeudi que les PGE pourraient être octroyés jusqu’au 30 juin 2021, contre le 31 décembre 2020 initialement.

Bercy souhaite donc aller vite. Ce report des remboursements était encore présenté jeudi, lors de la conférence de presse du gouvernement pour expliquer les nouvelles mesures sanitaires, comme une solution « à l’examen avec les banques ».

« Les banques partagent l’idée que ‘la souplesse doit être la règle’, comme l’a dit Bruno Le Maire », indiquait la Fédération bancaire française, jeudi soir, se disant prête à proposer des solutions aux « entreprises particulièrement touchées des secteurs frappés par les restrictions d’activité ». Les discussions avec les banques vont se poursuivre dans les prochaines heures et les prochains jours.

Source : les echos

Autres articles à lire

Prêts garantis : les banques donnent plus de visibilité sur les taux de remboursement

administrateur

Blockchain : Taurus convainc des banques privées d’entrer à son capital

administrateur

Naissance d’un géant italien des paiements électroniques

administrateur

Christophe Mianné, gestionnaire de fortune

administrateur

Le réassureur public CCR réservé sur la future assurance pandémie

administrateur

Le plongeon des marchés a coûté 800 milliards de dollars aux fonds souverains

administrateur