Bourse & Actions

Pourquoi la récession qui s’annonce pourrait être bien pire qu’en 2008-2009 ?

Cet article a été écrit exclusivement pour Investing.com 

Le marché boursier a atteint des sommets en 2020, alimenté par l’euphorie des investisseurs quant au rebond potentiel de l’économie face à la réouverture des États-Unis. Malgré cet optimisme, l’économie américaine se trouve dans une situation plutôt tendue, avec des données qui montrent une amélioration, mais qui en réalité ne font que nous ramener à la situation dans laquelle se trouvait l’économie au plus profond de la grande récession de 2008 et 2009.

Et cela avait pris aux bilans, et à l’économie, un temps raisonnablement long pour se redresser. Pour mettre les choses en perspective, à partir du moment où il a atteint un creux de 13 en mars 2009, le S&P 500 a mis quatre ans de plus à se redresser pour revenir au niveau où il était avant le début de la crise financière.

Même la Réserve fédérale maintient des perspectives moroses pour l’économie, en s’engageant à maintenir les taux près de zéro dans un avenir prévisible. Pire encore, les mesures de l’inflation sont en baisse, ce qui devrait faire baisser les rendements du Trésor à 10 ans, voire les rapprocher de 0 %.

À un moment donné, l’absence d’inflation, de croissance économique significative et des taux plus bas peuvent effrayer les actions, ce qui n’est pas très différent de ce que nous avons vu en mars, lorsque les rendements ont chuté, entraînant les actions avec eux.

La Fed publie des perspectives peu encourageantes

Lors de la dernière réunion du FOMC, la Fed a prévu que le se contracterait de 6,5 % en 2020, puis qu’il rebondirait de 5 % en 2021 et de 3,5 % en 2022. Cela suggère que la banque centrale ne s’attend pas à ce que l’économie revienne à son niveau de 2019 avant un certain temps au milieu ou à la fin de l’année 2022. Cela impliquerait une détérioration du PIB encore plus marquée qu’en 2008, mais, selon les projections de la Fed, une reprise un peu plus rapide.

Les données macroéconomiques montrent également que la récession actuelle causée par la pandémie a été nettement plus grave que celle de 2008-2009 et que l’économie revient tout juste à son niveau d’avant le ralentissement. En mai, les ventes au détail ont enregistré une hausse considérable d’environ 17,7% en glissement mensuel. Toutefois, en glissement annuel, ces chiffres ont été nettement moins bons qu’en données mensuelles, avec une baisse de plus de 6 %, ce qui est comparable à certains des pires résultats enregistrés en 2008-2009. Entre-temps, d’autres données, comme la production industrielle, ont également chuté de manière spectaculaire et n’ont pratiquement pas connu de rebond significatif en mai.

Certaines des données sur le ont été encore pires, les derniers rapports montrant que le nombre de demandes continues est resté aux alentours de 20,5 millions au cours des quatre dernières semaines, soit environ trois fois plus qu’au plus fort de la dernière récession. La forte hausse de l’emploi en mai a peut-être aussi été surestimée, 4,9 millions de travailleurs ayant été mal classés. Sans cette erreur de classification, les emplois non agricoles du mois de mai auraient enregistré une augmentation du nombre de chômeurs, qui serait passé à 25,4 millions, contre 20,4 millions selon les rapports, ce qui aurait fait passer le taux de chômage à 16,1 %, contre 13 % selon les rapports.

Pendant ce temps, les chiffres critiques de l’inflation, tels que l’, l’ et même la moyenne réduite de l’ECP, sont tombés à des niveaux parmi les plus faibles depuis plusieurs années. Avec une inflation faible et une économie qui traverse la pire récession de mémoire d’homme, au moins égale à celle de 2009, voire pire, cela pourrait tirer les taux vers la baisse, si ces conditions économiques ne s’améliorent pas bientôt.

Le graphique technique montre qu’une baisse du en dessous de 55 points de base environ pourrait entraîner une chute plus marquée, voire un retour aux plus bas niveaux de mars à 40 points de base ou moins, si les acteurs du marché commencent à penser que la reprise pourrait être beaucoup plus lente que prévu. Une telle baisse pourrait entraîner les actions à la baisse, les investisseurs étant aux prises avec un retour “à la normale” plus lent que prévu.

Taux à 10 ans US

En ce moment, le marché boursier est en mode célébration face aux perspectives de reprise, aidé par une vague sans précédent de stimulus du gouvernement et de la banque centrale. Le plus grand problème est que cette reprise nous ramène, au mieux, à des niveaux qui étaient autrefois considérés comme suffisamment graves pour appeler le ralentissement de 2008 et 2009 “la grande récession”.

Source : investing

Autres articles à lire

Les résultats de Zoom, Slack et Broadcom à surveiller de près cette semaine

administrateur

Décrochage surprise de -2% du Nasdaq, Donald Trump y serait-il pour quelque chose

administrateur

Des chiffres US meilleurs que prévu ? Pas vraiment mais ce qui compte c’est que Wa

administrateur

USA : la peur d’un déconfinement trop rapide

administrateur

Sanofi confirme ses objectifs annuels

administrateur

3 actions US dont il faudra surveiller les résultats du T1 de près cette semaine

administrateur