Bourse & Actions

Pourquoi l’action Facebook grimpe malgré la Pandémie?

Il n’y a pas si longtemps, Facebook Inc (NASDAQ:) était encore embourbé dans un grave scandale, mais compte tenu de la puissante remontée du titre cette année, on ne peut que conclure que les investisseurs ont la mémoire très courte.

Début 2018, les perspectives de l’entreprise de Menlo Park, en Californie, sont devenues sombres, alors que les politiciens et les régulateurs ont commencé à examiner Facebook après que la nouvelle d’une violation massive des données ait suscité des inquiétudes concernant la vie privée des utilisateurs. De plus, il y a eu des allégations de manipulation de sa plateforme par des puissances étrangères qui auraient influencé les élections américaines. L’action a chuté.

Mais tout cela semble avoir disparu dans les brumes de l’histoire. Les actions de Facebook ont atteint un sommet historique hier, grâce à l’enthousiasme renouvelé des investisseurs qui estiment que le géant des médias sociaux a un large attrait dans un monde en proie au coronavirus.

Facebook

Le titre a maintenant gagné 11 % pour l’année et, depuis la baisse générale du marché du 16 mars, il est en hausse de 56 %.

À l’heure où l’économie entre dans une profonde récession, ce qui rend Facebook si attrayant, c’est la solidité du bilan de l’entreprise et la conviction des investisseurs que le fondateur et PDG Mark Zuckerberg tirera parti des 2,6 milliards d’utilisateurs de l’entreprise pour promouvoir de nouveaux domaines de croissance.

Dans le cadre de cet effort, Mark Zuckerberg a dévoilé mardi de nouvelles fonctionnalités de commerce électronique sur tous les médias sociaux de l’entreprise, dont Messenger, WhatsApp et Instagram, alors qu’il prépare sa plateforme pour tirer parti de l’essor attendu du commerce en ligne au lendemain de la pandémie.

Nouvelle poussée du commerce électronique

Cette nouvelle initiative de Facebook vise principalement les petites entreprises qui luttent contre la pandémie. Cette initiative permettra aux commerçants de créer leurs propres magasins de commerce électronique sur les plateformes Facebook et Instagram.

Appelé Shops, le produit principal est une nouvelle version d’une fonctionnalité existante de Facebook avec un nom similaire, et permettra aux détaillants de télécharger des catalogues de produits sur leur page Facebook ou leur profil Instagram. Les Shops seront, à un moment donné, accessibles sur l’ensemble du réseau, offrant aux détaillants une ligne directe vers l’énorme base d’utilisateurs de Facebook avec un seul catalogue de produits.

“Tous ces outils sont accessibles même si votre vitrine physique ne peut pas l’être”, a déclaré M. Zuckerberg mardi, lors d’une émission en direct annonçant la nouvelle fonctionnalité.

Les investisseurs ont salué cette nouvelle poussée du commerce électronique. En effet, elle pourrait atténuer l’impact de la perte de revenus des segments du marché de la publicité numérique gravement touchés par la pandémie COVID-19, qui comprennent les voyages aériens et l’hôtellerie.

Les analystes pensent que la fonction “Shop” élargira les capacités de Facebook en matière de commerce électronique, ce qui en fera un acteur sérieux dans ce domaine.

Brian Nowak, analyste chez Morgan Stanley (NYSE:), voit une “opportunité de plusieurs milliards” pour Facebook avec Shops, tandis que l’analyste de la Deutsche Bank (DE:) Lloyd Walmsley voit un impact de 30 milliards de dollars, grâce à la combinaison des revenus publicitaires et d’une part fractionnaire des transactions.

Il est toutefois prudent pour les investisseurs de prendre en compte les dangers pour Facebook dans l’environnement actuel. Selon les estimations des analystes, environ 30 à 45 % des revenus mondiaux de l’entreprise proviennent de catégories publicitaires considérées comme “à risque” face au COVID-19.

La baisse des dépenses dans les domaines des voyages, de la vente au détail, des biens de consommation courante et des divertissements risque de nuire aux revenus de Facebook au cours des 12 à 18 prochains mois.

En résumé

Facebook dispose de nombreux moyens d’accélérer ses revenus en utilisant sa portée massive. Cette position unique fait de ses actions un excellent achat à long terme. En même temps, les investisseurs ne doivent pas ignorer les risques potentiels à court terme pour ses actions alors que les entreprises réduisent leurs dépenses publicitaires.

Source : investing

Autres articles à lire

Où l’on reparle de guerre commerciale

administrateur

EDF : un « double bottom » en formation ?

administrateur

3 actions à dividendes bien armées pour faire face à la récession imminente

administrateur

Jerome Powell douche Wall Street : taux négatifs écartés pour longtemps

administrateur

Chute de l’activité dans le secteur tertiaire aux Etats-Unis

administrateur

Pour savoir où veut aller le CAC40, suivez le S&P500 !

administrateur