Economie

Pourquoi le Blé est la matière première la plus “politique” au monde ?

Cet article a été écrit exclusivement pour Investing.com

Points clés de l’article :

  • Les prix atteignent leur plus haut niveau depuis presque six ans
  • Le côté demande de l’équation favorise le blé et les autres produits agricoles
  • Chaque année est une nouvelle aventure en termes de production
  • Les niveaux à surveiller en 2021

Si vous demandez aux gens quel est le produit le plus politique, la réponse populaire sera probablement le . En effet, le produit énergétique est hautement politique.

Plus de la moitié des réserves mondiales de pétrole brut se trouvent au Moyen-Orient, une région très turbulente. Pendant des décennies, l’instabilité dans la région a contribué à la volatilité des prix sur le marché à terme du pétrole. En 1990, lorsque Saddam Hussein est entré au Koweït, le prix du pétrole a doublé en un clin d’œil.

Depuis les années 1970, la politique énergétique américaine s’est concentrée sur l’indépendance vis-à-vis du pétrole du Moyen-Orient. Ces dernières années, les progrès technologiques dans l’extraction du pétrole brut des régions de schiste et un environnement réglementaire favorable ont réussi à faire des États-Unis le premier producteur mondial. L’avenir de la production américaine sera entre les mains du président élu Joseph Biden et des membres du Congrès et du Sénat américains. Une approche plus écologique de la politique énergétique américaine pourrait rendre l’avantage politique à l’OPEP et à la Russie.

Il n’en reste pas moins que le est un produit politique de longue date. En tant que principal ingrédient du pain et d’autres produits alimentaires de base, les populations du monde entier dépendent des réserves annuelles de blé pour leur alimentation.

Le blé est une question de sécurité nationale. Pour que les dirigeants puissent maintenir le pouvoir, la disponibilité de la nourriture est une condition essentielle. La Révolution française a commencé par des protestations contre les pénuries de pain et de nourriture. La hausse des prix des denrées alimentaires et les déficits d’approvisionnement ont fomenté des soulèvements et conduit à des changements de dirigeants tout au long de l’histoire, partout dans le monde.

L’exemple le plus récent est survenu au cours du printemps arabe en 2010, lorsque les émeutes du pain en Tunisie et en Égypte ont changé la direction politique de nombreux pays du Moyen-Orient. Quand on me demande quel produit est le plus politique, ma réponse est toujours le blé.

Les prix atteignent leur plus haut niveau depuis presque six ans

Depuis qu’ils ont atteint un plancher de 3,5950 $ en août 2016, les contrats à terme du blé qui s’échangent sur le CBOT ont connu des creux et des sommets croissants. Le contrat de blé tendre rouge d’hiver du CBOT est le contrat à terme de blé le plus liquide et la référence pour les prix mondiaux du blé.

Blé mensuel

Source, tous les graphiques : CQG

Le graphique mensuel ci-dessus montre que les prix à terme du blé ont atteint un nouveau sommet en octobre, à 6,3820 $, et se situaient juste en dessous du niveau de 6 $ le boisseau à la fin de la semaine dernière. Le mois dernier, les prix à terme du blé ont atteint leur plus haut niveau depuis décembre 2014.

Le prochain objectif technique à la hausse est de 6,77 $ le boisseau. La mesure de l’intérêt ouvert était au niveau de 438 228 contrats à la fin de la semaine dernière, ce qui est supérieur au point milieu de l’année au lendemain de la récolte 2020 dans l’hémisphère nord.

Les prix et les indicateurs de force relative ont dépassé les valeurs neutres et ont augmenté, mais n’ont pas encore atteint un niveau de surachat. Pendant ce temps, la volatilité historique mensuelle à 19,21 % était à son plus bas niveau en 2020 et depuis le début de 2014. L’action des prix à la hausse a été lente et régulière.

Blé journalier

Le graphique quotidien montre qu’une importante reprise des contrats à terme du blé a commencé fin juin à 4,7950 $ et a fait monter le prix des contrats à terme de décembre à 6,3825 $ le boisseau le mois dernier. Le 10 novembre, le blé a connu un nouveau retournement haussier sur le graphique quotidien, le volume le plus élevé depuis la mi-février.

Le côté demande de l’équation favorise le blé et les autres produits agricoles

L’aspect demande de l’équation fondamentale du blé est une fonction du marché adressable, qui ne cesse de croître. Chaque trimestre, le monde compte vingt millions de personnes de plus. Chaque année, il y a environ quatre-vingts millions de bouches supplémentaires à nourrir. En 2020, il y avait plus de consommateurs de blé qu’en 2019, et en 2021 il y en aura plus qu’en 2020.

Au début de ce siècle, environ six milliards de personnes habitaient notre planète.

Source : https://www.census.gov/popclock/

Au 13 novembre, on comptait près de 7,7 milliards de consommateurs de blé dans le monde, soit une augmentation de plus de 28,3 % au cours des deux dernières décennies.

Le marché potentiel continue de s’étendre pour le blé et tous les produits agricoles.

Chaque année est une nouvelle aventure de production

Alors que la demande ne cesse de croître, l’offre est vaeriable en fonction des années. Le facteur le plus important pour l’offre est la météo dans les régions de culture du monde pendant chaque saison de récolte. Les prix du blé ont augmenté au cours des derniers mois en raison de la sécheresse dans certaines régions du monde. Entre-temps, le dernier rapport WASDE de novembre, publié le 10 novembre, a indiqué au marché du blé que les stocks mondiaux prévus ont diminué d’un million de tonnes mais qu’ils restent à un niveau record.

S’il y a suffisamment de blé pour répondre aux besoins mondiaux dans les prochains mois, les conditions météorologiques dans le monde entier détermineront si cela reste le cas en 2021. C’est Mère Nature qui prendra la décision finale.

La tendance baissière du dollar américain par rapport aux autres devises mondiales ajoute un ton haussier aux marchés du blé et de toutes les matières premières puisque le dollar est la référence en matière de prix sur les marchés des matières premières. Le raz-de-marée de liquidités des banques centrales et de mesures de relance gouvernementales pendant la pandémie mondiale augmente la masse monétaire. Il érode le pouvoir d’achat des monnaies fiduciaires, ce qui constitue un autre facteur haussier pour le blé.

Les niveaux à surveiller en 2021

Si l’évolution des prix entre 2008 et 2012 sert de guide pour les prix des matières premières, nous pourrions les voir augmenter considérablement au cours des mois et des années à venir. Si la crise financière mondiale de 2008 a été très différente de la pandémie, les banques centrales et les gouvernements ont utilisé les mêmes outils pour faire face à l’environnement économique actuel qu’il y a une douzaine d’années.

Blé trimestriel

Comme l’illustre le graphique trimestriel, les contrats à terme du blé du CBOT sont passés de 4,2525 $ en 2009 à des sommets successifs de 8,9325 $ en 2011 et de 9,4725 $ le boisseau en 2012.

La voie de la moindre résistance pour les contrats à terme du blé dépend des conditions météorologiques, de la récolte de l’année prochaine et de la situation financière du monde face au COVID-19. Les prochains niveaux à surveiller à la hausse sont les pics de 2014 à 6,77 $ et 7,35 $ le boisseau. Le sommet de 2012 à 9,4725 $ serait le prochain objectif de hausse pour les contrats à terme du blé du CBOT.

Le plus haut niveau jamais atteint pour le blé a été enrtegistré en 2008 à 13,34,50 dollars le boisseau, ce qui a joué un rôle dans le printemps arabe, car les prix élevés causés par la faiblesse de l’offre ont déclenché un changement politique radical en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.

Le blé reste un produit hautement politique. Le monde dépend de cette céréale qui est un ingrédient essentiel pour les besoins nutritionnels mondiaux.

Source : investing

Autres articles à lire

Prévisions Hebdo : Les 40$ en jeu sur le Pétrole, l’Or s’accroche à 1800$

administrateur

L’Or est-il sur le point de corriger ou se dirige-t-il vers 2000$ ?

administrateur

Or : Quand les promesses de vaccin se heurtent à l’explosion des infections

administrateur

Pétrole : La faible demande pèse malgré les promesses de l’OPEP

administrateur

Le Pétrole grimpe face aux espoirs de vaccin mais les fondamentaux restent inquiétants

administrateur

Pétrole sous 0$ : 5 questions pour comprendre cet événement historique

administrateur