Placement

Pourquoi les Américains font mieux fructifier leur épargne que les Français

Publié le 7 oct. 2021 à 18:31Mis à jour le 7 oct. 2021 à 19:15

Le constat, vu de l’Hexagone, peut paraître amer. Non seulement les ménages américains sont assis sur un pactole nettement supérieur à celui des Français – les actifs financiers bruts par habitant s’élèvent en moyenne à 260.580 euros outre-Atlantique, contre 94.990 euros en France -, mais ils sont également plus efficaces lorsqu’il s’agit de le faire fructifier en temps de crise.

D’après le rapport annuel d’Allianz consacré au patrimoine des ménages dans le monde, publié ce jeudi, les actifs financiers bruts des Américains ont en effet crû de près de 27.000 euros en 2020, tandis que ceux des Français n’ont progressé « que » de 5.000 euros en moyenne. Soit une hausse d’environ 10 % outre-Atlantique contre 5 % dans l’Hexagone.

Comment expliquer un tel écart alors que les deux pays ont mis en place des plans d’aides aux entreprises et aux ménages relativement similaires ? Pour les analystes d’Allianz, la réponse se trouve dans « la composition des portefeuilles des ménages » ainsi que dans « les comportements face à l’épargne ».

Hausse des marchés

En effet, les Américains détiennent près de 55 % de leur patrimoine financier sous la forme d’actions, ce qui leur a permis « de bénéficier grandement de la hausse enregistrée par les marchés ces dernières années », souligne le rapport. « En Europe de l’ouest, cette proportion est de 28 % » seulement, poursuit-il.

De fortes disparités existent cependant sur le Vieux continent. Les Danois, qui sont assis sur un patrimoine financier brut par habitant de 212.000 euros, ont réussi à accumuler 20.000 euros d’épargne supplémentaire en 2020, notamment grâce à leur patrimoine plus fortement composé d’actions. Les Hollandais ont, eux, gagné 15.000 euros pour un patrimoine de 180.000 euros.

Français et Allemands, même combat

En revanche, les Allemands, qui ont eux aussi une approche prudente de l’épargne, sont aussi peu efficaces que les Français. Avec un patrimoine financier brut par habitant de 85.370 euros, ils n’ont également gagné que 5.000 euros.

D’après le rapport, les actions n’ont contribué qu’à une hausse de 11 % des patrimoines financiers des Allemands sur les cinq dernières années, contre 70 % pour la croissance des actifs des Américains. La moyenne européenne se situe à 46 %.

« Entre l’Europe et les Etats-Unis, l’une des grandes différences est le développement des fonds indiciels, qui reproduisent à peu de frais les performances des indices boursiers, explique un connaisseur. Les grands gestionnaires d’actifs en charge des immenses fonds de pensions américains se sont beaucoup développés sur cette gestion passive. » Reste que si la tendance venait à s’inverser, les patrimoines financiers des ménages américains pourraient bien faire grise mine.

Source : les echos

Autres articles à lire

Gregory Daco : « Le risque d’une surchauffe non contrôlable de l’économie américaine est minime. »

administrateur

Epargne : les PEL continuent d’empoisonner la vie des banques

administrateur

Christine Lagarde annonce des changements dans ses outils de politique monétaire

administrateur

La Corée du Nord se referme et sa devise s’envole

administrateur

Télétravail : Crédit Agricole, les Caisses d’épargne et la Macif pointés du doigt

administrateur

Wall Street a plébiscité les 100 premiers jours de Joe Biden à la Maison-Blanche

administrateur