Economie

Pourquoi les élections spéciales en Georgie détermineront la politique énergétique US?

Cet article a été écrit exclusivement pour Investing.com 

Points clés de l’article :

  • Le brut revient à 40 dollars le baril au point de pivot ; XLE fait un retour
  • Le gaz naturel s’effondre à l’approche de la saison de pointe
  • Le second tour des élections en Géorgie déterminera la majorité au Sénat américain
  • La politique énergétique dépendra de l’élection spéciale du 5 janvier
  • On s’attend à une volatilité accrue des contrats à terme sur le pétrole et le gaz ; la production de vaccins et la baisse de la production pourraient entraîner une hausse des actions liées à l’énergie

À l’approche de l’hiver aux États-Unis, les marchés à terme de l’énergie ont tendance à connaître des changements de saisonnalité. Alors que les prix du pétrole brut et des produits pétroliers sont souvent faibles au cours du quatrième trimestre et de la première partie du premier trimestre de chaque année, le gaz naturel va souvent dans l’autre sens. La demande d’essence, le produit pétrolier le plus omniprésent, diminue pendant les mois d’hiver, car les conducteurs font moins de kilométrage avec leur véhicule. Les besoins en chauffage augmentent pendant la période la plus froide de l’année, poussant le gaz naturel à des sommets annuels pendant les premiers mois de la saison hivernale.

Mais 2020 n’est pas une année typique sur les marchés, et l’énergie ne fait pas exception. L’annonce d’un vaccin contre le coronavirus a renforcé l’optimisme quant à l’existence d’une lumière au bout du sombre tunnel COVID-19. Cependant, le nombre de cas de coronavirus et d’hospitalisations a explosé en Europe et aux États-Unis, entraînant les produits énergétiques dans des directions opposées.

Pendant ce temps, les élections américaines de 2020 sont maintenant dans le rétroviseur du marché. Cependant, deux courses au Sénat en Géorgie, nécessitant des tours de scrutin, détermineront les plans du président élu Joseph Biden pour les années à venir. La Maison Blanche sera démocrate le 20 janvier, avec une petite majorité à la Chambre des représentants. Mais la majorité au Sénat dépendra des résultats du second tour de scrutin en Géorgie. Comme les démocrates soutiennent un programme vert qui limite la production et l’utilisation des combustibles fossiles, le futur paysage réglementaire dépendra de la capacité de la nouvelle administration à faire passer des lois.

Les États-Unis sont l’un des principaux producteurs mondiaux d’énergie. Pendant des décennies, le pays s’est efforcé d’être indépendant des sources d’énergie étrangères. Une approche écologique de l’énergie américaine pourrait avoir un impact considérable sur les prix du pétrole et du gaz. Par conséquent, la voie de la moindre résistance pour les prix à terme du pétrole brut et du gaz naturel est entre les mains des électeurs géorgiens qui se rendront aux urnes pour élire deux sénateurs le 5 janvier.

Le pétrole brut revient à 40 dollars le baril; XLE fait un retour

Au cours des deux dernières semaines, Pfizer Inc (NYSE:) et Moderna Inc (NASDAQ:) ont chacun annoncé que leurs vaccins COVID-19 avaient des taux d’efficacité de 90% et 95%, respectivement. Et hier, AstraZeneca PLC (LON:) a enrichi la panoplie d’outils dont dispose le monde pour lutter contre la pandémie mondiale.

C’est une bonne nouvelle, entre autres, pour le pétrole brut qui s’est écroulé plus tôt cette année en raison de l’évaporation de la demande due à la pression des fermetures et au choc économique qui a suivi. Fin avril, le prix du WTI est passé en territoire négatif sur le contrat à terme NYMEX, tandis que le contrat à terme du s’est effondré pour atteindre son prix le plus bas de ce siècle.

Le 20 octobre, les contrats à terme du pétrole brut NYMEX de janvier ont atteint un sommet de 41,90 $ et ont chuté. L’augmentation des cas de COVID en Europe et aux États-Unis a menacé de provoquer une autre baisse substantielle du prix de ce produit énergétique, alors qu’il se dirige vers une période traditionnellement faible de l’année, pendant les mois d’hiver.

Pétrole journalier

Source, tous les graphiques sauf indication contraire : CQG

Comme le montre le graphique quotidien, les contrats à terme de décembre ont chuté de 41,90 $ à un plus bas de 33,64 $ le 2 novembre. Le pétrole brut a atteint son plus bas niveau depuis la fin mai, la veille des élections américaines, et est reparti à la hausse, entraînant un renversement de tendance haussière sur le graphique quotidien.

La nouvelle du succès du vaccin de Pfizer le 9 novembre a repoussé le prix du pétrole au-dessus du point de pivot de 40 $ le baril et l’a envoyé au plus récent sommet de 43,06 $ le baril le 11 novembre. Du plus bas du 2 novembre au plus haut du 11 novembre, les contrats à terme de décembre ont augmenté de 28%. Au cours de cette période, les actions liées au pétrole ont fait encore mieux. Le fonds Energy Select Sector SPDR® Fund (NYSE:) détient des actions dans les principales sociétés liées à l’énergie, s’est notamment démarqué.

XLE journalier

Source : Barchart

Alors que le pétrole était sur le point d’atteindre son plus bas niveau le 2 novembre, le XLE a touché un creux à 26,98 $ le 20 octobre avant de remonter à un sommet de 36,93 $ le 18 novembre, comme le montre le graphique ci-dessus, après que Moderna ait publié les résultats des essais de son vaccin. Le XLE, qui avait sous-performé à la fois le pétrole brut et le marché boursier au cours des deux années précédentes, a gagné plus de 36,8%.

Le pétrole brut a fait un retour en force et les actions liées au pétrole ont sensiblement augmenté alors que nous nous dirigeons vers les mois d’hiver, une période où les prix sont généralement faibles.

Le gaz naturel s’effondre à l’approche de la saison de pointe de la demande

En attendant, le prix du augmente généralement à l’approche des mois d’hiver. La saison de pointe de la demande s’étend généralement de novembre à mars, lorsque les besoins en chauffage augmentent et que les stocks diminuent.

Le gaz naturel a connu son premier retrait du stockage au cours de la semaine se terminant le 30 octobre. Une vague de froid a entraîné une diminution des stocks. Cependant, les stocks ont connu des augmentations marginales pour les semaines se terminant les 6 et 13 novembre.

En novembre 2019, le prix du gaz naturel a atteint un sommet saisonnier de 2,905 $ par MBTU. Le contrat à terme NYMEX proche a dépassé ce niveau en octobre, culminant à 3,396 $ par MMBtu le 30 octobre. La semaine dernière, cependant, le prix a plongé.

Gaz Naturel journalier

Comme le montre le graphique, les contrats à terme du gaz naturel de décembre sont tombés à un minimum de 2,525 $ la semaine dernière, soit une baisse de 25,6 % par rapport au récent sommet. Le pétrole brut s’est redressé, et le gaz naturel a chuté à un moment de l’année où la saisonnalité dicterait l’inverse sur les prix. 2020 n’est pas une année ordinaire.

Le second tour des élections en Géorgie déterminera la majorité au Sénat américain

Au lendemain des élections américaines du 3 novembre, la majorité à la Chambre des Représentants est restée entre les mains des Démocrates qui ont également pris la Maison Blanche. Mais les résultats des élections au Sénat nécessiteront les deux tours de scrutin de janvier en Géorgie pour déterminer la majorité. Les résultats des deux scrutins décideront si les Républicains finissent par conserver une faible majorité ou si le vice-président élu Kamala Harris a le vote décisif pour transférer le pouvoir aux Démocrates et faire passer le rôle de leader de la majorité du sénateur Mitch McConnell au sénateur Chuck Schumer. Pour obtenir la majorité, les deux candidats démocrates devront gagner leur course en Géorgie.

Une majorité au Sénat fera, entre autres, la différence entre un coup de balai des démocrates ou un équilibre des pouvoirs à l’horizon 2021. En ce qui concerne l’agenda du président élu Biden, le contrôle de son parti sur la Chambre et le Sénat permettra une navigation claire pour les initiatives législatives. De plus, l’aile progressiste des démocrates poussera probablement la politique vers la gauche, car le nouveau président n’aura pas de raison de faire des compromis avec les républicains pour atteindre ses objectifs. Les électeurs géorgiens décideront si les deux prochaines années seront marquées par une vague de lois ou par une simple impasse jusqu’aux élections de mi-mandat de 2022.

La politique énergétique dépendra de l’élection spéciale du 5 janvier

Les républicains étant favorables à une approche de statu quo en matière d’indépendance énergétique, qui inclut la fracturation du pétrole et du gaz, et les démocrates étant favorables à une approche verte, l’énergie est clairement sur le bulletin de vote en Géorgie au début du mois de janvier. Les modérés cherchent à éliminer progressivement les combustibles fossiles, tandis que certains progressistes préconisent une interdiction immédiate.

Alors que l’administration Biden va probablement déclencher un environnement réglementaire plus strict si les républicains détiennent la majorité au Sénat, nous pourrions voir des limites importantes ou même des interdictions de la fracturation sous un Sénat contrôlé par les démocrates. Par conséquent, l’avenir de la production énergétique américaine dépendra de l’issue des éléctions sénatoriales de Géorgie.

Une baisse soudaine de la production américaine de pétrole et de gaz due à un changement radical de politique pourrait entraîner une hausse significative des prix, car le monde continue à dépendre des hydrocarbures pour son approvisionnement en énergie.

Il faut s’attendre à une volatilité accrue des contrats à terme sur le pétrole et le gaz ; la production de vaccins et la baisse de la production pourraient entraîner une remontée des actions liées à l’énergie

Je prévois de fortes variations de prix sur les marchés à terme du pétrole brut et du gaz naturel au cours des prochaines semaines, avant et après le second tour des élections en Géorgie.

En dehors de la politique américaine et de l’avenir de la politique énergétique, le nombre croissant de cas de virus et d’hospitalisations est baissier. Les progrès réalisés dans le domaine des vaccins sont encourageants, car ils permettraient de rétablir un certain sens de la normalité et de soutenir davantage le pétrole et le gaz.

De plus, un vaccin efficace et la fin de la pandémie pourraient permettre de maintenir la reprise tant attendue dans le secteur de l’énergie et des actions énergétiques de premier plan.

Les États-Unis sont le premier producteur mondial de pétrole brut. En mars, la production quotidienne a atteint un niveau record de 13,1 mbpj. Les dernières données de l’EIA ont montré que la production quotidienne était juste en dessous des 11 mbpj au cours de la semaine se terminant le 13 novembre. Les énormes réserves de gaz naturel dans les régions de Marcellus et d’Utica, ainsi que le marché florissant du GNL, ont placé les États-Unis en position de leader dans le domaine du gaz naturel. Un changement soudain dans la production donnerait à l’OPEP, à la Russie et aux autres producteurs mondiaux une influence beaucoup plus grande sur les prix futurs de l’énergie.

Au cours des semaines et des mois à venir, les décisions politiques détermineront le futur environnement réglementaire américain, la production de pétrole et de gaz du pays, et la voie de la moindre résistance pour les prix.

Source : investing

Autres articles à lire

Pourquoi le Blé est la matière première la plus “politique” au monde ?

administrateur

Pétrole : La faible demande pèse malgré les promesses de l’OPEP

administrateur

Le cuivre, les étoiles s’alignent ?

administrateur

Qu’en est-il du trading de Porcs et de Bovins à l’heure du Coronavirus ?

administrateur

L’Argent est-il prêt à sortir de l’ombre de l’or et à voler de ses propres ailes?

administrateur

Le pétrole est en hausse, le point sur la demande, l’offre et les résultats

administrateur