Autres actualités

Procédure pénale en Suisse contre le président de la Fifa Par Reuters

© Reuters. PROCÉDURE PÉNALE EN SUISSE CONTRE LE PRÉSIDENT DE LA FIFA

ZURICH (Reuters) – Le procureur fédéral extraordinaire chargé d’enquêter sur les relations entre le chef du parquet en Suisse, Michael Lauber, et le président de la Fédération internationale de football (Fifa), Gianni Infantino, a ouvert une procédure pénale contre ce dernier.

Stefan Keller a aussi demandé la levée de l’immunité de Michael Lauber pour pouvoir également engager une procédure pénale contre le procureur général de la confédération helvétique, a annoncé jeudi l’autorité de surveillance du Ministère public de la confédération (AS-MPC).

Michael Lauber a remis sa démission vendredi dernier à la suite d’une décision de justice confirmant des “violations du devoir de fonction” de sa part dans le cadre de l’enquête sur le scandale de corruption présumée à la Fifa. Il lui est notamment reproché d’avoir sciemment effectué de fausses déclarations à l’organe de surveillance du parquet suisse lors d’une enquête disciplinaire portant sur plusieurs rencontres avec Gianni Infantino.

Stefan Keller a été nommé fin juin pour examiner des plaintes pénales déposées contre, entre autres, Michael Lauber et Gianni Infantino.

Le procureur extraordinaire a désormais conclu qu'”il existe des éléments constitutifs d’un comportement répréhensible” relatif aux rencontres entre les deux hommes.

Michael Lauber et Gianni Infantino ont tous deux par le passé démenti toute infraction aux règles.

Dans un communiqué diffusé par la Fifa, Infantino, en fonction depuis début 2016, réitère son engagement à coopérer et dit se tenir à la pleine disposition des autorités suisses.

“On se souvient bien dans quel état se trouvait l’institution Fifa en 2015 et à quel point une intervention judiciaire fondamentale était réellement nécessaire pour contribuer à rétablir sa crédibilité”, dit-il.

“En ma qualité de président de la Fifa, mon objectif depuis le premier jour a été et reste d’assister les autorités dans les investigations sur les actes passés répréhensibles de la Fifa”, ajoute-t-il.

Sur le fond, il assure que rencontrer le procureur général de la confédération était “parfaitement légitime et parfaitement légal”. “Il ne s’agit pas d’une violation de quelque sorte. Au contraire, cela s’inscrit dans les obligations fiduciaires du président de la Fifa”, ajoute-t-il.

(Brenna Hughes Neghaiwi; version française Bertrand Boucey et Henri-Pierre André, édité par Nicolas Delame)

Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Source : investing

Autres articles à lire

Les Gafa font face une concurrence intense, diront-ils au Congrès Par Reuters

administrateur

Wall Street en baisse après les annonces de la Fed, sauf le Nasdaq Par Reuters

administrateur

Les craintes d’une “deuxième vague” devraient freiner Wall Street Par Reuters

administrateur

Les pilotes mettent en garde contre la restructuration du court-courrier Par Reuters

administrateur

Vinci remporte un contrat de 220 millions d’euros pour la LGV Lyon-Turin Par Reuters

administrateur

Que reste-t-il de Wirecard ? Par Investing.com

administrateur