Economie

Quel sera l’impact du Covid-19 sur le prix du Cacao ces prochaines semaines?

Les barres de chocolat n’ont pas souffert de la pandémie de coronavirus, du moins, pas encore. Mais la demande d’articles et d’aliments de luxe – et le chocolat en est un – pourrait être touchée si une autre vague mondiale de COVID-19 frappe.

La récolte actuelle n’est pas encore menacée, mais la cueillette du cacao pourrait ralentir au cours de la prochaine saison si les agriculteurs d’Afrique de l’Ouest sont contraints de se tenir à l’écart de leurs cultures. La conséquence directe serait moins d’activité en termes de transformation ou de broyage des fèves de cacao et cela pourrait entraîner une diminution de la fabrication de chocolat.

Dans un premier temps, si la demande faiblit, les pourraient encore baisser par rapport au plus bas niveau sur deux mois de 2 307 dollars la tonne atteint mardi à New York. Sur une base saisonnière, les prix du cacao négociés aux États-Unis sont à leur plus bas niveau depuis 2013.

Dans un second temps, cependant, une baisse de la production pourrait éviter des pertes de prix plus importantes et permettre au marché de se stabiliser, voire de se redresser.

Inquiétudes sur le demande face au coronavirus

“Il y a beaucoup d’inquiétudes concernant la demande, car le coronavirus ne disparaît pas et pourrait faire un retour aux États-Unis”, a déclaré Jack Scoville, vice-président de la société de courtage Price Futures Group à Chicago, où il suit d’autres matières premières telles que le , le café et le jus d’orange.

“La récolte est maintenant terminée pour la principale culture en Afrique de l’Ouest et les résultats sont jusqu’à présent très bons”, a ajouté M. Scoville dans une note de mardi.

“Les rapports en provenance d’Afrique de l’Ouest impliquent une grande récolte dans la région. Cependant, la récolte intermédiaire pourrait être moins importante en raison du temps sec plus tôt dans la saison”.

Ce que Scoville ne dit pas, c’est que le potentiel de la récolte intermédiaire pourrait être pire si l’épidémie de COVID-19 en Afrique de l’Ouest atteint de nouveaux niveaux inquiétants.

Les cas confirmés en Côte d’Ivoire, le plus gros producteur, sont estimés à environ 6 000, selon les données de l’université Johns Hopkins. Bien que ce chiffre puisse sembler faible en termes absolus, il a augmenté de façon spectaculaire au cours du dernier mois seulement, par rapport aux cas à un chiffre. Au Ghana voisin, deuxième producteur mondial, les cas confirmés ont augmenté à un rythme aussi rapide, jusqu’à plus de 12 000 au dernier recensement.

L’agriculture et la commercialisation sont également compliquées

Les données recueillies dans 35 points de transit clés à travers l’Afrique de l’Ouest et du Centre par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) indiquent que les migrations régionales ont chuté de près de 50 % au cours du premier semestre 2020 (par rapport à 2019), en raison des restrictions de voyage imposées par les gouvernements pour prévenir la propagation du virus COVID-19.

Mais les données reflètent également la double charge que les pays à faible et moyen revenu supportent actuellement. La réponse au COVID-19 a provoqué une grande perturbation de la mobilité et du commerce transfrontaliers. La Banque mondiale prévoit une baisse de 23 % des envois de fonds vers l’Afrique subsaharienne.

“Le virus a compliqué les efforts de culture et de commercialisation”, a déclaré M. Scoville.

“L’idée est que les livraisons peuvent être plus lentes sur tout cacao contracté et que la prochaine récolte pourrait souffrir du fait que les travailleurs restent à l’écart. Le coronavirus contribue à éloigner la demande et à empêcher les travailleurs des installations de broyage et des fabricants de chocolat”.

Les broyages chute et les coûts augmentent

La transformation mondiale du cacao a diminué au premier trimestre, en raison de la baisse de la demande de chocolat dans les points de vente au détail qui ont été fermés dans le monde entier à cause de l’épidémie de coronavirus, selon les enquêtes menées par Bloomberg.

Les broyages américains sont passés de 121 801 tonnes au quatrième trimestre 2019 à 115 591 tonnes au cours des trois premiers mois de cette année, soit une baisse de 5 %, selon les données de l’Association nationale des confiseurs américains.

Les broyages européens ont légèrement diminué, passant de 103,3 tonnes au cours des trois derniers mois de 2019 à 100,9 tonnes au cours du premier trimestre de cette année, selon l’Association européenne du cacao.

Les broyats asiatiques sont passés de 227 013 tonnes au quatrième trimestre de 2019 à 207 356 au cours des trois premiers mois de cette année, soit une baisse de près de 9 %, selon la Cocoa Association of Asia.

Le contrat à terme sur le cacao à New York a atteint en mars son plus bas niveau depuis un an, à savoir 2183 dollars, alors que les États-Unis se sont retrouvés pour la première fois dans une situation de blocage total à cause du coronavirus.

Dans le même temps, la Côte d’Ivoire et le Ghana ont imposé une prime de 400 dollars par tonne métrique pour un soi-disant différentiel de revenu de vie pour la récolte de cacao 2020-21, ce qui a fait augmenter les coûts pour les transformateurs.

Malgré cela, les principaux fabricants de bonbons et broyeurs de cacao, dont Barry Callebaut (SIX:BARN), Hershey (NYSE:HSY), Cargill, Mars Wrigley, ECOM, Nestle (SIX:NESN), Ghirardelli (SIX:LISP), Guittard et Blommer, ont maintenu les prix inchangés.

Avertissement : Barani Krishnan ne détient pas de position sur les instruments dont il parle dans cet article.

Source : investing

Autres articles à lire

Pétrole : 3 problèmes de raffinage qui bloquent la hausse des prix du brut

administrateur

Le rallye du Pétrole va avoir besoin des avions, des trains et des voitures

administrateur

Le Palladium n’est pas encore mort, la prochane vague (de hausse) approche

administrateur

Prévisions Hebdo : Les 40$ en jeu pour le WTI, l’Or vise de nouveaux sommets

administrateur

Prévisions Hebdo : L’Or a du mal à remonter, le pétrole attend l’OPEP+

administrateur

Le Cuivre pourrait avoir du mal à atteindre 3$ malgré les problèmes d’offre

administrateur