Autres actualités

Repli en Europe mais le bilan de novembre reste très positif Par Reuters

© Reuters. LES BOURSES EUROPÉENNES, FRANCFORT EXCEPTÉE, ONT TERMINÉ DANS LE ROUGE

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) – Les Bourses européennes, Francfort exceptée, ont terminé dans le rouge lundi, en raison notamment de la baisse des cours du pétrole, mais elles affichent sur l’ensemble du mois de novembre des performances records, illustration de la confiance croissante des investisseurs dans la reprise de l’économie et la remontée des profits des entreprises cotées.

À Paris, le a perdu 1,42% (79,63 points) sur la journée à 5.518,55 points et à Londres, le a reculé de 1,09% alors qu’à Francfort, le moins exposé au secteur de l’énergie, limitait son repli à 0,33%.

L’indice a cédé 1%, le 0,55% et le 0,98%.

Ce dernier affiche néanmoins sur l’ensemble du mois qui s’achève une progression sans précédent de 13,7% et le CAC 40 un gain de 20,1%, sa meilleure performance mensuelle depuis 1988 selon les données Refinitiv.

Si la baisse du prix du baril a pesé sur la tendance du jour, l’emportant largement sur l’annonce par Moderna d’une demande d’homologation de son vaccin contre le coronavirus aux Etats-Unis et en Europe, les thèmes qui ont dominé novembre restent bien présents, qu’il s’agisse de la perspective du déploiement prochain de vaccins ou de celle de l’arrivée à la Maison blanche d’une administration favorable à la relance budgétaire.

“Les vaccins devraient commencer à être distribués en décembre (…) et il est possible que plus de la moitié de la population des grandes économies soit vaccinée d’ici le milieu de l’an prochain. Si c’est le cas, cela devrait aboutir à la fin des plus importantes restrictions sociales, à l’expression d’une demande non-satisfaite des consommateurs et à une reprise économique forte, soit tout pour plaire aux marchés”, résume Rupert Thompson, directeur des investissements de Kingswood.

A WALL STREET

Au moment de la clôture en Europe, les actions américaines amplifiaient leur repli, notamment avec la baisse des valeurs de l’énergie, dont l’indice s&P perdait plus de 3%. Le cédait 1,23%, le Standard & Poor’s 500 0,84% et le 0,98%.

Le S&P-500 conserve toutefois une hausse mensuelle de près de 10,3%, la meilleure performance enregistrée pour un mois de novembre depuis sa création.

VALEURS

En Europe comme à Wall Street, la plus forte baisse sectorielle du jour a touché les valeurs de l’énergie, dont l’indice Stoxx a chuté de 3,43%. Total (PA:) a abandonné 4,97%, BP (LON:) 5,8% et Royal Dutch Shell (AS:) 5,09%.

Les bancaires ont elle aussi cédé du terrain <.sx7p mais="" affichent="" une="" hausse="" mensuelle="" spectaculaire="" de="" pr="" wp_automatic_readability="89">

ABN Amro a perdu 6,72% sur la journée après l’annonce d’un projet de réduction de ses effectifs qui pourrait toucher 3.000 personnes.

A l’opposé, les valeurs de la distribution ont gagné 0,56%, la plus forte hausse sectorielle du jour, tirées entre autres par JD Sports (+5,87%) après des informations selon lesquelles l’enseigne britannique renonce à reprendre Debenhams.

LES INDICATEURS DU JOUR

En Chine, l’indice PMI manufacturier officiel a atteint en novembre son plus haut niveau depuis plus de trois ans à 52,1.

En Europe, la première estimation de l’inflation en Allemagne montre une baisse des prix à la consommation plus marquée qu’attendu en novembre, de 1,0% sur un mois et de 0,7% sur un an.

Aux Etats-Unis, les promesses de vente immobilières accusent une baisse surprise de 1,1% en octobre.

CHANGES

Amplifiant une tendance déjà à l’oeuvre ces derniers jours, le dollar est tombé à son plus bas niveau depuis plus de deux ans et demi avant de reprendre un peu de terrain. Il se dirige vers une baisse de 2,3% sur l’ensemble du mois de novembre, sa plus mauvaise performance depuis juillet.

L’euro a parallèlement effacé ses gains pour revenir sous 1,1950 dollar après avoir brièvement repassé le seuil de 1,20 pour la première fois depuis le 1er septembre.

La livre sterling reste bien orientée face au billet vert comme à la monnaie unique, portée par les espoirs de compromis entre Londres et Bruxelles sur l’après-Brexit.

Quant au , il a inscrit un nouveau record à 19 864,15 dollars, tout près de la barre symbolique des 20.000.

TAUX

Les rendements souverains de référence de la zone euro ont fini la journée en hausse, l’actualité immédiate de la pandémie ayant fini par l’emporter sur les espoirs de reprise à moyen terme.

Celui du Bund allemand à dix ans est ainsi remonté à -0,568% après être tombé à -0,6%.

Sur le marché américain, la journée est marquée par une nouvelle accentuation de la pente de la courbe des rendements, l’écart entre le deux ans et le dix ans remontant à plus de 70 points de base.

PÉTROLE

Le marché pétrolier recule lui aussi, rattrapé par l’incertitude sur les décisions que devraient annoncer mardi l’Opep et ses grands alliés, dont la Russie, sur leur stratégie de production pour les prochains mois.

Le abandonne 1,33% à 47,54 dollars le baril et le (West Texas Intermediate, WTI) 1,34% à 44,92 dollars.

L’un comme l’autre conservent une hausse d’environ 25% sur l’ensemble du mois de novembre.

A SUIVRE MARDI :

La première séance de décembre sera animée entre autres par les résultats définitifs des enquêtes PMI dans le secteur manufacturier en Europe et par l’indice ISM manufacturier américain.

(Marc Angrand, édité par Jean-Michel Bélot)

Source : investing

Autres articles à lire

5 dossiers clés cette semaine Par Investing.com

administrateur

Le Parlement européen bloquera tout traité commercial allant à l’encontre de l’accord de retrait Par Reuters

administrateur

Microsoft dévoile plus de détails sur son service de jeux vidéo cloud Par Investing.com

administrateur

Sanofi propose d’acquérir Kiadis pour 308 millions d’euros Par Reuters

administrateur

Le prix de l’action Apple va être divisé par 4, quelles conséquences pour le Dow ? Par Investing.com

administrateur

BoA conseille 6 actions françaises Value qui devraient bondir dans les prochains mois Par Investing.com

administrateur