Autres actualités

Sanofi rachète la biotech Kymab pour au moins 1,1 milliard de dollars Par Reuters

© Reuters. SANOFI RACHÈTE LA BIOTECH KYMAB POUR AU MOINS 1,1 MILLIARD DE DOLLARS

PARIS (Reuters) – Sanofi (PA:) a annoncé lundi l’acquisition de la société biopharmaceutique britannique Kymab pour un montant initial de 1,1 milliard de dollars (903,2 millions d’euros) qui va lui permettre de renforcer sa présence dans l’immunologie.

La transaction prévoit également des paiements d’étape pouvant atteindre 350 millions de dollars, en fonction de la réalisation de différentes phases de développement, a indiqué Sanofi dans un communiqué.

Kymab est spécialisée dans le développement clinique d’anticorps monoclonaux entièrement humains ayant des indications en immunologie et immuno-oncologie. Avec cette acquisition, Sanofi va notamment pouvoir compléter son portefeuille de développement avec l’anticorps KY1005.

“Il s’agit d’un médicament qui pourrait potentiellement être le premier de sa classe pharmacothérapeutique pour le traitement de diverses maladies auto-immunes et inflammatoires”, a précisé le directeur général de Sanofi, Paul Hudson.

L’anticorps KY1005 a réussi en août un essai clinique de phase IIa consacré au traitement de la dermatite atopique modéré à sévère inadéquatement contrôlée par des corticoïdes topiques.

Avec le rachat de Kymab, Sanofi va aussi mettre la main sur l’anticorps KY1044, actuellement en phase I/II précoce, et avoir accès à de nouvelles technologies et capacités de recherche dans le domaine des anticorps.

Le groupe français, qui prévoit de finaliser l’opération au premier trimestre de 2021, va financer l’acquisition de Kymab avec sa trésorerie disponible.

SÉRIE D’ACQUISITIONS

A la Bourse de Paris, l’action Sanofi progressait de 0,44% à 79,14 euros à 10h48 quand le reculait dans le même temps de 0,55%.

Sanofi a tardé à investir dans la technologie de l’immunothérapie, qui cherche à activer le système immunitaire pour attaquer les cellules cancéreuses, et cherche désormais à rattraper son retard.

Le groupe se concentre sur le développement de plusieurs traitements qui, espère-t-il, devrait lui permettre de s’assurer une part de marché des médicaments contre le cancer, qui représente 100 milliards de dollars par an.

L’acquisition de Kymlab est la dernière en date d’une série de rachats par Sanofi.

En novembre, le groupe a acquis pour 308 millions d’euros la biotech néerlandaise Kiadis, spécialisée dans le développement de médicaments innovants à base de cellules NK (natural killer) “prêtes à l’emploi”.

Sanofi a aussi racheté ces derniers mois le spécialiste américain des maladies auto-immunes Principia Biopharma pour 3,7 milliards de dollars et le groupe de traitements immuno-oncologiques Synthorx pour 2,5 milliards de dollars.

(Blandine Hénault, avec Sarah White et Matthias Blamont, édité par Jean-Philippe Lefief)

Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Source : investing

Autres articles à lire

FCA dit que les termes de sa fusion avec PSA n’ont pas changé Par Reuters

administrateur

Les valeurs à suivre à Wall Street Par Reuters

administrateur

La production industrielle en hausse de 4.8% en juillet Par Reuters

administrateur

L’interdiction des ventes à découvert pas censée perdurer Par Reuters

administrateur

Le repli se poursuit, l’attente de la Fed incite à la prudence Par Reuters

administrateur

L’assureur Aegon va vendre ses activités d’Europe centrale pour lever du cash Par Reuters

administrateur