Autres actualités

Technip Energies, bientôt indépendant, veut doper son CA et ses marges Par Reuters

© Reuters. TECHNIP ENERGIES VISE UN CA JUSQU’À 7 MILLIARDS D’EUROS EN 2021

par Benjamin Mallet et Blandine Henault

PARIS (Reuters) – Technip Energies, spécialiste des grands projets d’ingénierie parapétrolière en cours de scission avec l’américain TechnipFMC (PA:), a annoncé jeudi qu’il visait une hausse de ses ventes et de ses marges en 2021 et à moyen terme, le groupe comptant sur ses marchés traditionnels et sur un élargissement de son offre pour doper ses performances.

La société, dont 50,1% des actions seront distribués aux actionnaires actuels de TechnipFMC avant une cotation sur Euronext Paris prévue au premier trimestre 2021, a précisé dans un communiqué qu’elle visait pour 2021 un chiffre d’affaires de 6,5 à 7,0 milliards d’euros (contre 5,9 à 6,1 milliards prévus pour 2020) et une marge opérationnelle (marge d’Ebit) de 5,5% à 6,0% (contre 5,6% à 5,8% en 2020).

Pour le moyen terme, elle table sur une croissance à un chiffre de ses ventes à taux de change constant, avec notamment de “nouvelles opportunités importantes” de projets, ainsi que sur une hausse de sa marge de 100 points de base. La société évoque également son intention d’adopter “une politique de dividendes de long-terme”.

Technip Energies, avec environ 15.000 salariés dans 34 pays, occupe des positions de premier plan dans le Gaz Naturel Liquéfié (GNL), l’hydrogène et l’éthylène, et se positionne sur les marchés en croissance de la “chimie durable” et de la gestion du CO2.

La société indique disposer d’un “réservoir important d’opportunités de marché” annuel estimé à plus de 100 milliards d’euros. Son carnet de commandes s’établissait à 13,2 milliards à fin juin 2020 et son bilan d’ouverture devrait afficher un montant de dette brute de 750 millions et 3,1 milliards de trésorerie.

“Aujourd’hui, notre important carnet de commandes associé à une large gamme d’opportunités commerciales nous apportent une grande visibilité sur nos revenus et le potentiel d’expansion de nos marges à moyen terme”, a fait valoir son directeur général, Arnaud Pieton, cité dans le communiqué.

LE COVID RISQUE ENCORE DE PESER

“Notre activité à faible intensité capitalistique et notre structure bilantielle solide constituent un puissant tremplin pour nos ambitions de croissance et de rendement élevé du capital investi tout au long du cycle”, a-t-il ajouté.

Technip Energies prévoit une “forte demande” à long terme dans le gaz et dans l’aval tout en élargissant son champ de compétences à de nouveaux marchés en croissance dans les services, la transition énergétique et “une sélection d’autres secteurs industriels” tels que l’hydrogène offshore, l’éolien flottant ou encore “l’agritech”.

Le groupe prévient néanmoins que l’épidémie due au coronavirus “a réduit temporairement mais de manière significative” la demande de produits et services de la société.

“Elle a exercé, et pourrait continuer d’exercer, un impact négatif sur la situation financière, les résultats d’exploitation et les flux de trésorerie de la société”, ajoute Technip Energies.

En plus des titres qu’elle recevra en tant qu’actionnaire actuel de TechnipFMC (avec 5,5% du capital), Bpifrance a prévu d’investir 200 millions de dollars et de devenir ainsi “un actionnaire de référence et de long terme” de Technip Energies.

Après la scission, TechnipFMC – né de la fusion entre le français Technip et l’américain FMC en 2017 -, se concentrera pour sa part sur les équipements et les services en maintenant dans son périmètre les activités sous-marines de l’ex-Technip.

Le groupe compte procéder à une vente “ordonnée” et “dans la durée” de sa participation résiduelle dans Technip Energies, ce qu’il pourra faire après une période de blocage de 60 jours à compter de la date de la séparation.

Alors que la scission avait été annoncée à l’été 2019, TechnipFMC a dû la reporter plusieurs fois en raison notamment de la forte chute des prix du consécutive à la crise du coronavirus.

Le groupe américain a justifié l’opération en faisant valoir que les deux entreprises ont des marchés et des bases de clients distincts et pourraient à l’avenir se concentrer sur leurs stratégies respectives et bénéficier d’une “plus grande agilité et de meilleures opportunités de croissance”.

Technip Energies sera immatriculée aux Pays-Bas, avec un siège social et opérationnel à Paris.

(Blandine Hénault et Benjamin Mallet, édité par Jean-Philippe Lefief et Jean-Michel Bélot)

Source : investing

Autres articles à lire

Apple pourrait présenter de nouveaux iPhone le 13/10 Par Reuters

administrateur

Les actions accélèrent, Vivendi s’envole, les taux grimpent Par Reuters

administrateur

Une prime de Noël le 15 décembre pour 2,5 millions de ménages Par Reuters

administrateur

Au Haut-Karabakh, les Arméniens brûlent leurs maisons avant de partir Par Reuters

administrateur

La France menace de retarder un accord financier avec Londres Par Reuters

administrateur

Hausse en perspective à Wall Street avant l’inflation US Par Reuters

administrateur