Bourse & Actions

Tesla plonge de plus de 20% depuis mardi, le début d’une tendance baissière durable?

Parier contre Tesla (NASDAQ:) cette année a été une très mauvaise affaire. Chaque petite correction a été suivie d’un puissant rallye, poussant le titre vers de nouveaux sommets presque chaque jour.

Les actions Tesla ont bondi d’environ 500 % cette année, grâce à l’amélioration des ventes de voitures même pendant la pandémie et à la réalisation d’un bénéfice pour le quatrième trimestre consécutif.

Mais cette remarquable pourrait avoir trouvé ses limites cette semaine, car les actions Tesla ont chuté chaque jour depuis la clôture record de lundi, qui était le premier jour de négociation de la scission de l’action.

L’action Tesla a encore baissé de 9 % jeudi, pour clôturer à 407 dollars, ce qui s’ajoute à la baisse de 5.8% de mercredi, et à celle de 4.67% mardi. On considère qu’un titre est en correction lorsqu’il chute de plus de 10 % par rapport à son dernier sommet, alors qu’un plongeon de 20 % valide une tendance baissière.

Tesla a marqué lundi un sommet intrajournalier à 502$. Sachant que le titre poursuit sa baisse avec une chute de plus de 3% vers 393$ ce vendredi dans les échanges d’avant-bourse, nous en sommes déjà à une chute de près de 22%.

A première vue, deux annonces cette semaine ont déclenché ce mouvement baissier dans un contexte de faiblesse générale des actions technologiques.

La première info négative concernait le projet de Tesla était de vendre des actions sur le marché, ce qui pourraient en diluer la valeur. La société a déclaré mardi dans un document réglementaire qu’elle prévoyait d’émettre jusqu’à 5 milliards de dollars en actions “de temps en temps” pour financer sa croissance alors que la société double le nombre de ses usines.

Cette nouvelle a été suivie par le dépôt réglementaire de Baillie Gifford qui a montré que le plus grand actionnaire de la société avait réduit sa participation dans la société. L’investisseur basé à Édimbourg détenait une participation de 4,25 % dans Tesla à la fin du mois d’août, contre 7,67 % en février et 6,32 % en juin. Selon l’évaluation boursière actuelle de Tesla, qui s’élève à 382 milliards de dollars, la participation s’élève à 16,2 milliards de dollars.

Aucune justification fondamentale

Là encore, il est difficile de dire si cette correction est le début d’un mouvement massif à la baisse, mais de nombreux analystes estiment que la forte hausse du titre depuis sa décision d’annoncer un fractionnement d’actions n’avait aucune justification fondamentale.

Au début du mois dernier, Tesla a annoncé qu’elle allait diviser ses actions par 5, une mesure destinée à rendre le titre moins cher. Tesla a fait un bond de plus de 80 % entre le moment où la société a annoncé un fractionnement d’actions le 11 août et celui où il est effectivement entré en vigueur le 31 août, même si les fractionnements d’actions sont purement cosmétiques.

Grâce à l’élan créé par la scission d’actions, les actions de Tesla étaient également très en vue d’une possible inclusion dans le très convoité indice S&P 500. Le constructeur automobile est devenu éligible pour devenir une composante du S&P 500 après avoir déclaré des bénéfices pendant quatre trimestres consécutifs.

Si cela se produit, il fera de l’action un achat obligatoire pour les fonds communs de placement et les fonds négociés en bourse qui cherchent à imiter l’indice de référence. Selon les données de Morningstar Direct, au moins 1 600 milliards de dollars de fonds communs de placement et de fonds négociés en bourse suivent l’indice S&P.

À notre avis, ce n’est certainement pas le bon moment pour les investisseurs à long terme qui achètent des actions sur la base de leur solidité fondamentale pour acheter des actions Tesla. La frénésie du trading de détail, alimentée par l’environnement de confinement, a rendu l’évaluation de Tesla presque impossible à justifier.

Dans une note diffusée par CNBC, le Crédit Suisse a indiqué à ses clients que quatre facteurs clés ont été à l’origine de l’appréciation rapide des actions Tesla, notamment les investisseurs à court terme qui couvrent leurs positions et les investisseurs passifs qui achètent des actions avant leur éventuelle inclusion dans le S&P 500. En d’autres termes, des raisons qui vont au-delà des fondamentaux de l’entreprise sont à l’origine de la performance des actions.

En résumé

Sans donner trop de poids à la correction de cette semaine, ce n’est un secret pour personne que Tesla et d’autres valeurs de croissance ont immensément bénéficié de la disponibilité de l’argent facile et des prêts sur marge de 1,5%. Ces conditions monétaires ont poussé les valorisations de ces actions à un niveau irréaliste, déclenchant la loi de la gravité. Nous estimons que ce n’est pas le bon moment pour acheter des actions Tesla, malgré le plongeon affiché cette semaine.

Source : investing

Autres articles à lire

Une annonce de Pfizer relance Wall Street

administrateur

Des indices suggèrent une forte baisse imminente des Small Caps US

administrateur

Walmart continue de réduire l’écart avec Amazon, l’action peut encore progresser

administrateur

Comment expliquer l’actuelle divergence de comportement des actions et obligations

administrateur

Mnuchin et Powell devant le Congrès, le Nasdaq revient à 6% de ses sommets

administrateur

Action Alstom : changement de recommandation

administrateur