Autres actualités

Top 5 des événements clés pour les marchés cette semaine Par Investing.com

© Reuters

Par Noreen Burke

Investing.com — La saison des résultats du troisième trimestre débute cette semaine avec la publication des résultats de JPMorgan Chase (NYSE:) et d’autres grandes banques. Les chiffres de l’inflation américaine seront suivis de près, tandis que la Réserve fédérale doit publier le compte rendu de sa réunion de septembre, au cours de laquelle les responsables ont déclaré qu’ils commenceraient à réduire les mesures de relance d’ici la fin de l’année. Le Fonds monétaire international et la Banque mondiale doivent entamer leur réunion annuelle lundi, mais une controverse concernant la directrice du FMI, Kristalina Georgieva, a déjà assombri les débats. Au Royaume-Uni, les publications de données attireront l’attention sur la santé de l’économie, alors que les attentes d’une hausse des taux d’intérêt augmentent en raison des pressions inflationnistes. Voici ce que vous devez savoir pour commencer votre semaine.

Résultats des banques

Certaines des plus grandes banques du monde lancent les résultats américains, les investisseurs se concentrant sur les problèmes de la chaîne d’approvisionnement mondiale, les pénuries de main-d’œuvre et la réduction prochaine des 120 milliards de dollars de stimulus mensuel de la Fed.

JPMorgan Chase et BlackRock (NYSE:) (publient leurs résultats mercredi, suivis de Bank of America (NYSE:NYSE:), Wells Fargo (NYSE:NYSE:), Morgan Stanley (NYSE:NYSE:) et Goldman Sachs (NYSE:NYSE:) plus tard dans la semaine.

Les banques ont pulvérisé les estimations de bénéfices au deuxième trimestre grâce au rebond de l’économie, Wells Fargo, Bank of America, Citigroup (NYSE:NYSE:) et JPMorgan Chase affichant un total de 33 milliards de dollars de bénéfices.

Cet élan a probablement ralenti au troisième trimestre ; les bénéfices des sociétés financières devraient augmenter de 17,4 %, contre près de 160 % au deuxième trimestre, selon les données I/B/E/S de Refinitiv.

« Je pense que la saison des bénéfices va être délicate », a prévenu Liz Young, responsable de la stratégie d’investissement chez SoFi à New York. « Si les problèmes de chaîne d’approvisionnement entraînent une hausse des coûts, une entreprise ayant un fort pouvoir de fixation des prix peut répercuter cette hausse des coûts. Mais vous ne pouvez pas passer à travers une pénurie de main-d’œuvre si vous ne trouvez pas de travailleurs à embaucher. »

Données américaines

Le principal rapport économique américain à surveiller cette semaine est la publication, mercredi, des données sur l’inflation des prix à la consommation pour septembre. Bien que le taux d’augmentation des prix se soit modéré, l’inflation reste supérieure à ce qu’elle était avant la pandémie, l’augmentation de la demande après la réouverture de l’économie ayant fait grimper les prix.

Les économistes s’attendent à ce que l’indice des prix à la consommation corresponde à la hausse mensuelle de 0,3 % et à la hausse annuelle de 5,3 % enregistrées en août.

Les chiffres de l’inflation des prix à la production sont attendus jeudi, suivis des données sur les ventes au détail vendredi. Les ventes au détail devraient être tirées vers le bas en raison d’une chute des ventes de véhicules due à des goulots d’étranglement dans la chaîne d’approvisionnement, mais si l’on exclut les véhicules, les ventes au détail devraient augmenter.

Procès-verbal de la Fed

La Fed doit publier mercredi le compte-rendu de sa réunion de septembre, alors que l’on s’attend à ce qu’elle commence à réduire ses achats d’actifs avant la fin de l’année, une première étape importante vers une éventuelle hausse des taux.

Le rapport de septembre sur l’emploi, plus faible que prévu, n’a guère modifié les prévisions selon lesquelles la Fed pourrait commencer à réduire ses mesures de relance avant la fin de l’année.

Bien que l’économie n’ait créé que 194 000 emplois en septembre, les révisions à la hausse des données des mois précédents signifient qu’au total, l’économie a récupéré la moitié du déficit d’emplois auquel elle était confrontée en décembre, par rapport aux niveaux d’emploi antérieurs à la pandémie.

Le président de la Fed, Jerome Powell, a déclaré le mois dernier qu’il lui suffirait de voir un rapport « décent » sur l’emploi aux États-Unis en septembre pour être prêt à commencer à réduire les taux en novembre.

Réunions annuelles du FMI et de la Banque mondiale

Les réunions annuelles de la Banque mondiale et du FMI débutent lundi. Les responsables discuteront de l’économie mondiale, de la pandémie de COVID-19 et des questions de fiscalité mondiale.

Mais cet événement très médiatisé a été éclipsé par un scandale de falsification des données qui menace la carrière de la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva.

Il a été allégué que Mme Georgieva a fait pression sur le personnel de la Banque mondiale pour modifier des données afin de favoriser la Chine en 2017, alors qu’elle était directrice générale de la banque.

Les allégations – fermement démenties par Georgieva – jetteront un nuage sur les initiatives du fonds pour aider la reprise post-pandémique du monde.

Une décision sur l’avenir de Georgieva au FMI n’est pas attendue avant lundi, au plus tôt.

Données britanniques

L’économie britannique montrant des signes de ralentissement dans un contexte de hausse des prix, d’interruption de la chaîne d’approvisionnement et de pénurie de personnel, les prochaines publications de données économiques attireront l’attention.

Mardi, la variation du nombre de demandeurs d’asile pour le mois de septembre sera publiée, ainsi que les données sur le chômage et les salaires pour le mois d’août. Les données du PIB pour le mois d’août seront publiées mercredi, ainsi que les données industrielles et manufacturières.

Les marchés parient que la Banque d’Angleterre pourrait devenir la première grande banque centrale à relever ses taux depuis le début de la pandémie.

Samedi, un responsable de la BoE, Michael Saunders, a déclaré dans une interview au Telegraph que les ménages devaient se préparer à des hausses de taux d’intérêt « nettement plus précoces » en raison de la pression inflationniste.

-Reuters a contribué à ce rapport

Source : investing

Autres articles à lire

Le covid-19 responsable de 25% des décès en France selon Castex Par Investing.com

administrateur

Wall Street refroidie par les doutes sur un possible vaccin Par Reuters

administrateur

+126% en 2 jours suite à l’IPO de ce concurrent de Starbucks Par Investing.com

administrateur

Top 5 des thèmes potentiellement influents sur les marchés cette semaine Par Investing.com

administrateur

L’Insee avertit du risque d’une rechute de l’économie en fin d’année Par Reuters

administrateur

Une nouvelle souche qui serait 70% plus transmissible inquiète le marché Par Investing.com

administrateur