Placement

Un ex-trader en métaux précieux condamné à de la prison pour manipulation de marché

Les cols blancs aussi vont en prison. Un ancien trader de Deutsche Bank reconnu coupable de manipulation sur les marchés de l’argent et de l’or a été condamné lundi à 1 an et 1 jour de prison aux Etats-Unis, a annoncé le ministère de la justice outre-Atlantique.

Le Britannique James Vorley, 41 ans a eu recours, avec d’autres traders, au « spoofing » sur les métaux précieux entre 2008 et 2013. Cette technique consiste à faire bouger les prix dans une direction voulue en envoyant une série d’ordres d’achats ou de ventes avant de les annuler au dernier moment. Collègue de James Vorley, le français Cédric Chanu connaîtra sa peine le 28 juin prochain.

Un million de pertes

Selon le juge américain chargé de l’affaire, les agissements trompeurs sur des milliers d’opérations des deux traders de Deutsche Bank ont entraîné plus d’un million de dollars de pertes pour d’autres investisseurs. Le magistrat a voulu marquer le coup : c’est « une peine sérieuse pour un délit sérieux », a-t-il expliqué à la lecture du verdict.

Les larmes aux yeux, James Vorley a assuré au juge qu’il regrettait ses actes. L’ex-financier a aussi expliqué que sa vie et celle de sa famille étaient devenues particulièrement difficiles depuis le début des poursuites judiciaires. Impassible, le juge a rejeté la demande de purger la peine de prison en confinement à Londres où il s’est installé avec sa famille.

Conscience d’être hors-la-loi

Les deux financiers ont été reconnus coupables de manipulation après un procès d’une semaine. Des témoins et la transcription de messages ont démontré que les traders avaient conscience que leurs stratégies ne respectaient pas la loi. James Vorley a par exemple écrit : « ça m’embête cette histoire de spoofing. D’abord parce que c’est illégal. »

Leur procès s’inscrit dans le cadre d’une vaste enquête des autorités américaines contre le « spoofing illégal » lancée après le flash krach de 2010. En janvier, l’établissement allemand avait accepté de payer plus de 130 millions de dollars pour mettre fin à des poursuites judiciaires, notamment pour « spoofing ».

Les institutions visées

JP Morgan a de son côté reconnu à l’automne dernier que certains traders de son desk matières premières avaient manipulé les marchés à terme des métaux précieux . La banque américaine, qui est l’une des plus actives sur les métaux précieux avec HSBC, a finalement accepté de verser 920 millions de dollars aux autorités dans un litige qui concernait également les bons du Trésor.

Annuler des ordres n’est pas illégal en soi, mais depuis 2010 et l’entrée en vigueur de la loi Dodd-Frank il est devenu interdit de placer des ordres d’achats et de ventes sans aucune intention de les exécuter. La loi Dodd-Frank entendait en effet faire le ménage dans les pratiques financières après la crise des subprimes.

Source : les echos

Autres articles à lire

Les Bourses européennes optimistes après la réunion de la Fed

administrateur

Lisa Su, première femme en tête des patrons les mieux payés aux Etats-Unis

administrateur

Opacité, levier, complicité… les six questions que pose l’effondrement d’Archegos

administrateur

Euronext publie des résultats en hausse dans un contexte tendu

administrateur

Les fonds activistes ont connu des succès retentissants au premier semestre

administrateur

Les députés allemands apportent leur soutien à la BCE

administrateur