Placement

Un membre du Conseil des gouverneurs de la BCE accusé de corruption

Publié le 13 oct. 2021 à 10:46Mis à jour le 13 oct. 2021 à 11:26

Le gouverneur de la Banque centrale slovaque, Peter Kazimir, qui est à ce titre membre du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE), a été inculpé pour corruption dans son pays. « Je ne me sens coupable d’aucun crime » , a déclaré l’ancien ministre des Finances slovaque, en réaction aux informations de presse.

Les accusations de corruption sont liées à son ancien rôle de ministre des Finances dans le gouvernement de l’ex-Premier ministre Robert Fico. Le site d’informations www.aktuality.sk avait rapporté que Peter Kazimir avait été inculpé dans une affaire liée à des accusations de corruption contre un ancien directeur de l’administration fiscale. Ce dernier, inculpé dans plusieurs dossiers, coopère désormais avec les enquêteurs.

« Les faits rapportés dans la décision sont erronés et le raisonnement lui-même manque de preuves », a déclaré Peter Kazimir. « Je ne dispose d’aucune d’information et n’ai connaissance d’aucune information concernant une infraction à la loi, et n’ai jamais eu aucun intérêt à influencer une quelconque procédure », a-t-il ajouté.

Appel

L’avocat du gouverneur de la banque centrale, Ondrej Mularcik, a confirmé que Peter Kazimir avait été inculpé de corruption et qu’il ferait appel de cette décision, sans fournir d’autres précisions.

La BCE ne fait pas de commentaire. Les membres de son Conseil des gouverneurs peuvent être limogés de leurs fonctions s’ils sont reconnus coupables de faute grave ou si les autorités fournissent des éléments de preuve suffisants attestant d’un tel manquement.

Kazimir est le deuxième gouverneur de banque centrale d’un pays d’Europe de l’Est de la zone euro à faire face à des accusations de corruption. En 2018, les procureurs lettons avaient inculpé Ilmars Rimsevics , alors membre du Conseil des gouverneurs de la BCE, pour avoir sollicité des pots-de-vin auprès d’une banque.

Vague de colère

En Slovaquie, le règne record de l’ex-Premier ministre Fico s’est terminé par une vague de colère publique après l’assassinat d’un journaliste d’investigation qui avait écrit sur les liens entre le crime et la politique. Les manifestations antigouvernementales avaient fini par renverser Fico en 2020.

Après l’arrivée au pouvoir du nouveau gouvernement, une série de fonctionnaires ont été arrêtés, dont un ancien vice-ministre de la Justice, un procureur spécial et un chef de la police. Peter Kazimir est le membre le plus haut placé de l’ancien cabinet slovaque à être mis en cause dans cette lutte anticorruption.

Source : les echos

Autres articles à lire

Climat, réserves des auditeurs sur les comptes : les AG 2021 ont été inédites sur bien des points

administrateur

Le gouvernement italien appelé à protéger les emplois chez Banca Monte dei Paschi

administrateur

Reconfinement : le remboursement des prêts garantis par l’Etat reporté à 2022

administrateur

Les géants miniers soignent leurs actionnaires après un début d’année record

administrateur

Janet Yellen devra accompagner la baisse du dollar sans provoquer de krach

administrateur

Les banques européennes prêtes à verser 10 milliards d’euros de dividendes en 2021

administrateur