Placement

Un nouvel indice permettra bientôt de suivre le foot européen en Bourse

Publié le 27 juil. 2021 à 7:45

Marier le sport le plus populaire d’Europe et l’investissement en Bourse, c’est le pari de l’agence de notation britannique Standard Ethics. Elle a annoncé le lancement prochain d’un indice boursier regroupant dix des principaux clubs européens cotés en Bourse.

Les boursicoteurs fans du ballon rond devront toutefois attendre encore un peu avant de se positionner sur le SE European Football Index. La liste finale des membres doit encore être établie par l’agence britannique parmi la vingtaine de clubs cotés en Europe, allant de l’Olympique Lyonnais en France au Galatasaray en Turquie en passant par l’Ajax Amsterdam et le Benfica Lisbonne. L’indice verra officiellement le jour le 25 mars 2022.

Fair-play des joueurs

Avec une subtilité, et pas des moindres : il s’agira d’un indice « ESG », c’est-à-dire incluant des critères extra-financiers dans le choix des clubs sélectionnés. Certes, la capitalisation boursière et le flottant, c’est-à-dire le pourcentage du capital disponible sur les marchés, resteront des critères importants pour pouvoir intégrer l’indice, mais le comportement des joueurs et des fans sera également passé au crible.

Standard Ethics, une agence spécialisée dans l’évaluation des indicateurs ESG, va notamment prendre en compte les fautes commises par les joueurs, le nombre d’expulsions et plus généralement leur fair-play sur le terrain. Les fans devront eux aussi se tenir à carreau : les troubles dans le stade et en dehors pourront peser sur la note d’un club. Enfin, une dimension plus large, portant sur la gouvernance et le bilan des clubs, notamment en termes de transparence, sera également intégrée aux évaluations.

Succès incertain

Avec cet indice boursier du football européen, l’agence britannique peut espérer gagner en renommée à bon compte dans un secteur très concurrentiel aujourd’hui dominé par des groupes américains comme MSCI, Standard & Poor’s ou encore Moody’s. Il sera mis à disposition gratuitement de tous les gérants intéressés.

Certains pourraient être tentés par l’aventure alors que la gestion thématique a le vent en poupe. Mais le succès est loin d’être garanti. Qontigo, la filiale de Deutsche Börse en charge des indices DAX et STOXX, a longtemps produit son propre indice sur le football. Mais après plus de vingt ans d’existence, il a renoncé à sa publication en août dernier, faute d’avoir séduit suffisamment d’investisseurs.

Une affaire de fans

Il faut dire que les performances boursières des clubs de foot ne sont pas forcément brillantes. Le football demande des investissements toujours plus importants pour rester compétitif au plus haut niveau, que ce soit dans les infrastructures physiques (stades, centres d’entraînement) ou dans le capital humain (transferts, salaires mirobolants des footballeurs stars).

De l’autre côté, les revenus sont largement dépendants des performances sportives, en partie aléatoires, et des droits TV négociés au niveau des ligues professionnelles et répartis entre toutes les formations. Une équation difficile à résoudre pour des investisseurs institutionnels habitués à la prise de risque calculée. C’était d’ailleurs l’une des raisons avancées pour défendre le projet, finalement avorté, de « Super League » . Le foot reste avant tout une affaire de fans.

Projet de cotation avorté pour Bruges

Les marchés boursiers ont le vent en poupe depuis le début de l’année, particulièrement en Europe. De quoi donner des idées au club de football de Bruges, 16 fois champion de Belgique. Il devait réaliser son introduction en Bourse fin mars sur Euronext Bruxelles. Une fourchette de prix avait même été publiée, le valorisant plus de 200 millions d’euros. Mais, blâmant des « conditions de marché défavorables », le club a finalement renoncé à la dernière minute à son projet.

Source : les echos

Autres articles à lire

SCOR et Covéa mis sous pression sur leur gouvernance

administrateur

Cathie Wood, gérante star de la tech, obligée de redescendre sur terre

administrateur

Les assureurs santé digèrent mal d’être à nouveau taxés

administrateur

Climat : BNP Paribas donne des gages sur le pétrole avant son AG

administrateur

Bourse : Le CAC 40 de retour à ses plus hauts niveaux de l’année

administrateur

Prêts garantis : les banques donnent plus de visibilité sur les taux de remboursement

administrateur