Autres actualités

Wall Street attendue dans le rouge avec la montée des tensions Par Reuters

© Reuters. LES BOURSES EUROPÉENNES RECULENT À MI-SÉANCE

par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) – Wall Street est attendue en baisse modérée et les Bourses européennes reculent à mi-séance vendredi, la montée des tensions entre Washington et Pékin éloignant les investisseurs des actifs risqués. Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture en repli de 0,2% pour le , de 0,3% pour le S&P-500 et de 0,6% pour le .

Wall Street a fini en nette baisse jeudi, pénalisée par les valeurs technologiques, en réaction à des résultats d’entreprises mitigés, une remontée inattendue des inscriptions au chômage et des informations concernant des soupçons de tromperie du géant Apple (NASDAQ:) (-4,55%).

À Paris, le perd 1,16% à 4.975,59 points vers 11h05 GMT, un plus bas de dix jours. À Francfort, le cède 1,4% et à Londres, le abandonne 1,12%.

L’indice paneuropéen recule de 1,39%, l’ de la zone euro de 1,34% et le de 1,27%.

Pékin n’a pas tardé à répliquer à la demande américaine de fermer son consulat de Houston dans le Texas en ordonnant à son tour aux Etats-Unis la fermeture de leur consulat à Chengdu, dans le centre du pays.

Les marchés chinois ont été les premiers à accuser le coup: l’indice CSI 300 a chuté de 4,4% pour revenir à un creux d’environ trois semaines, l’indice SSEC Composite de la Bourse de Shanghai lâchant pour sa part 3,9%.

Les mauvaises nouvelles sur le front des tensions commerciales occultent la publication d’indicateurs positifs sur l’activité économique dans la zone euro, qui a renoué avec la croissance en juillet grâce à l’assouplissement des restrictions mises en place pour freiner la propagation du coronavirus.

VALEURS EN EUROPE

Tous les secteurs en Europe sont orientés en baisse mais le compartiment de la technologie (-3,39%) souffre tout particulièrement à la suite du recul du Nasdaq la veille, des déboires d’Apple et de la publication mal accueillie d’Intel (NASDAQ:), qui a perdu jeudi 9% après la clôture de Wall Street après avoir annoncé que le développement de l’un de ses processeurs avait pris six mois de retard.

STMicroelectronics (PA:), Dassault Systèmes (PA:), SAP (NYSE:) et ASML reculent de 2,78% à 4,39%.

Le compartiment des ressources de base, très sensible aux tensions géopolitiques, abandonne 1,5% avec, à Paris, un repli de 2,31% pour ArcelorMittal (AS:).

Du côté des résultats, Thales (PA:) perd 3,96% après avoir réduit ses prévisions financières à la suite d’une chute de plus de 50% de son bénéfice au cours d’un premier semestre en raison des retombées économiques de la crise sanitaire liée au Covid-19.

TAUX

Le marché obligataire européen est en baisse avec pour conséquence la remontée des rendements après l’amélioration plus forte que prévu des indices PMI européen.

Le rendement du Bund allemand à dix ans prend 2,5 points de base à -0,457% et le gagne trois points à -0,1506%.

Le dix ans américain est quasiment inchangé, à 0,5856%.

CHANGES

Le regain d’aversion au risque provoqué par les tensions sino-américaines freine légèrement l’euro, qui, après avoir évolué au-dessus de 1,16 dollar porté par l’accord sur un fonds de relance, revient à 1,1585.

Le dollar reprend 0,14% face à un panier de devises de référence. mais s’achemine vers sa pire semaine depuis début juin.

PÉTROLE

Les cours pétroliers profitent de la faiblesse du dollar pour progresser: le gagne 0,62% à 43,58 dollars le baril et le (West Texas Intermediate, WTI) 0,73% à 41,37 dollars.

(édité par Patrick Vignal)

Source : investing

Autres articles à lire

La branche ascenseurs de Thyssenkrupp prépare un gros emprunt Par Reuters

administrateur

La colère s’étend aux USA malgré l’inculpation du policier de Minneapolis Par Reuters

administrateur

Bercy voit la dette publique bondir à près de 121% du PIB Par Reuters

administrateur

Vigilance sur un syndrome peut-être lié au coronavirus chez l’enfant Par Reuters

administrateur

Le repli se poursuit, l’attente de la Fed incite à la prudence Par Reuters

administrateur

LVMH voit la pandémie peser sur ses ventes pendant encore des mois Par Reuters

administrateur